La vérité sur le Venezuela se répand dans le monde entier

07.10.2018 - Caracas, Venezuela - Rosi Baró

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

La vérité sur le Venezuela se répand dans le monde entier
mural Hugo Chávez (Image de David Hernández)

“C’est l’heure des fours
et il n’y a que de la lumière à voir”
José Martí

Il devient de plus en plus évident que la réélection du Président Nicolás Maduro pour un nouveau mandat de 6 ans (2019-2025), remportant un succès retentissant avec 68% des voix, a été un coup de grâce pour tous les partis politiques d’opposition, car ils ont été réduits à rien ; leurs erreurs répétées les ont maintenant conduits à proclamer l’intervention étrangère, c’est-à-dire que d’autres devraient faire pour eux ce qu’ils n’ont pas pu conquérir avec les votes ; sans un projet à présenter au pays au-delà du renversement du gouvernement, leur pouvoir de rassemblement aujourd’hui ne suffit même pas pour élire un conseil de copropriété ; beaucoup de leurs fervents partisans, frustrés et déçus, ont émigré et ceux qui ne l’ont pas fait, leur montrent un profond rejet.

En conséquence, l’opposition locale a été laissée entre les mains d’entrepreneurs privés qui utilisent leur pouvoir pour déstabiliser, induire l’inflation et la mettre sur le dos du président. L’argent roi, qui ne connaît pas de frontières ou de drapeaux.

Cependant, les gens sont déjà clairs, selon un récent sondage publié par Hinterlaces et diffusé par José Vicente Rangel dans son émission télévisée du dimanche : 62% des Vénézuéliens préfèrent que le Président de la République, Nicolás Maduro, règle les problèmes économiques du pays, et 61% attribuent ces problèmes économiques à des agents extérieurs au gouvernement comme la guerre économique, la chute des prix du pétrole, la spéculation et les sanctions financières des Etats-Unis.

Ainsi, les acteurs les plus en vue à l’heure actuelle viennent de l’étranger, beaucoup d’anciens dirigeants de l’opposition nationale ont émigré et continuent à jouer le rôle de marionnettes de ceux qui ont toujours été et continuent d’être leurs maîtres : les seigneurs de l’argent, qui aiment exercer leur pouvoir dans l’ombre. La situation devient bien claire, comme correspond au moment que nous vivons, ce que José Martí appelait « l’heure des fours et il n’y a que de la lumière à voir » : l’heure de la Vérité.

Depuis que le gouvernement vénézuélien a lancé son Plan de récupération économique et prospérité , il mène une offensive diplomatique et politique avec un déploiement intense de hauts responsables à travers le monde, dont le président, sur plusieurs fronts simultanés, notamment en Chine, Russie, Inde et Turquie pour contenir les prétentions des coyotes d’envahir le pays. L’objectif de la diplomatie vénézuélienne est de rendre visible l’agression extérieure, de contrer l’inquisition des médias contre la révolution bolivarienne, d’expliquer à chaque Etat la situation vécue au niveau national, de porter la Vérité du Venezuela à des oreilles réceptives

Malgré la récente tentative d’assassinat déjouée planifiée depuis les États-Unis, les menaces contre son intégrité physique, les plans bellicistes proclamés par Donald Trump et l’intense campagne internationale pour faire fi de sa légitimité, le président Maduro a surpris tout le monde par sa présence courageuse à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, dans la bouche même du loup. Dans son discours, le président a porté « la voix d’un peuple en lutte, héroïque, révolutionnaire, qui a refusé de se rendre tout au long de son histoire et qui a été témoin de l’une des agressions les plus infâmes et embarrassantes de ces dernières années. Et malgré ces agressions, il s’est montré prêt à dialoguer avec le président américain Donald Trump, « avec un agenda ouvert » sur toutes les questions que le gouvernement américain souhaite avoir.

Dans son discours, le président a révélé que « au cours des deux dernières années, le pays a été soumis à des mesures illégales de blocus économique unilatéral, telles que la prévention de l’utilisation du dollar par l’utilisation de positions dominantes des autorités du Secrétariat du Trésor des États-Unis ». Il a également dénoncé « qu’un dossier médiatique mondial a été construit contre notre pays pour prétendre une crise humanitaire, qui utilise les concepts des Nations Unies pour justifier une coalition de pays, dirigée par le gouvernement des États-Unis et ses gouvernements satellites en Amérique latine, afin d’intervenir sur notre pays ».

Il a expliqué que la situation de harcèlement et d’agression vise à s’approprier, le cas échéant, les immenses richesses naturelles du pays, principalement le pétrole, et aussi, comme l’a souligné le président dans son discours : « il est en cours de certification la réserve la plus vaste du monde en or et la quatrième réserve en gaz sur la planète. »

Au milieu de cette situation difficile, l’invitation à une visite d’Etat du Président chinois Xi Jinping au Président Maduro, faite entre le 13 et le 16 septembre, a été la nouvelle qui a eu le plus d’impact ces jours-ci, non seulement en raison de la signature d’accords bilatéraux importants dans différents domaines, mais aussi en raison de l’importance stratégique que représente le soutien d’une grande puissance en cette période, une reconnaissance qui est appréciée. D’autre part, c’est une preuve de confiance dans le leadership du président qui a su contrer des crises internes très complexes et présenter un plan de relance économique solide, une alternative au dollar pour éviter le blocus, une situation à laquelle la Chine doit aussi faire face.

