Le Président Maduro a appelé au dialogue, à la paix et au respect de la souveraineté du Venezuela

08.02.2019 - Caracas, Venezuela - Javier Tolcachier

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Le Président Maduro a appelé au dialogue, à la paix et au respect de la souveraineté du Venezuela
Le Président vénézuélien Nicolás Maduro Moros à la Journée internationale "Nous sommes le Venezuela pour la démocratie et la paix", 4.02.2019 (Image de la presse présidentielle République bolivarienne du Venezuela)

Au siège du Ministère des affaires étrangères du Pouvoir Populaire – connu sous le nom de « Maison Jaune » – a eu lieu l’événement international « Nous sommes Venezuela pour la Démocratie et la Paix » dans lequel des intellectuels de différents pays du monde ont eu l’occasion de rencontrer le Président Nicolas Maduro Moros.

Dans son discours, le président a rappelé la rébellion civilo-militaire menée par le lieutenant-colonel Hugo Chávez le 4 février 1992, officiellement connue ici comme la « Journée de la dignité ». 27 ans se sont écoulés depuis lors dans une « rébellion permanente ».

« Rébellion permanente contre l’impérialisme, le néolibéralisme, l’oligarchie, contre la culture esclavagiste qui tente de nous dominer. Se rebeller contre le vol des droits sociaux, les mensonges et les fausses politiques d’information. Une rébellion permanente qui unit mille façons de se rebeller. Toutes les formes de rébellion, à la recherche de la grande rébellion latino-américaine », dit-il.

Il établit un parallèle avec ce que signifiait l’exploit du 19 avril 1810, « dans ce même espace, sur la Plaza Mayor (aujourd’hui Plaza Bolívar), où le peuple, mulâtres, métis, noirs libres, rebelles créoles blancs, disaient au capitaine général : ‘Nous ne vous voulons pas de toi, sors d’ici’, un jalon qui indiquait la voie de l’indépendance ».

Le président a également évoqué la censure des médias que les grandes chaînes exercent contre la révolution bolivarienne, niant l’existence d’un mouvement populaire fort dans son soutien. « Les invisibles, ceux que vous ne verrez jamais sur CNN ou BBC ». « Quand les invisibles sortent, c’est comme une bande de fantômes qui effraient l’oligarchie mondiale « .

En ce qui concerne la date de l’investiture d’Hugo Chávez Frías (2 février 1999), il a souligné : « Nous célébrons 27 ans de rébellion permanente et 20 ans de révolution, de combat et de victoire permanente également. 27 et 20, numéros magiques, vous pouvez jouer à la loterie et les petits animaux, ils sont sûrs de sortir », a plaisanté-t-il.

Le président du Venezuela a donné des détails importants sur le moment présent. « Le Venezuela développe actuellement une bataille pour sa propre existence. Nous livrons la bataille de notre pays en tant que république, de notre nation en tant que nation indépendante. Jamais auparavant en 200 ans de vie républicaine, le Venezuela n’avait été soumis à un processus de menaces, de pressions, d’agressions, comme nous vivons aujourd’hui ».

Le président a brièvement retracé l’histoire, utile aux délégations en visite pour se situer dans le contexte du processus, mais en soulignant aussi les parallèles évidents entre les situations passées et présentes.

Entre 1810 et 1830, le Venezuela connaît une intense période de guerre militaire. « C’était à nous d’affronter le pouvoir de l’empire espagnol, fondé sur 300 ans d’idéologie, de politique, d’obscurantisme, d’assujettissement et de domination esclavagiste dans toutes ces terres que nous appelons aujourd’hui Amérique latine et les Caraïbes ».

« Même alors, les dirigeants étasuniens refusèrent de soutenir l’indépendance et la libération des américains du Sud, et coopérèrent avec l’empire espagnol pour maintenir sa domination. En 1818, raconte Nicolás Maduro, Simón Bolívar a capturé deux goélettes pleines d’armement envoyées par les États-Unis pour les Espagnols, qui ont traversé l’Orinoco et y ont été capturés par le Libertador ».

« Tout l’établissement de la période coloniale était contre l’indépendance de NotrAmérique, personne ne nous l’a donné, nous avons gagné ce bras de fer, nous l’avons gagné avec sang, sueur et larmes, avec l’effort de milliers d’hommes et de femmes, d’Indiens, de Zambos, de métis, de Noirs, d’esclaves ».

Dans une nouvelle référence aux parallèles historiques, le président a rappelé qu’au cours de la guerre fédérale, une fraction de l’oligarchie est sortie pour demander au Royaume-Uni d’intervenir dans la guerre en faveur de la partie oligarchique, qui perdait au profit de l’armée populaire. En retour, les oligarques ont promis aux Britanniques la livraison d’Esequiba Guiana et de ses ressources.

