Venezuela et Amérique latine : la paix et la souveraineté sont toujours la meilleure solution

03.02.2019 - Javier Tolcachier

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Grec

Venezuela et Amérique latine : la paix et la souveraineté sont toujours la meilleure solution
(Crédit image : Prensa Presidencial / Efraín González)

Ils voulaient aller de l’avant avec la stratégie du fait accompli au Venezuela. L’attaque frontale contre la souveraineté et l’institutionnalité de la République bolivarienne par les opposants radicaux et le gouvernement étasunien – également occupé par des extrémistes – s’est heurtée à la fermeté du gouvernement de Nicolás Maduro, au soutien ferme de la force armée nationale bolivarienne et à la mobilisation massive du peuple chaviste.

Le rejet par la communauté internationale de la tentative évidente de violer la Constitution était d’une importance fondamentale. Les positions claires de la Chine et de la Russie, décisives pour leur poids géopolitique, économique et militaire, ont été adressées directement aux Etats-Unis, avertissant des conséquences néfastes de leur intervention.

Dans le même temps, un large éventail d’organisations populaires, syndicales, universitaires, journalistiques et politiques, ainsi que des dirigeants et intellectuels notoires ont dénoncé la tentative de coup d’État et exhorté les États-Unis à abandonner leur politique interventionniste. De nombreuses déclarations ont mis en doute la véracité de l’intérêt de ce pays pour les « droits humains » ou la « démocratie », soulignant la longue histoire d’intrigues et de guerres d’invasion, d’incitation aux coups d’État et de protection des dictateurs qui a caractérisé la politique étrangère du pays du Nord.

Comme prévu, plusieurs pays satellites se sont conformés à la mise en scène d’un « soulèvement » qui ressemble à la chute du dictateur Pérez Jiménez en 1958, reconnaissant la l’auto-proclamation de rue de Juan Guaidó, député de l’Etat de Vargas et militant du groupe de droite Voluntad Popular.

En Amérique latine, le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, avec le gouvernement de Tabaré Vázquez, de l’Uruguay, a marqué la voie de la cohérence, avec les quinze nations caribéennes de la CARICOM et les pays de l’ALBA-TCP, demandant le respect de la souveraineté, se détachant ainsi des gouvernements de droite de l’Amérique latine, prêts à participer à l’aventure du coup d’état sous la sonnette des États-Unis.

Des gouvernements conservateurs, dont l’absence de véritable esprit démocratique leur appartient autant qu’à leurs ordres étrangères. Le cœur du peuple hondurien se souvient de la nuit du 29 novembre 2017, dans laquelle une brusque coupure dans le décompte des voix a changé le cours de la victoire jusqu’alors de l’adversaire Salvador Nasralla. Sans parler des nombreuses irrégularités observées par les observateurs des organisations internationales – même proches du gouvernement – avant et pendant le processus électoral. Ou encore le mandat explicite de la Constitution hondurienne qui, parmi ses articles non modifiables, interdit la réélection présidentielle (art. 239).

Des gouvernements comme celui de Bolsonaro, arrivé au pouvoir : à la suite du coup d’État parlementaire contre Dilma Rousseff (2016) ; à la suite à l’emprisonnement sans preuve et l’interdiction électorale de l’ancien président Lula da Silva, immensément populaire ; à la suite d’une campagne de haine empoisonnée, financée illégalement par les réseaux de messagerie électronique.

Des gouvernements comme celui de Vizcarra, qui après son séjour comme ambassadeur au Canada a été appelé dans sa double condition de vice-président à assumer la présidence du Pérou, après le scandale qui a placé le banquier néolibéral Kuczynski dans la longue lignée des anciens présidents poursuivis. Un scandale qui, loin de cesser, a mis au jour une toile de vénalité dans les sphères les plus élevées du pouvoir judiciaire, a conduit à l’emprisonnement préventif du successeur politique et fille du dictateur Fujimori et qui continue, sous une pression populaire intense, à rendre publique la corruption institutionnelle intrinsèque dans ce pays. Un pays qui peut difficilement devenir procureur sur les pratiques démocratiques.

