Guillermo Sullings : « De notre unité viendra la force de transformer les choses et de nous transformer nous-mêmes »

04.05.2018 - Madrid - Gabriela Amaya

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Grec

Guillermo Sullings : « De notre unité viendra la force de transformer les choses et de nous transformer nous-mêmes »
(Crédit image : https://goo.gl/images/ZjAkSj)

Guillermo Sullings, économiste humaniste, écrivain et conférencier, participera en tant qu’orateur à différents moments du Forum Humaniste Européen 2018. Son livre, À la Croisée des Chemins. Les pas vers la Nation humaine universelle, a été traduit en différentes langues et a été le point de départ de la formation du Réseau des Constructeurs de la Nation Humaine Universelle (NHU). Dans ce livre, Sullings fait une évaluation de la situation actuelle et une proposition sur ce qui devrait être fait et comment, pour nous faire avancer vers ce nouveau monde.

Forum humaniste européen, FHE2018 : Certainement, pour parler de solutions, nous avons besoin de connaître le panorama à partir duquel nous partons. Pouvez-vous nous donner une brève analyse de la situation actuelle ?

Guillermo Sulligs, GS : Il n’est pas simple de répondre à cette question d’une part en raison de la complexité des diverses situations que traverse le monde et d’autre part parce que nous ne pouvons même pas disposer d’informations complètes sur ce que complote dans l’ombre les grandes puissances. Mais si nous parlons de tendances, nous sommes surement en train de vivre les processus que Silo a décrits il y a 25 ans dans ses Lettres à Mes Amis. Je me souviens que dans sa deuxième lettre, se référant à l’étape de saturation du capitalisme néolibéral, il a déclaré que lorsque la récession et le chômage toucheraient également les pays les plus riches, les politiques de contrôle, de coercition et d’urgence commenceront.

Eh bien, tout semble indiquer que nous entrons maintenant dans cette phase, et les démocraties formelles commencent à durcir leurs politiques, car elles ne peuvent plus assurer celles d’un État providence à l’intérieur de leurs frontières. Il semble que la panacée de la mondialisation économique a été épuisée par la crise de 2008 et, comme prévu, le seul gagnant a été la puissance financière internationale. Aujourd’hui, chacun cherche à défendre ses propres intérêts en menant des guerres commerciales hors de leur frontière et en menant des politiques de contrôle dans leur propre pays. Les conflits sur la scène internationale continueront d’augmenter, sous l’impulsion, comme toujours, des affaires du complexe militaro-industriel, mais aussi de la nécessité pour certains gouvernements de contraindre leurs populations sous prétexte d’ennemis extérieurs.

Dans tous les cas, les conflits à l’intérieur des pays augmenteront également, ce qui ouvrira des possibilités de mobilisation sociale ; le défi sera la direction que ces processus pourront prendre, afin de ne pas se diluer dans la spontanéité. Et à cet égard, nous pouvons aussi rappeler ce qui a été dit dans la Dixième Lettre à mes amis [NDE. Auteur : Silo] écrite en 1993, au sujet de la tendance à la déstructuration à tous les niveaux, les syncrétismes idéologiques et la perte de références ; cela s’est également produit et entrave la cohésion des populations pour se rebeller et prendre leur destin en main. Mais ce vide de références sera comblé à un moment donné, et nous devrons veiller à ne pas laisser l’autoritarisme le faire ; en ce sens, je fais confiance à la sensibilité des nouvelles générations qui, bien qu’elles se soient elles qui souffrent le plus du manque de références et du nihilisme, je crois qu’elles seront mieux à même de détecter et de rejeter la manipulation médiatique, les mensonges des politiciens et la tentation des autoritarismes. Le défi sera de construire d’autres options et de les rendre visibles, à l’instar d’un phare qui lors d’une nuit d’orage est un point de référence sur lequel s’appuyer.

« … Si le croisement des chemins est mondial, la réponse doit être mondiale. »

FHE2018 : Cela semble étrange d’entendre parler de la Nation Humaine Universelle, à un moment où il semble que tout va vers la déstructuration. Répond-elle à un pur rêve compensatoire de la situation actuelle ou y-a-t-il des indicateurs qui donnent à penser qu’il est possible de construire un autre paradigme et, par conséquent, un autre monde ?

