4F : Rencontre à Caracas, « Le Venezuela face à la menace impérialiste »

09.02.2019 - Caracas, Venezuela - Javier Tolcachier

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

4F : Rencontre à Caracas,  « Le Venezuela face à la menace impérialiste »

A l’occasion de la Journée de la Dignité, qui commémore la rébellion civique militaire menée par Hugo Chávez Frías en 1992, la conversation « Venezuela contre la menace impérialiste » eut lieu à Caracas dans le cadre du Forum « Nous sommes Venezuela pour la démocratie et la Paix ».

Une importante délégation d’intellectuels, de militants et d’universitaires de différentes latitudes a participé à l’événement, ils ont transmis le message de solidarité et de soutien au peuple vénézuélien et à son président constitutionnel Nicolás Maduro Moros.

Le chancelier de la République bolivarienne du Venezuela, Jorge Arreaza, le professeur Adán Chávez, la vice-présidente de l’Assemblée nationale constituante, Nadia Díaz, l’économiste Pasqualina Curcio et l’analyste politique Marco Teruggi y ont participé.

William Castillo, vice-ministre de la Communication et de l’Information, a présenté les discours en remerciant la délégation internationale de sa visite et a souligné l’importance du 4 février pour le développement ultérieur du mouvement bolivarien.

Le chancelier Arreaza s’est référé aux circonstances de la révolution, indiquant que dans la tentative de coup d’Etat actuelle « les Etats-Unis ne sont pas derrière, mais devant ».

Il a souligné que le plan interventionniste avait été activé il y a un an, déjà au moment où, à Saint-Domingue, la délégation de l’opposition s’est levée de la table sans signer ce qui avait été convenu dans le cadre du dialogue.

Quant aux déclarations de certains pays européens reconnaissant comme président « intérimaire » ou « chargé » le député de l’opposition Guaidó, il a fermement exprimé que « cela ne nous affecte pas du tout. Il a ajouté : « C’était prévisible, comme on dit ici lorsqu’on joue au baseball ». Le chancelier a exprimé avec insistance que « la seule reconnaissance qui compte pour nous est celle du peuple vénézuélien et celle des peuples du monde », qui a été accueilli par les acclamations du public.

Parmi ses expressions, le ministre a remercié de tout cœur le Mexique, l’Uruguay et les pays de la Communauté caribéenne CARICOM, pour leur courage et leur dignité, en référence à la Conférence qui s’est tenue dans la ville de Montevideo les 6 et 7 février dans le but de rechercher des possibilités de dialogue entre le gouvernement et l’opposition. « Le dialogue, a-t-il souligné, a toujours été la méthodologie de la Révolution bolivarienne. Ils n’ont pas à nous convaincre, nous sommes un dialogue permanent ».

« Toute initiative qui sert à faire dialoguer (l’opposition) est la bienvenue, soyez courageux, asseyez-vous ! Nous allons nous rencontrer et montrer aux Vénézuéliens que nous faisons de la politique avec un « P » majuscule », a-t-il dit.

Nadia Díaz, vice-présidente de l’Assemblée constituante nationale ANC, a expliqué le rôle clé de leurs travaux dans la conception bolivarienne. « Ils expriment le principe maximum de la souveraineté populaire, pas même le président ne peut contredire les dispositions du pouvoir constituant ». D’autre part, elle a souligné la contribution fondamentale de la base, des collectifs et mouvements « qui ont apporté leurs propositions » pour l’élaboration du texte constitutionnel en vigueur depuis 1999.

Elle a revendiqué l’importance de l’ANC actuelle, élue en juillet 2017 dans le contexte d’une opposition qui, à partir d’une majorité obtenue en 2015, a tenté de saper les principes constitutionnels fondamentaux, tels que l’interdiction de s’approprier les ressources naturelles de la nation.

