[Migrations] Barcelone accueille le navire ‘Open Arms’ (bras ouverts) avec un événement revendicatif destiné à l’Europe

06.07.2018 - Barcelone - Redacción Barcelona

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Catalan

[Migrations] Barcelone accueille le navire ‘Open Arms’ (bras ouverts) avec un événement revendicatif destiné à l’Europe
(Crédit image : Antonio Sempere)

A l’occasion de l’arrivée du bateau humanitaire Open Arms à Barcelone, après avoir secouru soixante personnes en Méditerranée, Proactiva Open Arms et diverses autorités de Barcelone et de Catalogne, ainsi que les députés européens accompagnant le navire ont fait les déclarations suivantes.

Photo: Manu (Fotomovimiento)

Ada Colau, maire de Barcelone, a souhaité la bienvenue aux membres de l’organisation Proactiva Open Arms et a rappelé que le conseil municipal de Barcelone demande depuis trois ans être ‘ville-refuge’. « Nous avons été furieux au sujet de la politique européenne d’immigration et nous ne voulons pas être complices, les États doivent sauver des vies, si nous respectons les droits humains, la seule option est de sauver des vies », a-t-elle dit. Ada Colau a souligné le rôle de Proactiva Open Arms, qui a démontré au fil des années que des vies peuvent être sauvées dans des conditions difficiles, s’ils peuvent le faire, que ne peuvent pas faire les Etats ?

La mairesse a rappelé : « Nous avons vu le navire Open Arms quitter le port à plusieurs reprises et pour la première fois ils ont pu revenir avec les personnes sauvées, même contre la criminalisation dont souffrent les ONG ». Merci de montrer que l’humanité n’est pas perdue et que la démocratie européenne a une chance.

« Enfin, une opération d’accueil a été réalisée dans le port de notre ville. Nous avons montré qu’il est possible de se coordonner rapidement pour donner une réponse », a-t-elle déclaré, puis elle a remercié tous ceux qui ont participé à cette opération : agents de santé, forces de sécurité, avocats, Croix-Rouge, etc.

Elle a souligné qu’il est du devoir des institutions de faire des sauvetages dans tous les cas. « Chaque vie humaine compte, peu importe d’où elle vient. A Barcelone, nous voulions que ce jour vienne où nous pourrions être un port d’accueil. Nous avons accueilli des centaines de personnes invisibles et nous avons besoin que ces gestes deviennent des politiques de la part du gouvernement qui a des pouvoirs, nous avons besoin d’une politique migratoire organisée. Ce qui est en crise, c’est la crédibilité du projet démocratique européen ».

Concernant le fond européen de centaines de millions d’euros destinés à l’asile, elle a déclaré que jusqu’à présent il n’a pas été utilisé pour accueillir des migrants. Contrairement à ce que disent certains politiciens, les gens qui arrivent veulent la dignité, et non pas vivre de subventions, nous avons besoin que la loi sur les étrangers soit révisée et que les permis de séjour soient accordés afin que ces personnes puissent reconstruire leurs vies.

Photo: Antonio Sempere

Oriol Amoros, Secrétaire à l’Egalité, aux Migrations et à la Citoyenneté de la Generalitat de Catalogne, a accueilli les personnes sauvées par Open Arms. « Nous assistons à un débat évident, nous ne devrions pas discuter du respect ou non du droit maritime. Nous craignons que l’Europe ne soit plus un espace de liberté et de démocratie », a-t-il déclaré. Il a également remercié le travail de Open Arms, les organisations, l’État et les conseils municipaux qui ont soutenu cette opération. « Bien que le nombre de migrants que nous avons dans ce pays soit faible, compte tenu de l’augmentation des conflits, le nombre de demandes d’asile augmente, de même que l’arrivée de mineurs et l’arrivée par la frontière sud. La solution doit être de défendre les droits humains à l’origine, sur la route et à destination. »

Carmen Aramburu, directrice de la santé de la délégation gouvernementale en Catalogne, a expliqué le système de soins qui a été mis en place pour recevoir le navire et a indiqué que toutes les personnes secourues ont été déchargées sur place.

Oscar Camps, directeur de l’organisation Proactiva Open Arms, a remercié tout le monde et a expliqué qu’après trois semaines, il était difficile de descendre du bateau. Ils sont arrivés heureux d’avoir sauvé soixante personnes, mais tristes parce qu’on leur a refusé l’entrée dans deux pays de l’Union européenne, alors qu’ils avaient besoin de diesel, de nourriture et de renforts. « Lorsque vous êtes menacé par les Libyens et que l’Union européenne vous dit de ne pas intervenir, de rentrer chez vous, prendre la décision de sauver devient difficile ».

Oscar a remercié : le capitaine, qui a supporté la pression de l’Union européenne ; le président du gouvernement espagnol et son cabinet, qui leur a offert un port ; la maire de Barcelone, qui leur a toujours aidé ; Greenpeace, qui a toujours été à leurs côtés, et la Croix-Rouge.

