Joyeux anniversaire, opportunité manquée. Bienvenue, nouvelle opportunité

16.09.2018 - Londres, Royaume-Uni - Silvia Swinden

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Joyeux anniversaire, opportunité manquée. Bienvenue, nouvelle opportunité
Affiche des ouvriers industriels du monde "Pyramide du système capitaliste" (1911). (Image par IWW - Domaine public, Wikimedia Commons)

« L’expérience de mort imminente du capitalisme avec la crise bancaire a été une occasion en or pour les progressistes. Mais ils ont tout gâché. 

[…] les préparatifs des manifestations à l’occasion du dixième anniversaire de la faillite de Lehman Brothers – moment charnière de la crise financière mondiale – sont bien avancés.

Ne vous y trompez pas, le fait que les événements se dérouleront sur toutes les places financières du monde n’est pas une raison de se réjouir. Au contraire, c’est un signe d’échec. Les banques ne se séparent jamais. Les plans d’une taxe sur les transactions financières sont recouverts de poussière. Les politiciens ont joué avec l’idée d’un nouvel accord vert et l’ont ensuite oublié. Il n’y a jamais eu un grand retour du pendule par rapport à l’orthodoxie dominante, juste une brève poussée qui s’est rapidement inversée. Le fait brutal est que la gauche a eu sa chance, et l’a ruinée.

Dix ans plus tard, la finance internationale est plus puissante qu’elle ne l’a jamais été. Il n’y a eu qu’une seule réforme cosmétique du secteur bancaire. Le pouvoir des banques est de plus en plus concentré. Une petite minorité d’entre eux a pu se rendre compte des avantages d’une reprise mondiale plus faible après la récession, de mémoire d’homme. Dans la plupart des pays développés, les salaires et le niveau de vie n’ont augmenté que modestement, voire pas du tout. » Larry Elliot pour The Guardian

Je pense que cette note résume parfaitement ce qui s’est mal passé après le crash de 2007-2008. C’était l’occasion d’apporter un véritable changement dans le système économique, mais ceux qui étaient au pouvoir ont choisi de fermer les stores et de rester dans leur zone de confort (qui s’effondre rapidement), croyant même que le système pourrait être sauvé par quelques ajustements mineurs (par exemple les sauvetages des banques Uk £85o+bn ou US $12.5+tn, d’autres pays ont suivi l’exemple).

Fille tirant une cuve à charbon dans la mine, d’après un rapport officiel de la commission parlementaire britannique au milieu du XIXe siècle.

Mais au lieu de soutenir l’économie « réelle » (prêts hypothécaires, prêts aux petites et moyennes entreprises et aux coopératives, investissements dans les services), le système financier international a détourné les opérations de sauvetage vers la spéculation et les bonus, c’est-à-dire le maintien de la situation actuelle. Pas étonnant que ce 15 septembre, alors que le 10e anniversaire de l’effondrement de l’emblématique Lehman Bros approchait, des millions de personnes préviennent qu’un nouvel effondrement pourrait se produire sous peu. En fait, c’est déjà en train de se produire, mais au ralenti. L’inconnu, bien sûr, ce sont les guerres commerciales de Trump, les préparatifs de la Chine pour l’éventuelle crise et le Brexit. Il se peut que certains pays l’aient un peu remarqué et essaient d’éviter les paquets de bric-à-brac (tels que les prêts hypothécaires à risque identifiés comme le déclencheur de la crise) qui circulent sans aucun doute à nouveau. Et certains pays ont réussi à changer le modèle pour sortir largement du système, comme la Bolivie avec Evo Morales, mais les médias ont tendance à être très discrets à ce sujet.

Chose choquante, en 2001, l’Argentine a eu sa propre répétition générale des événements qui allaient entraîner une implosion complète de son économie (grâce au travail pratique du FMI et des agences de notation comme Standard and Poor, Moody, etc. (1), exigeant que le modèle néolibéral soit appliqué jusqu’à ses conséquences finales, comme l’actuel gouvernement Macri et ses manipulateurs américains), qui devait être suivi six ans plus tard par une crise mondiale. Eh bien, l’Argentine est de nouveau en train d’imploser, et si ce n’est pas un avertissement au monde, je ne sais pas ce que c’est.

