Nous avons reçu cette lettre du Secrétariat International de Pax Christi : « Une tragédie de proportions monumentales »

En contradiction directe avec les vérifications répétées de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’avis de ses propres secrétaires de la Défense et de l’État et les positions des alliés des Etats-Unis, le président Trump a annoncé sa décision de mettre fin à la participation des États-Unis à l’Accord sur le nucléaire iranien et de commencer à réimposer les sanctions américaines liées au nucléaire qui avaient été levées dans le cadre du Plan d’action global commun (PAGC).

Lorsqu’il a été négocié en 2015, l’accord nucléaire iranien a été salué par le pape François, le Saint-Siège et les évêques américains comme un «pas décisif vers plus de stabilité et de sécurité dans la région». Les catholiques ont rejoint les croyants du monde entier pour soutenir l’accord comme un accomplissement diplomatique important, un pas décisif vers la non-prolifération et le désarmement nucléaire. De hauts diplomates, des scientifiques, des experts de la sécurité nationale et des responsables militaires ont qualifié l’accord avec l’Iran de solide sur le plan technique et extrêmement important.

Nous espérions que sa mise en œuvre réussie marquerait un tournant pour toutes les nations, loin de l’acquisition, de la possession ou de la modernisation des armes nucléaires et vers leur abolition dans le monde entier. Pour tant de pays ayant des perspectives et des intérêts différents pour soutenir le PAGC après des négociations prolongées, c’était un grand signe d’espoir. Il a renforcé l’engagement de la communauté internationale en faveur du dialogue et de la négociation plutôt que de la force militaire en tant que moyen de résoudre les conflits et nous a donné une nouvelle étape non violente pour relever les grands défis mondiaux de cette époque.

Le rejet du PAGC par le président des États-Unis est une tragédie monumentale, plus directement pour le peuple iranien, qui endurera les terribles conséquences des sanctions. Nous sommes profondément préoccupés par le fait que cette action créera encore plus de tensions au Moyen-Orient et minera les délicates négociations avec la Corée du Nord en envoyant le signal que tout accord que vous atteindrez avec les États-Unis ne sera pas honoré. La paix durable et la sécurité ne peuvent être atteintes que par la culture de normes et d’institutions communes. L’attitude de plus en plus capricieuse du gouvernement des États-Unis vis-à-vis des accords internationaux sape la vision d’un ordre international fondé sur des règles.

Nous soutenons fermement les efforts des signataires restants – l’Iran, la Chine, la France, l’Allemagne, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et l’UE – pour honorer et mettre en œuvre l’accord nucléaire iranien. Nous exhortons les membres du Congrès américain à utiliser leurs pouvoirs et leur influence pour faire revenir les États-Unis à l ‘accord multilatéral.

En tant que communauté de foi mondiale, avec le pape François, nous rejetons «le récit de la peur… et la rhétorique de la haine». Nous chercherons à consolider de toutes les manières possibles l’engagement de la communauté internationale au dialogue et à la négociation et nous gardons l’espoir qu’une paix juste et durable sera possible dans la péninsule coréenne et au Moyen-Orient.

En outre, nous exhortons les pays du monde à signer et à ratifier le Traité visant l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Nous sommes convaincus que la seule façon d’empêcher la prolifération nucléaire est de rejeter le statut illusoire et le pouvoir injuste conférés par la possession d’armes nucléaires, en renforçant une norme encore plus sévère contre eux par la mise en vigueur rapide d’un nouveau traité d’interdiction nucléaire.

 

Marie Dennis Greet Vanaerschot

Co-President Secretary General

Pax Christi International Pax Christi International