Des gouvernements comme celui de l’homme d’affaires Mauricio Macri, enrichi sur la base de concessions d’Etat et de contrats de travaux publics, poursuivi pour contrebande de pièces automobiles – bien qu’acquitté finalement par un arrêt controversé et divisé de la Cour suprême de justice – et accusé d’une dette de 1 million de dollars envers l’Etat. Macri est devenu président grâce à l’imposante fraude médiatique menée par l’entreprise multimédia Clarín tout au long du gouvernement de Cristina Fernández. Multimédia qui a réalisé son saut entrepreneurial après s’être approprié l’entreprise Papel Prensa – le seul fabricant de papier journal – pendant la dictature de Jorge Rafael Videla. Le jour du coup d’Etat militaire, le 24 mars 1976, « le grand journal argentin » intitulé « Total Normalité. Les Forces Armées exercent le gouvernement. » Un multimédia qui agit comme un bouclier de communication pour le gouvernement de Macri en échange de l’exercice de sa position de monopole sans aucune limitation, en plus du modèle publicitaire juteux qu’il paie en échange pour les faveurs journalistiques.

Des gouvernements comme celui du Guatemala qui, après une longue lutte et de multiples ingérences, ont expulsé la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG), une commission qui avait réussi, grâce au mandat des Nations Unies, à identifier des dizaines de structures criminelles. Iván Velázquez, son directeur, a déclaré dans un article récent qu’au Guatemala « il y a une rupture de l’état de droit ». Ici aussi, la clameur populaire exige des changements sévères face à la délégitimation chronique des pouvoirs publics, qui ont toujours été manipulés par l’oligarchie économique, le vrai dirigeant du pays.

Des gouvernements comme celui de la Colombie, où les dirigeants paysans sont assassinés jour après jour, où les assassinats politiques ont éviscéré à maintes reprises la démocratie, où le pouvoir conservateur continue de gouverner, ainsi que les propriétaires terriens et les groupes économiques concentrés, et où les droits humains fondamentaux ne sont qu’une phrase du discours.

Des gouvernements comme ceux-ci ont été rejoints pendant ces heures par un ultimatum du quatuor des anciennes puissances coloniales que sont l’Espagne, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, exhortant le gouvernement du Venezuela à organiser des élections sous huit jours. La dynastique monarchie espagnole, dont le roi Juan Carlos Ier a voulu faire taire Chavez lors d’un sommet ibéro-américain, revient aux exigences de la vice-royauté par l’intermédiaire du président actuel du gouvernement. Appuyé par le français Macron avec un gilet jaune au cou, un Premier ministre conservateur britannique et un gouvernement démocrate-chrétien allemand, toujours prêt à coopérer avec les gouvernement de la droite du monde, beaucoup plus, si ces droites mènent l’OTAN militairement. L’Europe, socialement étouffée par le pouvoir des banques, son Union menacée de désintégration et de plus en plus gouvernée par des fascistes sans uniforme, parie sur la menace au lieu d’ajouter sa coopération pour le dialogue et le maintien de la paix.

Cette histoire peut être embarrassante. Cependant, elle n’est pas inactive pour plusieurs raisons. Tout d’abord, par la désinformation du cartel oligopolistique de l’information, qui diabolise le gouvernement élu au Venezuela et présente ses détracteurs comme champions ou défenseurs de la démocratie. Le recomptage est également utile pour comprendre comment l’image d’un « régime satanique » – produit de la propagande de la guerre froide – sert à tous ces gouvernements pour cacher leur propre discrédit et détourner le regard des peuples. Mais il y a une raison de plus pour cet échantillonnage.

Modèles et alternatives

Il n’existe pas de modèle unique d’organisation sociale ou de gouvernement. Et encore moins la « démocratie ». Les États-Unis d’Amérique se sont efforcés – avec une arrogance absolutiste scandaleuse et protégée par leur pouvoir de communication et de propagande au cours du XXe siècle – de faire croire qu’ils sont les propriétaires du seul modèle possible. Que ce sont eux, avec leurs protectorats militaires et politiques, qui décident de ce qui est démocratique et de ce qui ne l’est pas, même si cela s’accompagne de contradictions flagrantes, dont nous n’avons donné que quelques exemples.

La démocratie libérale née de l’impulsion anti-monarchique de la bourgeoisie en Europe n’envisageait pas initialement l’égalité des droits pour tous. Pendant de nombreuses années, les femmes ont été exclues de sa lettre et de sa pratique ; elles ont discriminé et réduit les Noirs en esclavage, décimé et emprisonné les peuples originaux, discriminé les mulâtres et les créoles, submergé les pauvres et réprimé leurs organisations. Cette énorme violence a enrichi l’Europe, qui réclame aujourd’hui « la démocratie et les droits humains » au lieu de s’engager dans un processus profond et cohérent de réparation historique.