Les voix de la raison

Heureusement, TINA (Margaret Thatcher, « Il n’y a pas d’alternative » – au néolibéralisme) est mort. Les économistes Joseph Stiglitz et Thomas Piketty, lauréats du prix Nobel d’économie, ont averti que l’inégalité induite par le néolibéralisme est la plus grande menace pour l’avenir de l’humanité. Des individus et des mouvements pour le changement apparaissent dans de nombreux pays à travers le monde, Jeremy Corbyn au Royaume-Uni, Bernie Sanders aux Etats-Unis, Jean-Luc Mèlenchon en France, Podemos en Espagne, DiEM25 en Europe, et bien d’autres font de bonnes propositions, déjà présentées par Silo en 1992 :

« Selon les humanistes, les facteurs de production sont le travail et le capital. La spéculation et l’usure sont en trop. Dans la situation actuelle, les humanistes luttent pour que la relation absurde qui a existé entre ces deux facteurs soit totalement transformée. Jusqu’à ce jour, on a imposé que le profit revienne au capital et le salaire au travailleur, justifiant un pareil déséquilibre par le “risque” assumé par l’investissement… comme si chaque travailleur ne mettait pas en jeu son présent et son avenir soumis aux aléas du chômage et de la crise !

Mais la gestion et le pouvoir de décision à l’intérieur de l’entreprise sont également en jeu: le profit non destiné au réinvestissement dans l’entreprise, non destiné à son expansion ou à sa diversification, dérive vers la spéculation financière. Le profit qui ne crée pas de nouvelles sources d’emploi dérive aussi vers la spéculation financière.

Par conséquent, les travailleurs doivent orienter leur lutte pour obliger le capital à un rendement productif maximum. Mais ceci ne pourra pas se réaliser sans le partage de la gestion et de la direction. Comment éviter autrement les licenciements massifs, la fermeture et le vide généré dans les entreprises ? Car le préjudice majeur réside dans le sous-investissement, la faillite frauduleuse, l’endettement forcé et la fuite des capitaux, et non pas dans les bénéfices résultant de l’augmentation de la productivité. Et si on insistait pour que les travailleurs confisquent les moyens de production suivant les enseignements du XIXe siècle, il faudrait alors tenir compte du récent échec du socialisme réel.

Quant à l’objection: “encadrer le capital, comme est encadré le travail, produit sa fuite vers des lieux et des zones plus profitables”, on peut répondre: ceci ne se produira plus très longtemps, puisque l’irrationalité du schéma actuel mène ce capital à sa saturation et à la crise mondiale. Cette objection, outre sa totale immoralité, ignore le processus historique du transfert du capital vers la banque. Par ce transfert, le chef d’entreprise lui-même devient un employé sans pouvoir de décision, à l’intérieur d’un circuit dont l’autonomie n’est qu’apparente. Par ailleurs, au fur et à mesure que la récession s’accentuera, les chefs d’entreprises commenceront eux aussi à prendre en considération ces différents éléments. » (2)

Parmi les propositions sensées figurent une fiscalité progressive équitable, la suppression des échappatoires qui permettent l’évasion et la fraude fiscale, tels que les paradis fiscaux, la renationalisation des services et le soutien à la santé publique, l’éducation, le logement et le bien-être, la recherche et les investissements dans l’économie verte, tant au profit du changement climatique que pour éviter les millions de décès causés par les effets sur la santé de la pollution atmosphérique, hydrique et des sols, décourager la spéculation par le biais de la taxe sur les transactions financières ou taxe Tobin et réduire les impôts sur les sociétés qui réinvestissent leurs bénéfices dans la production, augmenter l’imposition des sociétés et réduire l’impôt des personnes physiques, un système bancaire qui donne la priorité au modèle commercial des coopératives et associations (à la John Lewis au Royaume-Uni, qui s’est avéré beaucoup plus résistant en temps de crise économique que ses homologues néolibéraux classiques), l’application du revenu de base universel et la promotion de la recherche et de l’éducation comme culture permanente à tous les niveaux de la société. Les expériences menées dans le domaine des biens communs (du logiciel libre et de l’octroi de licences à la gestion agricole) ont montré que le partage est bien meilleur que la concurrence.

Il n’est pas possible de lister ici toutes les politiques qui peuvent conduire à une société humanisée et compatissante, mais il va sans dire que la fin et la prévention des guerres et des conflits à l’avenir réduiront la migration forcée des personnes, et le traitement respectueux et humain des immigrants est la marque d’une société plus avancée. La réduction et le détournement des budgets militaires pourraient facilement résoudre tous les problèmes de faim et de misère qui affectent de vastes régions de la planète, bouclant ainsi le cercle vicieux des armes qui ont besoin des guerres pour vendre plus d’armes.

