Pour faire progresser la participation citoyenne, les plébiscites communaux

30.12.2018 - Valparaiso, Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Pour faire progresser la participation citoyenne, les plébiscites communaux
Tomás Hirsch à la foire de Peñalolén (Crédit image : Pressenza)

« Il y aura un outil très efficace pour que les citoyens d’une commune ressentent et affirment leurs propositions et leurs opinions », dit Tomás Hirsch, député humaniste du Frente Amplio et auteur du projet de loi qui pourrait améliorer la participation citoyenne.

Le projet vise à faire en sorte que les habitants d’une commune aient bientôt la possibilité d’influencer, par exemple, la modification du Plan d’occupation des sols POS, qui les concerne. Un plébiscite communal pourrait être organisé, au lieu que les autorités municipales le résolvent, grâce aux révisions qui sont apportées à la loi organique des municipalités à la Chambre des députés.

Le plébiscite communal est une méthode qui est garantie par la Loi organique constitutionnelle des municipalités et qui vise à résoudre les questions de compétence municipale par la consultation des voisins. Il peut être convoqué : par le maire avec l’accord du Conseil municipal ; également par les deux tiers des conseillers municipaux ; par le même pourcentage dans le Conseil communal des organisations de la société civile (Cosoc) ; ou par le 10% des voisins qui ont participé aux dernières élections municipales. De plus, cet outil devient contraignant si plus du 50% des voix sont exprimées sur les listes électorales de la commune.

Toutefois, les conditions d’établissement d’un plébiscite pourraient changer. Début octobre dernier, le parlementaire humaniste Tomás Hirsch, soutenu par d’autres députés du Frente Amplio et de l’ancienne Nouvelle majorité, a présenté un projet de loi qui modifie les plébiscites municipaux et leur caractère contraignant dans deux articles de la loi organique des municipalités. Premièrement, il vise à réduire le nombre de citoyens nécessaires – qui ont voté lors des dernières élections municipales – pour participer à un plébiscite communal, de 10 % à 5 %.

Un autre objectif est de réduire le quorum nécessaire pour que les résultats des plébiscites communaux soient contraignants, actuellement il faut que 50% des électeurs de la commune aient voté. « Dans la pratique, c’est totalement impossible, même lors des élections présidentielles, il n’y a pas autant de gens qui votent. Le projet de loi propose d’exiger que 50 % de ceux qui ont voté aux dernières élections municipales votent, ce qui est un chiffre beaucoup plus réaliste et possible à respecter », dit le député humaniste.

« Il me semble nécessaire de modifier le quorum des électeurs pour les plébiscites, afin qu’il soit réellement contraignant et utilisable », déclare Sara Campos Sallato, conseillère municipale de la Reine. « Je pense qu’il est intéressant que l’outil existe, parce qu’il y a des situations où ils devraient être utilisés de toute façon. Les décisions devraient être prises par le biais de plébiscites contraignants et pas seulement par les autorités », dit-elle.

Ce mois-ci, le projet a été approuvé en général, par la Commission dans laquelle il est à l’étude, et le 27 novembre dernier c’était la date limite pour les modifications. Hirsch explique que cette idée est née parce qu’actuellement, un plébiscite « ne peut être rendu efficace par le nombre de participants qu’il exige et décourage ainsi la participation citoyenne ». Le projet vise à encourager et à motiver, ainsi qu’à impliquer les citoyens dans les questions qui concernent leur commune.

Où tenir des plébiscites ?

« Le plébiscite est un outil pour résoudre des problèmes structurels, très important », dit Sara Campos. « A La Reina, par exemple, il y a un Plan de développement communautaire, où des groupes de discussion sont organisés et où le Cosoc participe également, mais aussi une partie de la discussion devrait être en ligne, afin de permettre la participation des citoyens non organisés, qui sont nombreux. Il faut aussi entendre leurs voix », souligne-t-elle.

Il y a de nombreuses questions pour lesquelles les citoyens ont intérêt à être pris en compte dans la prise de décisions. Tomás Hirsh en présente quelques-unes : « Le Plan d’occupation des sols est l’une des questions qui préoccupent le plus les gens. D’autres thèmes sont : si des bâtiments peuvent être construits, s’il peut y avoir des industries dans le secteur, si la municipalité se consacrera aux services sociaux, si des parcs seront créés. Le thème de l’organisation territoriale de la commune est une question fondamentale»

Doris Gonzalez, leader du mouvement social Ukamau, estime aussi que les plébiscites pourraient se faire « concernant les plans d’occupation des sols, qui sont en cours de définition dans les communes, et qui modifient l’habitat de notre territoire. Par exemple, à la Estación Central, la commune dans laquelle je vis, il n’y a pas de Plan d’occupation des sols, mais il n’y a pas eu non plus de modalités concrètes pour faire participer. »

« Les sites industriels, les dépotoirs ou les décharges sanitaires, beaucoup de situations que les communautés ne veulent pas dans leurs territoires, mais, comment y faire face ?  » La dirigeante estime que les plébiscites communaux pourraient être une solution.

La participation des citoyens

Sara Campos faisait partie de la commission qui a travaillé sur la consultation des citoyens dans les communes de La Reina, Las Condes et Providencia, sur les modifications du parc Padre Hurtado. Campos en tire des conclusions positives et plusieurs enseignements : « Il me semble que le thème de la ville est important pour les gens. Les gens veulent avoir leur mot à dire et décider de ce qui se passe dans leur environnement. La ville est l’affaire de tous. Par exemple, passez aux budgets participatifs. Que ce soit les habitants de la commune qui définissent les investissements à réaliser sur leur territoire. »

Pour la dirigeante d’Ukamau, les plébiscites doivent être accompagnés d’un travail des autorités avec les dirigeants sociaux et, à partir de ceux-ci, avec la communauté pour établir leur lien. González considère qu’« au Chili il y a encore une participation qui est encore naissante et qu’il s’agit plutôt d’un geste symbolique de l’État, car il y a beaucoup de politiques de participation citoyenne qui finissent par être dirigées à partir de l’institutionnalité ».

Pour sa part, Tomás Hirsch estime qu’« il y a peu de culture de participation citoyenne au Chili, mais c’est une question qui se construit. Cela peut prendre beaucoup de temps, des années, c’est un long processus, mais il faut le construire et commencer par quelque chose.  Le projet que nous avons présenté, par exemple, y contribue, je crois », conclut le député.

Catégories: Amérique du Sud, Politique
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.