La Chine au cœur de la mondialisation

02.12.2018 - Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée - Pressenza IPA

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

La Chine au cœur de la mondialisation
(Crédit image : APEC)

Par Raúl Zibechi, pour La Jornada

Le récent Sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) s’est terminé pour la première fois sans que les dirigeants aient réussi à s’entendre sur une déclaration commune. Les raisons en sont simples : la confrontation entre les États-Unis et la Chine au sujet du commerce.

L’APEC, un forum créé en 1989 et composé de 21 pays membres, est dédié à la promotion du libre-échange, à la croissance économique, ainsi qu’à la coopération et la coordination dans la région de l’Asie-Pacifique. Son secrétariat général se trouve à Singapour et ses membres sont des pays du Pacifique, tant asiatiques qu’américains. Le Mexique, le Chili et le Pérou sont les pays d’Amérique latine qui composent l’APEC. Parmi les grandes puissances figurent la Russie, les États-Unis et la Chine.

Le sommet annuel précédent s’était tenu au Vietnam et celui qui vient de s’achever s’est tenu en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le premier ministre Peter O’Neill, lors d’une conférence de presse de clôture le dimanche 18 novembre, a déclaré que le principal obstacle à un accord était la réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et la concurrence entre les États-Unis et la Chine dans le Pacifique.

Selon l’agence de presse Reuters, la controverse a éclaté lorsqu’un haut diplomate chinois, Wang Yi, s’est opposé à un paragraphe du projet de déclaration qui mentionnait les « pratiques commerciales déloyales », ce qui de toute évidence faisait référence au dragon. Le président Xi Jinping a suscité la controverse et l’inquiétude aux États-Unis lorsqu’il a tenu une réunion avec les dirigeants des îles du Pacifique pour les inclure dans l’initiative Ceinture et Route de la soie.

Le vice-président des États-Unis, Mike Pence, a déclaré que les droits de douane resteraient en place tant que la Chine ne changerait pas d’attitude et s’en est pris directement à l’initiative Ceinture et Route. De son côté, Xi a attaqué le protectionnisme et l’unilatéralisme qui pèsent sur la croissance mondiale.

Cela vaut la peine de s’arrêter un instant au discours de Xi Jinping, car il révèle les préoccupations des deux puissances et leurs objectifs à long terme. Le discours a été publié dans son intégralité dans l’édition du 17 novembre du Global Times, le journal officiel chinois.

Il a commencé par dire que « la croissance mondiale est éclipsée par le protectionnisme et l’unilatéralisme », faisant clairement référence aux États-Unis. « Une nouvelle révolution dans la science, la technologie et l’industrie se prépare, mais les anciennes forces motrices seront encore remplacées par de nouvelles. »

Premièrement, la Chine se présente au monde comme un pays défenseur du changement et des avancées scientifiques les plus importantes, et affirme que les anciennes forces motrices sont un obstacle au développement. C’est la même approche adoptée par les États-Unis il y a un siècle, alors qu’ils étaient la grande puissance montante, le champion de la liberté et de la nouvelle économie qui pouvait résoudre les grands problèmes du monde.

Le président chinois a ajouté : « L’humanité est à nouveau à la croisée des chemins. Quel chemin devons-nous choisir : la coopération ou la confrontation ? » Le président chinois place cette croisée des chemins parmi « les leçons de l’histoire » à ne pas oublier. Il mentionne la Seconde Guerre mondiale comme un moment où l’humanité « s’est plongée dans un abîme de calamités ».

C’est la deuxième question centrale qui fait actuellement l’objet d’un débat dans le monde entier. La voie du protectionnisme est la voie de la guerre, qui peut commencer comme une voie commerciale mais conduirait inévitablement à une guerre militaire et, bien que Xi ne le dise pas, à une guerre nucléaire. La Chine se présente comme le porte-drapeau de la paix face au bellicisme de Washington.

Troisièmement, la Chine adopte les positions politiques et économiques que les États-Unis et tout le monde capitaliste occidental défendaient récemment. Ainsi, il défend la proposition d’ouverture économique et assure que « la mondialisation est la voie sûre pour le développement de la société humaine ».

Xi a déclaré que les barrières protectionnistes « vont à l’encontre des lois économique et de la tendance de l’histoire ». Elle positionne ainsi les États-Unis comme une puissance qui ralentit le progrès et le développement auxquels aspirent, naturellement, les pays les plus pauvres d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

À mon avis, c’est là l’un des points forts de la politique chinoise : se ranger du côté de l’histoire, comme l’ont fait les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale pour combattre le nazisme, qui était considéré comme une force réactionnaire. C’est son point fort contre la politique de Trump : se présenter comme la nouveauté face à l’ancienneté.

Enfin, Xi a plaidé pour un changement profond de la gouvernance mondiale. « En gardant à l’esprit les douloureuses leçons de deux guerres mondiales, les pays ont établi le cadre d’une gouvernance mondiale soutenue par les Nations Unies et composée du FMI, de la Banque mondiale, de l’OMC et d’autres institutions. » Son message dit qu’il faut réformer ces institutions pour assurer une bonne gouvernance mondiale et cesser de les utiliser en faveur de l’unilatéralisme américain.

Il a conclu son discours en affirmant que l’initiative Ceinture et Route « est une plateforme ouverte de coopération », qu’elle « n’est pas conçue pour servir un agenda géopolitique caché, qu’elle n’est dirigée contre personne et qu’elle n’exclut personne ». C’est là la réponse aux accusations du vice-président américain Mike Pence.

On ne peut qu’ajouter que la stratégie chinoise a et aura de plus en plus d’alliés parmi les pays du monde, même parmi les alliés stratégiques des États-Unis qui, comme l’Allemagne et la France, s’éloignent de l’unilatéralisme trumpiste.

Je vois deux problèmes importants dans la stratégie chinoise.

Le premier est que les États-Unis demeurent une puissance majeure dans le domaine de la science et la technologie, comme en témoigne le dernier palmarès Top500 des meilleurs superordinateurs du monde. Dans ce classement, les États-Unis occupent les deux premières places parmi les ordinateurs les plus rapides ; à cela s’ajoutent cinq superordinateurs parmi les dix premiers, contre deux pour la Chine. Quoi qu’il en soit, le dragon étend son avantage parmi les 500 ordinateurs les plus puissants de la planète en possédant 45 % des superordinateurs du classement, soit 227 dispositifs.

Le deuxième problème est environnemental. Les États-Unis ont des avantages par rapport à la Chine, car ils ont fait des progrès importants en matière de durabilité environnementale de leurs industries et de leurs grandes entreprises. Si la Chine ne fait pas de progrès dans ce domaine, elle aura du mal à se présenter comme la nouveauté face à l’ancienneté.

Catégories: Asie, Océanie, Opinion
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.