Viennent ensuite les guerres civiles, les seigneurs de guerre, les guerres de partage du pouvoir jusqu’à l’arrivée de la révolution libératrice du général Cipriano Castro, avec laquelle commence la voie de la reprise du drapeau de Bolivar. Au début du XXe siècle, le Venezuela apparaissait déjà avec ses réserves de pétrole, les puissances européennes sont venues avec leurs canonnières pour recouvrer les dettes que le Venezuela avait, produit des différentes guerres. Le fameux blocus naval de La Guaira y a eu lieu. Cipriano Castro a lancé une proclamation du siège du gouvernement (aujourd’hui siège du ministère des Affaires étrangères), appelant à l’union des Vénézuéliens face à une certaine menace d’invasion et de guerre.

« Aujourd’hui, l’agression actuelle contre le peuple vénézuélien vient de l’impérialisme américain et des gouvernements satellites d’Europe et d’Amérique latine, a dit Maduro. « La guerre psychologique est une épreuve quotidienne pour notre peuple. Par le biais des réseaux sociaux… Qu’ils nous ont déjà envahis, qu’ils entrent par Cúcuta… [N.d.T. ville colombienne à la frontière avec le Venezuela] Ils n’entreront pas par Cúcuta ou par mille Cúcutas, ou est-ce que le pays n’a personne pour le défendre ou n’avons-nous pas une Force armée avec une capacité suffisante pour défendre le Venezuela ? Ici, au Venezuela, personne n’entrera, pas même un soldat envahisseur, je vous l’assure en tant que commandant en chef de la Force armée nationale bolivarienne », s’est-il exclamé avec fermeté et conviction. « Voici des hommes et des femmes qui pleurent cette terre, qui aiment cette terre. C’est une campagne, ils arrivent par Cucuta. Des fourmis sont en train d’arriver, bienvenues », a-t-il ironisé.

Cependant, il n’a pas atténué le danger de la guerre psychologique qui a lieu tous les jours, à toutes les heures.

En ce qui concerne le communiqué du « cartel de Lima », il a déclaré qu’il avait déjà commenté avec le ministre des Affaires étrangères Arreaza et la vice-présidente Delcy Rodriguez – présents et des deux côtés du président lors de l’événement – « que la lecture paragraphe par paragraphe, (plus fou que l’autre, a-t-il noté) nous gagnons, nous gagnons cette période historique, nous sommes en train de battre le cartel de Lima ».

« Ils ont fait du cartel de Lima une caricature de ce qu’est la politique mondiale. Ils se sont chargés de leur autodestruction morale. » Il a souligné que la politique internationale doit accepter la diversité, que tout gouvernement, quelle que soit sa couleur politique, doit établir des relations d’État à État, doit voir le monde comme une diversité, surmonter les différences idéologiques, politiques, religieuses, culturelles.

Dans une définition paradigmatique, il a déclaré : « Le XXIe siècle est le siècle de la Diversité, le siècle du dialogue entre les civilisations, entre les cultures et les religions, qui sont en guerre depuis des milliers d’années. Oui, nous pouvons nous considérer comme frères, chrétiens, musulmans, tibétains, juifs, asiatiques, africains, américains, américains, européens… » et puis approfondir le concept : « Une politique internationale adaptée aux paramètres du droit international et du XXIe siècle ne peut être une politique d’intolérance. De persécutions idéologiques, comme celle que le cartel de Lima a voulue contre la Révolution et le gouvernement bolivarien, contre la gauche entière, contre tous les secteurs progressistes ». Il a complété sa position en indiquant qu’une véritable inquisition politique, morale et idéologique s’est imposée à la politique internationale, « pour ne pas nous soumettre à une seule pensée, au néolibéralisme, pour ne pas nous soumettre aux ordres de Washington ».

« Quiconque a la patience de revoir les communiqués du cartel de Lima – que personne ne lit – d’il y a un an, pourra voir l’histoire négative et impériale de la politique d’intolérance et de persécution idéologique de ces gouvernements contre le Venezuela ».

« Cela n’avait été vu qu’avec les coups d’État dirigés par l’OEA « . Il a rappelé le coup d’Etat contre Jacobo Arbenz au Guatemala (1954). « C’était l’époque des ‘cañoñeras’, de l’interventionnisme, des coups d’État, des assassinats, et c’était tout le XXe siècle ». Comme l’indiquait Bolívar de façon prophétique : « Les Etats-Unis semblent destinés par la Providence à assombrir l’Amérique de misère au nom de la liberté”.

Le président vénézuélien a ensuite qualifié d’extrémiste la direction actuelle du gouvernement états-unien. « Appeler faucon à John Bolton – conseiller à la sécurité nationale des États-Unis – c’est lui pardonner, c’est un extrémiste, un belliciste, un fou impliqué dans les opérations de guerres sales des quarante dernières années de l’empire états-unien « . De même, il a décrit les expressions consécutives de menace du vice-président Mike Pence, du secrétaire d’État Mike Pompeo – « l’équipe Venezuela, comme ils s’autoproclament ». Ils sentent qu’ils gouvernent le Venezuela, fruit de l’obéissance et de la subordination de la droite vénézuélienne, en leur donnant des ordres par twitter, quand et où marcher, quoi dire, quoi annoncer ».