GS : Il est possible qu’elle ne soit pas exempte de rêveries compensatoires, et si c’était le cas, celles-ci ne seraient pas mauvaises comme palliatives aux tendances dépressives que la réalité génère. Mais comme je le dis souvent lors des présentations du livre, nous avons tous nos jours optimistes et nos jours pessimistes, et j’ai choisi de n’écrire que pendant mes jours optimistes. A cette époque, j’ai trouvé quelques indicateurs qui m’ont permis de croire en la possibilité de construire un autre monde. Il est bon de prendre les choses en perspective, d’étudier l’histoire, de voir combien de réalités d’aujourd’hui étaient les utopies du passé. Jusqu’à il y a deux siècles, l’esclavage était une institution acceptée par la majorité. La conquête des droits civils des minorités, des droits des femmes, des droits du travail, est tout à fait récente. Et nous pourrions continuer à énumérer les indicateurs historiques d’une évolution, dans laquelle il y a encore un long chemin à parcourir, mais les processus historiques doivent être pesés non pas par les circonstances mais par des tendances à plus long terme.

À cet égard, je pense que la tendance à la mondialisation continuera de s’approfondir, malgré les récentes réactions contraires. L’être humain s’inscrit de plus en plus comme citoyen du monde ; les nouvelles générations communiquent et se mettent à l’écoute d’intérêts communs qui ont peu à voir avec leur situation géographique. Bien sûr, ce phénomène n’est pas uniforme, mais la tendance est là, et c’est pourquoi la pensée d’une civilisation planétaire, d’une Nation Humaine Universelle, ou quelque soit le nom que nous voulons donner à cet avenir sans frontières, est en phase avec cette tendance. Bien sûr, pour que cela soit possible, une certaine organisation sera nécessaire, ce qui semble être entravé par la tendance à la déstructuration que vous évoquez. Et aussi pour que cette mondialisation porte le signe de l’humanisation, il faudra surmonter la violence, la manipulation et la concentration du pouvoir qui semblent aujourd’hui conduire le monde dans la direction opposée. Je n’ai jamais dit que ce sera facile. Il y a des tendances qui favorisent, et d’autres qui ralentissent. Il faudra voir quel chemin l’être humain prend, mais l’histoire montre qu’il a surmonté des situations très complexes dans son chemin évolutif. Maintenant, la complexité de la mondialisation s’ajoute, et c’est là le défi, car si le carrefour est mondial, la réponse doit être mondiale.

« Nous devons comprendre que nous avons aussi notre faiblesse en commun, et que de notre unité viendra la force de transformer les choses et de nous transformer en tant qu’espèce. »

FHE2018 : La devise du Forum Humaniste Européen 2018 est « Ce qui nous unit vers la Nation Humaine Universelle ». Nous savons que s’appuyer sur ce qui nous unit est l’une des clés pour atteindre l’objectif, mais qu’est-ce qui, selon vous, nous unit ou quels éléments peuvent nous unir si nous établissons des priorités ?

GS : Tous ceux d’entre nous qui s’efforcent d’apporter des changements positifs, d’obtenir plus de droits pour les êtres humains dans quelque domaine que ce soit, est déjà une raison pour laquelle nous avons quelque chose en commun. Si nous revenons aux origines de l’humanité, l’histoire a été une concaténation et une séquence d’actes dans lesquels l’intentionnalité humaine a prévalu sur le conditionnement de la réalité pour la transformer positivement. En ce sens, l’histoire que nous avons en commun devrait unir ceux d’entre nous qui recherchent aujourd’hui cette continuité évolutionnaire. Si, au lieu de regarder vers le passé, nous regardons vers l’avenir, nous verrons que cette aspiration à un monde de solidarité, sans guerre et sans violence, de justice et d’équité, avec des équilibres durables, avec des droits égaux, répond à une image du monde que la plupart d’entre nous aspirons. Par conséquent, cela nous unit aussi. Nous sommes unis par notre passé et notre aspiration pour l’avenir. Cela pour commencer.

