L’Équateur ou comment reculer dans le temps

23.02.2019 - Quito, Equateur - Nelsy Lizarazo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

L’Équateur ou comment reculer dans le temps
(Crédit image : El Telégrafo)

C’est le moins que l’on puisse dire des photos qui témoignent de la satisfaction du président équatorien Lenin Moreno à l’égard de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international. Il semble que les relations avec le FMI avec des conséquences aussi terribles dans notre pays appartiennent au passé et il s’est avéré que non, le gouvernement et la délégation technique du FMI, dirigée par Anna Ivanova, ont accepté de « soutenir le plan de politique économique de l’Équateur », selon les termes de Mme Ivanova. Le montant de cet  » accord  » atteint 4,2 milliards de dollars US. Les responsables du FMI affirment que le gouvernement national a un plan solide pour moderniser l’économie et favoriser la création d’emplois et, selon le communiqué du FMI lui-même, ils sont très satisfaits de cet accord.

L’histoire nous a montré, non pas une fois, mais plusieurs fois, que lorsque le FMI est satisfait, nous devrions nous inquiéter. Ceux qui défendent les intérêts des puissants ne sont pas contents… sans mettre en danger les intérêts des majorités. Mais non seulement le gouvernement n’est pas inquiet, mais il est très heureux de ce qui a été réalisé. Dans la chaîne nationale de mercredi dernier, il a déclaré que grâce à son administration, le pays a regagné confiance et crédibilité, il a retrouvé la démocratie et « ce n’est pas ce que le Venezuela est aujourd’hui”.

En outre, il a annoncé que le prêt du FMI sera complété par 6 milliards de dollars supplémentaires de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement, de la Banque de développement de l’Amérique latine, de la Banque européenne d’investissement, du Fonds de réserve latino-américain et de l’Agence française de développement. Mais ne nous inquiétons pas, le président a assuré par l’intermédiaire de l’ONU que tout ira à l’investissement social et qu’il nous laissera un pays meilleur.

Nous savons déjà, bien sûr, que l’accord avec le FMI est soumis au respect des prescriptions déjà connues : réduction du déficit budgétaire, réduction des dépenses publiques, augmentation des impôts. C’est à dire, ce que nous avons déjà vécu. Comment ces exigences seront-elles satisfaites tout en préservant l’investissement social, un emploi décent et une meilleure qualité de vie ? Eh bien, nous ne le savons pas et nous ne l’avons pas vécu dans les années 90… nous avons vécu, en fait, tout le contraire.

Catégories: Amérique du Sud, Politique
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.