Et il a ajouté : « Le chef de la bande extrémiste, le chef du Ku Klux Klan, Donald Trump, qui a été interrogé lors d’une conférence de presse sur le Venezuela, comme s’il parlait de vacances à Miami Beach, a dit qu’il envisageait la possibilité d’une invasion du Venezuela, notre cher pays, par l’armée étatsunienne ».

Et j’ai demandé aujourd’hui : « Quel est le casus belli ? Quelle est la cause pour déclarer la guerre au Venezuela, M. Donald Trump ? Que le Venezuela est une menace pour la sécurité nationale des États-Unis ? La raison en est le pétrole et les réserves naturelles de notre chère patrie. C’est fou de parler de guerre en ce 21e siècle. Cette terre a des hommes et des femmes qui, en toute circonstance, seraient à l’avant-garde de ces prétentions bellicistes et inhumaines qui violent le droit international ».

« Et je dis qu’en tant que président pacifiste que je suis. Je suis un adepte du Mahatma Gandhi, je suis un fan – depuis mon enfance – de ce grand révolutionnaire socialiste Nelson Mandela. Nous sommes les enfants d’un grand pacifiste, notre commandant Chavez. Nous sommes un peuple de paix. Nous aimons la paix comme la vie elle-même », a-t-il dit dans une partie très importante de son discours.

Nicolás Maduro a apporté la Déclaration de l’Amérique latine et des Caraïbes comme territoire de Paix, scellée à La Havane en 2014 dans le cadre de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes, CELAC. « J’ai levé les deux mains pour l’approuver. » « En tant que peuple de paix, nous n’avons pas peur de vos menaces, M. Trump. Le Venezuela a le droit et la vérité de son côté. Nous sommes du bon côté de l’histoire. Et vous n’avez aucune raison de menacer un peuple libre et pacifique comme le nôtre, de recourir à la force militaire. De plus, cela viole la Charte des Nations Unies, y compris la Charte de l’OEA, qui interdisent explicitement le recours à la menace militaire et l’usage de la force entre États », a t-il déclaré.

« La déclaration de Donald Trump est illégale, criminelle, une tentative contre les Nations Unies, contre son système et sa charte fondatrice. Mais ici, la droite l’applaudit et sort en marche avec le drapeau gringo pour demander l’intervention. Rien de moins, qu’une minorité délirante demande une intervention militaire dans leur propre patrie. Insensés, ils ne savent pas ce qu’ils disent, ne savent pas ce qu’ils font ! »

« Comme s’il s’agissait d’un sport, toutes les 48 heures, toutes les 24 heures, un porte-parole de la Maison-Blanche vient menacer de recourir à la force militaire. Non, il n’y aura aucune intervention au Venezuela. Il n’y aura pas de coup d’État consolidé au Venezuela. Il n’y aura pas de guerre au Venezuela. Au Venezuela, il gagnera la paix ! Nous allons triompher une fois de plus sur un seul chemin, la Paix avec la justice, la paix avec la souveraineté, la paix avec l’indépendance, la paix avec l’égalité, la paix intégrale », a-t-il dit, sous les applaudissements nourris de l’assistance.

D’autre part, le président a souligné la force des forces armées et des milices populaires avec une stratégie qui garantit la possibilité de défendre chaque partie du territoire vénézuélien.

Entre autres concepts, il a affirmé que le Venezuela est aujourd’hui au centre du conflit géopolitique et que le destin de l’Amérique latine et des Caraïbes et les meilleures causes de l’humanité dépendent en grande partie de ce qui se passe maintenant.

Il a informé qu’à partir de mercredi 6/02/2019, un document sera présenté au gouvernement des Etats-Unis, demandant le retrait de toutes les menaces, le respect de la constitutionnalité et du droit international. Le texte, qui sera soumis à la signature publique du peuple vénézuélien, aspire à être approuvé par dix millions de volontés.

Le président a appelé à la solidarité des mouvements populaires du monde entier pour réveiller une vague en faveur de la paix, pour la résolution pacifique des conflits, au-delà des préférences politiques.

Il a souligné l’importance de la conférence internationale qui se tiendra les 6 et 7 février [N.d.T. Cet article a été écrit le 5 février] à Montevideo, convoquée par les gouvernements du Mexique, de l’Uruguay, de la Bolivie et des 14 pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM).

L’idée de tous est la paix, le dialogue, la compréhension, le respect du droit international. Mais « les Etats-Unis, le cartel de Lima sont venus dire non au dialogue. Si nous ne cherchons pas le dialogue entre les Vénézuéliens, qu’est-ce que nous cherchons ?, la guerre ? », a t-il demandé.

« Nous disons Oui au dialogue, Oui à la compréhension, Oui à la réconciliation nationale, Oui aux accords, oui, oui, oui. Mille fois Oui, mille fois le dialogue ! », a t-il conclu.

Catégories: Amérique du Sud, Paix et Désarmement
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.