La ploutocratie – le gouvernement des riches – a été officialisée par des élections, des féodalismes provinciaux, la fraude, l’extorsion et la persécution de tous les dissidents. Son même esprit incarné et déguisé en néolibéralisme se trouve dans la « démocratie » actuelle, où l’argent continue de séparer le « bien » du « mal », au-delà des formalités de la loi.

Cet « état naturel  » de la politique et de la société, dans lequel les pauvres naissent pour servir leurs patrons, a été remis en question par des révolutions, certaines armées, d’autres par le vote populaire, qui ont tenté de montrer qu’une autre réalité sociale est possible.

Les révolutions sociales des XXe et XXIe siècles ont proposé des modèles naissants qui visaient à réaffirmer l’égalité effective des chances pour les êtres humains en tant que condition de la liberté et c’est pourquoi ils ont dû, doivent et devront résister à la violence des réactions conservatrices. Des modèles naissants et imparfaits, qui ont sans doute aussi souffert des imperfections de la traînée des paysages précédents, déviant en partie de leur but.

La Révolution bolivarienne menée par Hugo Chávez – comme l’ont été à l’époque la Révolution cubaine, la Révolution de l’unité populaire au Chili ou la Révolution nicaraguayenne – est un puissant effet de démonstration, un modèle alternatif dans lequel les droits sociaux comme l’alphabétisation, la santé, l’éducation, l’alimentation ou le logement constituent les piliers fondamentaux.

Dans ce même sillon, sans doute fertilisé par l’hécatombe sociale de la mondialisation néolibérale des dernières décennies du siècle précédent, des gouvernements populaires comme Lula, Néstor Kirchner, Evo Morales ou Rafael Correa, pour n’en citer que quelques-uns, ont émergé. Même dans les pays considérés comme des fiefs de droite comme le Honduras, le Guatemala ou le Paraguay, des alternatives progressistes ont émergé. La gauche et le progressisme ont démontré leur capacité d’amélioration gouvernementale et sociale. Chacun avec ses nuances propres, tous ces gouvernements avaient une chose en commun : être éminemment représentatifs des majorités et de leurs aspirations. De là découle un substrat de légitimité impossible à atteindre par les laquais qui déchirent aujourd’hui leurs vêtements contre les gouvernements populaires.

De cette volonté de souveraineté et de justice sociale sont nés des espaces d’intégration et de coopération tels que l’ALBA-TCP, Petrocaribe, Unasur, CELAC, et dans leur sillage, ils ont assumé un caractère plus social et une indépendance politique, articulations existantes telles que Mercosur, CARICOM ou SICA.

L’intégration souveraine est ainsi devenue une concurrence indésirable pour les prétentions de la régence américaine et les envies commerciales néocoloniales des entreprises européennes. Depuis lors, nous avons été témoins de la réaction de ces puissances face aux nouvelles libertés et à la dignité des peuples fondées sur la représentativité réelle des gouvernements progressistes. Quand ces gouvernements parlent de « regagner la démocratie », ils veulent dire « regagner des privilèges ».

La réaction conservatrice cherche à éliminer tout modèle alternatif de gouvernement ou de démocratie, car ceux-ci montrent, par leurs vertus et leurs défauts, qu' »un autre monde est possible ». Cette possibilité, ainsi que la dégradation sociale et écologique visible et l’inefficacité du système actuel, est un composant explosif pour le pouvoir en place, qui doit être noyé à tout prix.

C’est-à-dire, ajouté à l’avidité pour la richesse naturelle du pays des Caraïbes et à la compétition géopolitique mondiale contre la Chine, l’un des principaux moteurs du coup d’État actuel contre le Venezuela et sa révolution.

Paix et souveraineté

Le président du Mexique, récemment élu à une écrasante majorité, a démontré dans le premier positionnement international de son gouvernement que les espoirs placés en lui sont fondés.