Lors d’une conférence de presse internationale convoquée à l’arrivée de cette visite, les 28 accords signés ont été annoncés, qui s’ajoutent aux 700 projets de développement déjà en cours avec cette nation asiatique. Peut-être le plus considérable signé dans cette visite est le financement estimé à 5 milliards de dollars, pour doubler la production actuelle de pétrole et être en mesure de fournir à la Chine un million de barils de pétrole supplémentaires par jour. On s’attend donc à ce qu’à court terme, il puisse déplacer les États-Unis en tant que principal client du pétrole brut vénézuélien.

Devant la critique selon laquelle le pays est hypothéqué, donné à une puissance étrangère, le président a précisé : « Les systèmes de financement que nous avons avec la Chine ne génèrent pas de dette, tout l’argent que la Chine a financé a été payé avec du pétrole.  Elle n’a généré ni dette ni hypothèque, mais développement. La Chine ne nous impose pas de conditions comme le Fonds monétaire international le fait à l’Argentine. La Chine est en relation d’égalité et de respect avec les pays frères du Sud ; elle ne cherche pas des changements de gouvernement, elle cherche un monde de destin commun ».

Ceux qui font ces commentaires commettent un péché de mauvaise intention ou d’ignorance ; ils invisibilisent ou ignorent le fait qu’en raison de la politique souveraine établie par le commandant Chávez et poursuivie par le président Maduro, un complexe géopolitique a été structuré pour protéger les réserves brutes du pays, par l’association et la constitution de sociétés mixtes avec la Russie, la Chine, les États-Unis, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni, le Brésil, le Japon et autres pays ; et afin d’empêcher sa privatisation, il a été établi dans la Constitution que l’État doit maintenir un pourcentage d’actionnariat supérieur à 50% dans toutes les entreprises dans les zones stratégiques, y compris l’une des plus importantes, ‘Petroleos de Venezuela’.

Dans le cadre de ce déploiement du Venezuela dans le monde, le 23 septembre, le Ministre du pétrole a participé à la dixième réunion du Comité mixte de suivi des pays producteurs de l’OPEP et hors OPEP, qui s’est tenue en Algérie, où il a été convenu de ne pas augmenter la production, le marché du pétrole brut ayant atteint un niveau de stabilisation satisfaisant. Trois jours avant cette réunion, le président Donald Trump a envoyé un tweet en ces termes : « Nous protégeons les pays du Moyen-Orient, qui ne seraient pas en sécurité longtemps sans nous, tout en continuant à faire pression pour des prix du pétrole toujours plus élevés ! Nous en tiendrons compte. Le monopole de l’OPEP doit baisser les prix maintenant ! Les participants à la réunion ont jugé ce message insultant et n’ont pas tenu compte de leurs « ordres ».

Est-il possible que M. Trump facture pour sa « protection » dans le meilleur style de Don Corleone ? Le politologue américain Noam Chomsky décrit parfaitement cette conduite des Etats-Unis dans leurs relations internationales traitées avec une logique mafieuse : le Parrain ne tolère pas la désobéissance, si un petit commerçant quelque part, par exemple, ne paie pas pour sa protection, le Don ne l’accepte pas. Il envoie ses hommes de main pour le battre à mort, même s’il n’a pas besoin d’argent, parce que d’autres peuvent suivre son exemple et que le virus peut se propager dans le monde entier, alors les choses commencent à se détériorer. C’est un principe dominant des Etats-Unis dans leur façon de traiter avec les pays qui ne sont pas complaisants avec « leurs intérêts ».

Beaucoup de gens n’ont peut-être pas entendu les discours des dirigeants qui ont participé à la 73e session de l’Assemblée générale de l’ONU, mais un événement inhabituel a été viralisé dans le monde entier, au début de l’intervention de Donald Trump, quand il a dit que « en moins de deux ans, mon gouvernement a fait plus que tout autre gouvernement de l’histoire de notre pays », les quelque cent dirigeants mondiaux et délégations présents ne pouvaient contenir un rire spontané et éclatant. Quelque chose d’impensable il y a quelques années, dans la solennité et le respect qui sont censés inspirer cette clôture, encore moins lorsque l’orateur n’est pas un bouffon ou un showman, mais qui est censé être le représentant de la nation la plus puissante du monde. Puis, lors d’une conférence de presse, voulant minimiser ce fait, il a dit : « Ils ne se sont pas moqués de moi, ils se sont moqués avec moi. On passait un bon moment ». « Ne faites pas d’éclaircissements, car vous produisez de l’obscurité », dit un proverbe populaire vénézuélien.

Le fait que toute l’ONU se soit moquée de Trump non pas une ou deux fois, mais trois fois, est frappant, étant donné que l’une des phrases les plus utilisées par le président étasunien pendant la campagne électorale était « nous sommes la risée du monde ». Bien que ses prédécesseurs dans les interventions de l’ONU aient toujours été les maîtres du monde année après année, tout comme Trump, faisant usage de ses indéniables talents histrioniques, celui qui s’y exprimait était unanimement perçu comme un comédien. La vérité a des manières inattendues de se manifester dans la réalité et ce qui s’est passé, selon ma perception et mon désir, est, je l’espère, le prélude à ce que les vieux philosophes Hegel et Marx ont affirmé en leur temps : « L’histoire se répète deux fois, d’abord comme une tragédie et ensuite comme une comédie ; et pourquoi l’histoire va à ce rythme ? Pour que l’humanité puisse être séparée, en riant, de son passé ».

Catégories: Amérique du Sud, Opinion, Politique
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.