Malheureusement, la plupart des médias, et maintenant de nombreux médias sociaux, sont entre les mains de dirigeants néolibéraux qui mentent, souillent et détruisent la réputation de tout politicien engagé dans le changement, attisant les flammes de l’anti-immigration et du racisme pour promouvoir des gouvernements de droite qui continuent à renforcer le modèle dont ils bénéficient. Tant que nous ne serons pas plus conscients de leur manipulation, les populations continueront à élire ceux qui, en fin de compte, travaillent contre les intérêts des gens. Le populisme de droite fait appel aux plus grandes craintes pour que les mesures les plus anti-humaines soient adoptées. Sa longue histoire et les horreurs du nazisme en Europe devraient être un avertissement pour rester vigilant alors qu’il relève la tête.

Ne laissons pas passer cette opportunité

Il y a dix ans, la crise a pris les gens ordinaires par surprise, sans préparation, individualistes et désorganisés, voire hypnotisés par la propagande de la grande vie que nous pourrions avoir si nous nous comportions selon les mantras politiques : « ce système n’est peut-être pas parfait, mais il est le seul possible » et ainsi de suite. La « solution » à la crise était donc entre les mains de ceux qui nous ont mis dans le pétrin.

Il ne s’agit pas de « blâmer » les architectes de la crise parce que la politique de la peur instituée pour dominer la base sociale travaille aussi sur le psychisme des élites, mais la paranoïa des puissants les rend infiniment plus dangereux. Empêcher leur déshumanisation est autant notre responsabilité que celle d’empêcher celle qu’ils fabriquent. C’est la seule issue pour l’humanité. La vengeance est une impasse, socialement et spirituellement.

Alors ça ne peut pas se reproduire. Nous ne pouvons laisser au système corrompu et égoïste le soin de faire du somnambulisme dans une répétition des crises passées que le système utilise pour continuer la concentration obscène de la richesse et du pouvoir entre des mains de moins en moins nombreuses. La prochaine fois, les machines seront accusées de chômage massif et de précarité croissante, ce qui n’a rien à voir avec les machines ! C’est l’intention des élites (terrifiées et tout aussi confuses), incapables d’empathie et de compassion, qui les utiliseront pour justifier des licenciements massifs, alors que les machines seraient en fait un merveilleux moyen de réduire le besoin de travail et d’augmenter le temps consacré à chercher des réponses importantes pour la vie : la science, l’éducation, le développement spirituel, la communauté seraient les bénéficiaires du travail insignifiant confié aux machines. Mais le paradigme doit changer et cela ne peut se produire que si les gens ordinaires deviennent conscients, organisés et actifs.

Récemment, nous avons eu de merveilleux exemples de très jeunes gens qui ont pris des positions courageuses contre l’injustice dans différentes parties du monde (3), nous devons apprendre d’eux ! Mais il est également nécessaire de produire et d’ordonner les propositions existantes pour un monde meilleur, d’être prêt à faire campagne et à voter pour celles-ci, même dans nos démocraties imparfaites purement formelles, car laisser la sortie de crise aux puissants serait un suicide.

 

Notes

(1) « Premièrement, la survie de Moody’s et de Standard & Poor’s (maintenant connue sous le nom de S&P Global Ratings). L’enquête menée par le Sénat américain en 2010 a été révélatrice : les deux agences de notation, au milieu d’importants conflits d’intérêts et en utilisant des modèles douteux, ont attribué la note triple A à des instruments financiers qui se sont révélés être des maisons de cartes. De plus, S&P a admis en 2015, dans le cadre d’un accord avec le ministère de la Justice (auquel elle a versé 1,4 milliard de dollars), que son processus de notation était entaché d’irrégularités.

« Toutefois, les deux sociétés demeurent les régulateurs de fait du marché obligataire mondial : elles dictent ce que les investisseurs institutionnels peuvent et ne peuvent pas acheter. Pire encore, leurs opinions influent sur les taux d’intérêt. » FT

(2) Silo,  lettres à mes amis

(3)  Malala Yousafzai, des enfants d’écoles américaines contre le lobby des armes, Ahmed Tamimi, Erin Elsson, des jeunes qui luttent contre les avortements dangereux en Amérique du Sud, etc.

Catégories: Economie, International, Jeunes, Opinion
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.