« Conformément aux principes constitutionnels de non-intervention, d’autodétermination des peuples, de règlement pacifique des différends internationaux, d’égalité juridique des États, de respect, de protection et de promotion des droits humains et de lutte pour la paix et la sécurité internationales, le Mexique ne participera pas à la méconnaissance du gouvernement d’un pays avec lequel il a des relations diplomatiques », a déclaré le Secrétaire aux Affaires étrangères dans un communiqué.

Ensuite, le gouvernement mexicain, avec celui de l’Uruguay, ont appelé à une solution pacifique et démocratique du panorama complexe auquel fait face le Venezuela. À cette fin, ils ont proposé « un nouveau processus de négociation inclusif et crédible, dans le plein respect de l’État de droit et des droits humains » et ont exprimé « leur plein appui, leur engagement et leur volonté de travailler ensemble pour la stabilité, le bien-être et la paix du peuple vénézuélien ».

Cette position coïncide avec l’appréciation que nous avons faite dans une note précédente, dans laquelle nous commentions : « Les forces progressistes célèbrent la victoire de Lopez Obrador parce qu’elle implique l’affaiblissement d’un des principaux gouvernements satellites de l’interventionnisme étranger en Amérique latine et dans les Caraïbes, porté surtout par les Etats-Unis mais aussi par certains gouvernements européens ».

« La défense de la paix dans la région revêtira une importance particulière. Le nouveau gouvernement mexicain, en opposition à la position prise au cours du mandat précédent, pourrait devenir une sorte de médiateur régional, amortissant le barrage d’actions et de sanctions du Nord, par exemple envers le Venezuela, Cuba ou le Nicaragua ».

Nous avons ensuite souligné qu’une telle position mexicaine serait « conforme à sa tradition diplomatique, d’où sont issus des traités historiques comme celui de Tlatelolco – actuellement en vigueur – par lequel l’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues la première zone exempte d’armes nucléaires au monde. Les médiations efficaces du Groupe de Contadora, au sein duquel le Mexique, le Panama, la Colombie et le Venezuela ont joué un rôle central dans la conclusion des Accords de paix qui ont mis fin à la guerre en Amérique centrale, sont également issues de cette position de dialogue et d’accord ».

Le Groupe de Contadora a été le précurseur du Groupe de Rio et de la création (2011) de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), organisation qu’il serait souhaitable aujourd’hui qu’accompagne la concertation de volonté politique au Venezuela et de promouvoir le dialogue politique entre les nations au sud du Rio Bravo, sans intervention ni ingérence.

La proposition conjointe du Mexique et de l’Uruguay de créer une initiative internationale pour le dialogue entre les forces politiques du Venezuela a été immédiatement soutenue par le Président Maduro, qui a déclaré que son objectif était « de rechercher un accord dans le cadre de notre Constitution, qui garantisse la stabilité et la paix à tous les Vénézuéliens ».

Le porte-parole de l’opposition, Guaidó, a cependant rejeté cette possibilité, qualifiant l’offre de « faux dialogue ».

Le secrétaire d’État américain et ancien chef de la CIA, Mike Pompeo, qui n’est pas un grand ami des mots et prêt à agir, a convoqué ce samedi le Conseil de sécurité des Nations unies pour tenter de condamner le gouvernement vénézuélien et de faire reconnaître son pantin politique sur la scène internationale. Une déclaration qui aurait été le prélude à un scénario de nouvelles sanctions – y compris la menace de guerre – mais qui n’a pas abouti, grâce à la sagesse des pays qui considèrent cette manœuvre comme une violation du droit international et une ingérence dans les affaires intérieures des autres nations, en totale violation de la Charte et de l’esprit des Nations unies.

Malgré cela, le gouvernement américain et les pays européens ont réussi à donner une dimension internationale à un conflit politique qui n’appartient qu’aux Vénézuéliens, mais qui compromet les possibilités d’émancipation et d’autonomie pour tous les peuples du monde.

Les guerres n’apportent rien de bon. Elles ne sont ni justes, ni saintes, ni bonnes. Elles sont mortels. Elles n’apportent pas le développement, la démocratie ou la liberté, mais la destruction, la souffrance et la domination.

Rien de bon n’apportent des coups d’état, ils sont toujours durs, jamais mous. Et encore moins, s’ils viennent de la main d’une puissance en déclin et d’un système en déclin, dans leur tentative désespérée d’empêcher de nouveaux vents.

Catégories: Droits humains, International, Paix et Désarmement, Relations internationales
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.