Domenico Lucano à Milan : « Une autre humanité est possible »

04.11.2018 - Milan, Italie - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

Domenico Lucano à Milan : « Une autre humanité est possible »
(Crédit image : Davide Contu)

Après avoir manqué la rencontre avec Aboubakar Soumahoro vendredi 27/10 à cause de la grève des médias, j’étais déterminée à ne pas la répéter avec Mimmo Lucano [N.d.T. Domenico Lucano], les mères de Lodi et tous les discours intéressants prévus pour la rencontre « De Riace à Lodi – Solidarité et droits » organisée par les associations Milano in Comune et Costituzione Beni Comuni, le mardi 30 octobre.

Je n’étais pas la seule, cependant, à en juger par la longue file d’attente que j’ai trouvée devant le Palazzo Marino. Une heure debout, à pas d’escargot, pour rejoindre la cour adjacente à la Sala Alessi et entendre qu’il n’y avait plus de sièges. Un peu de pression, et on y arrivera quand même. En effet, la salle est pleine, avec beaucoup de personnes debout et d’autres qui sont lentement assises sur le sol. Je le fais aussi et en attendant Mimmo Lucano sort dire bonjour à tous ceux qui sont dehors (environ deux cents).

Le maire Sala l’a accueilli et lui a dit : « Mimmo, Milan est avec toi » et « J’aurais fait la même chose » (les déclarations racistes sur les Africains ignorants ont-elles déjà été oubliées ? Très bien, ce soir, nous sommes dans un esprit de bienvenue). Basilio Rizzo, conseiller municipal de Milan et l’un des organisateurs de l’événement, souligne l’importance de « la solidarité, humaine et politique manifestée autour de l’expérience de Riace et son maire, et autour des enfants des citoyens étrangers de Lodi, victimes d’une odieuse mesure discriminatoire. Puis il salue Mimmo Lucano en dialecte calabrais et il répond ému par l’affection palpable qui l’entoure : « Je n’aurais jamais imaginé qu’un jour une grande et importante ville du monde comme Milan m’accueillerait, ce n’était pas mon but d’être si célèbre, soudain, mais il y a faim d’humanité. Nous voulons tous que les droits humains soient respectés. Il n’y a rien d’alarmant à avoir le désir d’aider les gens au-delà de leur race et de leur origine. »

Tonnerre d’applaudissements, gens debout, excitation et enthousiasme. Mimmo Lucano raconte l’histoire de l’accueil à Riace, décrit le pays inhabité qui revient à la vie grâce aux immigrants et revient aux concepts déjà maintes fois exprimés. Concepts d’une humanité simple et profonde. « Il faut être fier de connaître quelqu’un d’autre, en fin de compte, l’accueil est de connaître d’autres personnes. Mais pensez-vous que c’est normal de mépriser les êtres humains ? Ce n’est pas normal, il faut le dire tel quel. J’ai pratiquement été arrêté pour avoir confié la gestion des déchets à deux coopératives sociales de Riace. L’un s’appelle Aquilone, il y a des sans-abri de Riace et deux réfugiés. La contestation est que nous avons procédé à la garde directe et la Cour de révision m’a expliqué que la raison de mon arrestation était qu’il n’y avait pas d’enregistrement dans le registre des coopératives régionales. Mais l’avocat a expliqué que le registre n’existe pas ! Ensuite, ils me contestent pour avoir aidé et encouragé l’immigration clandestine. Pour un mariage. À l’époque, le ministre de l’Intérieur était très occupé en Libye avec les chefs de clan d’un gouvernement sans gouvernement qui ne respecte pas les droits humains pour passer des contrats et à Riace, nous nous demandions ce qui se passait : vont-ils nous enfermer dans des camps de concentration ? Mais ils étaient inquiets de dire que le nombre d’immigrants était moindre, pour obtenir le consentement électoral, mais ce sont des crimes contre l’humanité, et j’ai fait un mariage, un mariage ! »

« Riace montre qu’une autre humanité est possible« , conclut Mimmo Lucano et tout le monde applaudit et chante Bella Ciao.

La soirée se poursuit avec de nombreux autres discours, dont ceux des mères de la coordination « Equal Duties » de Lodi [N.d.T. ville près de Milan], qui relatent la discrimination honteuse exercée contre les enfants étrangers par la municipalité leghista [N.d.T. de la Ligue du Nord, parti d’extrême droite italien] et la réaction extraordinaire des citoyens, associations et partis. Non seulement une manifestation de solidarité et de proximité avec les familles discriminées, mais un acte concret, brillant par sa simplicité : une collecte de fonds intitulée « Faisons la différence » qui a reçu en quelques jours 160 000 euros, une somme qui permet à tous les enfants exclus d’accéder aux services scolaires tout au long de l’année. Cette bataille est gagnée, cependant, la bataille de fond persiste, à savoir, l’abrogation de la réglementation lancée par la municipalité.

La rébellion contre l’injustice et cette « force des justes » citée par Moni Ovadia dans son discours se fait sentir dans tous les discours, comme toujours passionné et ironique : « Il y a un besoin de mobilisation, de désobéissance civile aux lois inhumaines » dit-il. Il a ensuite rappelé à Salvini [N.d.T. Vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur en Italie] qu' »il n’y a qu’une seule race, la race humaine, qui vient aussi d’Afrique ».

Une nuit intense, pleine de force et d’espoir. Merci Mimmo et merci à tous ceux qui, de diverses manières, s’opposent à la barbarie déshumanisante en illuminant ce moment sombre.

Catégories: Droits humains, Europe
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.