Adán Chávez, pour sa part, a exprimé sa conviction quant à l’énorme vague de solidarité latino-américaine et mondiale qui se manifesterait pour soutenir et défendre le Venezuela en cas d’attaque. « Nous voulons continuer à construire notre socialisme dans la paix et à travailler pour l’intégration régionale », a-t-il déclaré.

Il a souligné la guerre psychologique et médiatique menée contre le Venezuela, « répétant cent fois des mensonges, pour qu’ils deviennent vérité ». Finalisant son intervention avec l’harangue « nous continuerons à résister et nous continuerons à gagner », il a suscité l’enthousiasme de la salle.

Dans son discours, l’économiste Pasqualina Curcio a donné des clés pour comprendre la situation économique et sociale du pays. Après avoir passé en revue certaines des réalisations sociales du gouvernement révolutionnaire telles que le niveau de vaccination atteint (84%), le nombre impressionnant de maisons construites pour les secteurs non protégés (2,5 millions), le niveau élevé de scolarisation (7,6 millions d’enfants) et plusieurs autres, Curcio a soulignée que « le Venezuela n’a nul besoin de l’aide humanitaire. Il suffit d’arrêter les agressions », dit-elle.

Parmi celles-ci, elle a souligné le blocus financier criminel avec environ 23 milliards de dollars retenus. Pour indiquer l’ampleur de cette somme et son implication par rapport aux besoins de la population, elle a indiqué qu’un milliard est suffisant pour fournir des médicaments à toute la population vénézuélienne pendant un an. En d’autres termes, avec seulement le montant retenu, des médicaments pourraient être fournis au peuple vénézuélien pour les 20 prochaines années.

En ce qui concerne les causes des problèmes économiques actuels, elle a souligné que deux des facteurs fondamentaux sont le manque d’approvisionnement intentionnel, programmé et sélectif à travers une chaîne de distribution de produits contrôlée par des multinationales, puis l’attaque contre la monnaie nationale.

L’inflation des six dernières années d’environ 3 600 000 % a été induite par des manipulations extérieures et n’a aucun rapport avec une quelconque variable économique réelle de l’économie du Venezuela.

Pour sa part, l’analyste international Marco Teruggi a décrit les différents facteurs qui soutiennent le coup d’Etat actuel. Outre la guerre économique, l’invention d’un président 2.0, le travail brutal de désinformation et de diffamation sur les réseaux sociaux par le biais de fausses adresses Internet et de constructions médiatiques sont les principaux facteurs.

Pour suivre la trame, il n’est pas nécessaire d’écouter ce que Guaidó dit, il ne reçoit que des ordres. Il faut écouter Pence, Pompeo, Rubio, Rubio, a dit Teruggi, en soulignant ceux qui mènent le coup d’Etat. Cependant, « les annonces ne correspondent pas à la corrélation des forces sur le territoire », a-t-il dit.

L’événement s’est terminé par des manifestations de solidarité de plusieurs des délégués présents, qui ont souligné la grande différence entre les positions des gouvernements et celles des peuples, dont ils ne représentent pas les sentiments.

L’exemple emblématique du Canada, hôte de la dernière réunion du « Groupe de Lima » où, selon le journaliste canadien Arnold August, les grands syndicats du pays se sont prononcés contre la position complice du gouvernement de Justin Trudeau et la majorité est en désaccord avec sa politique étrangère, qui a abandonné le principe de non-ingérence dans les affaires des autres nations.

Dans le même ordre d’idées, la chercheuse et enseignante argentine Paula Klachko s’est exprimée en racontant les difficultés que connaît aujourd’hui le peuple argentin en raison des politiques du gouvernement Macri et en critiquant sa politique étrangère de soumission aux États-Unis.

Un travailleur vénézuélien assis à mon côté a fait un bilan significatif : « Ce sont généralement les pauvres qui protestent. C’est le seul pays où l’oligarchie marche contre les pauvres ».

Catégories: Amérique du Sud, Paix et Désarmement, Politique
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.