Il a également dénoncé ce qui se passe : « nous n’avons pas sauvé soixante personnes, nous avons laissé mourir plus de trois cents personnes. Le gouvernement de Malte ne laisse pas sortir les navires humanitaires de ses ports et le gouvernement italien ne les laisse pas entrer, en violation du cadre de l’UE – qui fera respecter la loi ? Il est vrai que le gouvernement espagnol nous a assigné un port, mais c’est son obligation ».

Ha explicado que se pagan 500 millones de euros a la guardia costera libia, grupo que ha definido como terrorista, traficante y torturador. Open Arms ha sido disparado navegando por aguas internacionales y el capitán ha sido judicializado, acusado de favorecer la inmigración ilegal, con penas de prisión de cuatro a doce años. La organización está acusada de grupo delictivo que trafica con personas.

Photo: Antonio Sempere

« Cette fois, ils nous ont accordé plus d’attention, peut-être parce que nous avions quatre députés du parlement européen, nous devrons revenir avec plus d’eurodéputés, si nous voulons continuer à sauver des vies. Nous avons besoin d’un grand haut-parleur, nous essayons depuis trois ans de médiatiser cette situation pour qu’elle puisse être expliquée, racontée et documentée. Peut-être avons-nous pu changer l’opinion de centaines de milliers de personnes, peut-être cela a-t-il aidé Pedro Sánchez à prendre la décision d’amener le bateau Aquarius en Espagne. Nous avons été très proches de pouvoir sauver des centaines de vies, nous avons amené soixante personnes, mais il y avait trois cents personnes que nous n’avons pas amenées, mais personne ne s’en soucie. Venir ici nous a coûté quatre jours et trois cents morts et nous avons tous la responsabilité, nous avons besoin du soutien de beaucoup d’autres », a-t-il commenté.

Miguel Urban, député européen de Podemos, a remercié l’équipage de l’Astral et de l’Open Arms. « Le droit d’asile est remis en question, aussi le droit des migrants, mais en défendant les droits des migrants, nous défendons nos droits. Depuis le 27 juin, il y a eu plus de 400 morts en Méditerranée, cela s’est produit parce qu’il n’y avait pas de navires humanitaires, ils ont été retenus à Malte. L’Union européenne remplit ses mains de sang et fait de la Méditerranée la plus grande fosse commune du monde.

« Au cours des deux dernières semaines, six cents migrants sont arrivés à Barcelone par bus. Il est nécessaire non seulement une politique de gestes, mais aussi un changement dans les politiques migratoires de l’Union européenne et de l’État espagnol, par exemple la fermeture des centres de détention des étrangers et le respect des protocoles, tant pour ceux qui arrivent par mer que pour ceux qui arrivent par bus. Ce qui est en jeu, c’est de savoir qui a des droits dans l’Union européenne, qui a choisi de combattre les pauvres plutôt que la pauvreté. Les ONG sont criminalisées parce qu’elles sont témoins de ce que nos politiques génèrent, ce qui est en train de faire naufrage est le projet de l’Union européenne », a-t-il précisé.

Ana Miranda, eurodéputée de BNG, a demandé « jamais plus de ces politiques et jamais plus de naufrages ». Ella a dit que les députés européens étaient là où ils devaient être : avec les causes injustes, dénonçant cette Union européenne, donnant la parole aux morts qui ne parlent pas. « Je suis reconnaissante d’avoir entendu l’histoire de Mustafa, Judith, de Mohamed, » a t-elle dit. Notre devoir en tant que politiciens est de dénoncer ces causes de la part des institutions qui décident de défendre ces personnes. Je viens d’un peuple de migrants du XIXe, XXe et XXIe siècles, mais nous avons oublié, puis nous disons que les migrants nous enlèvent notre travail, alors que le problème est la précarité du travail ».

Eleonora Forenza, députée européenne pour la Rifondazione Comunista-Potere al Popolo, a également remercié Open Arms et a défini l’expérience comme étant très importante, à la fois en tant qu’individu et en tant que représentant institutionnel. Elle a dit qu’elle a honte des actions du gouvernement italien, qui favorisent une politique raciste. Elle recommande de vivre l’expérience [NDE. d’accompagner le navire de sauvetage] à ceux qui parlent de rapatriement, ou à ceux qui utilisent le mot patrie et frontières. Au cours de ce voyage, j’ai réfléchi au nombre de personnes que nous aurions pu sauver si nous n’avions pas eu cette politique d’opposition de pays comme Malte, l’Italie ou l’Union européenne elle-même. « Le gouvernement italien veut qu’on se souvienne de lui pour crimes contre l’humanité, c’est l’épave de l’Union européenne, » a-t-elle condamné.

Javi Lopez, député européen du PSC-PSOE, a expliqué que l’expérience de sauvetage de vies en Méditerranée est pleine d’espoir, l’espoir d’atteindre un port qui accueille, mais aussi de mesquinerie. La mesquinerie des gouvernements qui réprimandent les ONG. Nous avons fait un voyage d’une semaine, mais beaucoup d’entre eux prennent des années à voyager. « Je garde le travail fait et je garde ce qui reste à faire. »

Catégories: Afrique, Communiqués de Presse, Droits humains, Europe, International, Reportages photo
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 06.12.19

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.