Mais bien sûr, parfois nous n’avons pas une perspective aussi large, nous nous concentrons sur les spécificités de chaque personne, groupe ou organisation, et il semble que ceux qui travaillent pour la protection de l’environnement, ceux qui s’occupent des droits du travail, ceux qui se battent pour le désarmement, ou ceux qui demandent un autre type d’organisation politique et économique, une autre éducation aient peu de chose en commun. Cependant, nous pourrions dire que ce monde auquel nous aspirons est comme un diamant, dont chacun voit un côté différent, mais c’est le même. Si nous comprenons cela, nous verrons que nous avons un grand projet en commun, même si tout le monde ne voit qu’une seule face. Mais le plus important est que nous comprenons qu’il s’agit d’une structure dans laquelle il sera très difficile de transformer une particularité sans transformer le reste. Comment arrêter la catastrophe écologique sans modifier la matrice consommateur-productiviste, comment modifier une telle matrice sans changer le système économique, comment changer le système économique sans changer la politique ? Comment changer la politique sans changer la culture, et ainsi nous pourrions continuer à donner des exemples de la façon dont tout est lié, et les tentatives partielles et isolées sont trop faibles face au pouvoir concentré qui anime les cordes de la planète. Nous devons comprendre que nous avons aussi notre faiblesse en commun, et que de notre unité viendra la force de transformer les choses et de nous transformer en tant qu’espèce. Je crois donc que beaucoup de choses nous unissent, mais si nous nous appuyons sur une grande image future qui contient les aspirations de tous, ce diamant aux multiples facettes que j’ai mentionné, face à cette image, peut-être utopique, mais lumineuse d’une Nation Humaine Universelle, si nous sommes unis par cet immense projet, digne de l’être humain et de son histoire, nous comprendrons certainement les petites différences que nous pouvons avoir comme richesse de diversité et non comme obstacles à l’unité.

Vous parlez dans votre livre À la croisée des Chemins de 120 pas; pourriez-vous les synthétiser en fonction des thèmes ou des moments/étapes les plus importants à prendre en compte ?

Ces pas ne prétendent pas être une recette exhaustive, mais plutôt des propositions indiquant où l’on doit aller si l’on veut avancer vers une Nation Humaine Universelle. Ce n’est qu’une tentative de mettre des images plus concrètes qui nous permettent de transformer l’utopie en projet ; mais les voies définitives doivent être construites avec la contribution de millions de volontaires et de spécialistes qui partagent cet objectif et cette sensibilité pour l’avenir de l’être humain. Les étapes décrites sont des propositions qui partent d’une synthèse de l’analyse précédente sur une grande variété de domaines thématiques, tels que le désarmement, le rôle des Nations Unies, le système financier, l’écologie, la migration, la démocratie, la culture et autres. En ce sens, nous ne pouvons pas dire qu’un sujet est plus important qu’un autre, donc aucune étape n’est plus pertinente qu’une autre, parce que tout fonctionne en structure et qu’il est très difficile de changer seulement une partie.

Je crois que le plus important est précisément ce concept, que nous devons apprendre à travailler de manière interdisciplinaire, en générant des synergies qui nous permettent d’atteindre le potentiel nécessaire pour produire les transformations. Parce que bon nombre des mesures énoncées ont trait à des propositions qui devraient être mises en œuvre par les gouvernements ; mais aujourd’hui, les gouvernements font partie du problème et non de la solution ; ces mesures doivent donc être prises comme des images mobilisatrices des objectifs à atteindre, au fur et à mesure que nous nous organisons. Mais la priorité est de prendre les mesures qui ont trait à la construction d’une organisation sociale qui mène à une véritable démocratie, à un changement culturel profond, parce que c’est ce qui nous permettra d’accumuler la force pour pouvoir concrétiser les autres étapes. Ainsi, tout ce qui a trait aux questions de changement culturel, d’organisation sociale et de démocratie réelle a une importance prioritaire.

« La convergence doit être réalisée dans une seule direction, en minimisant les différences, car ce qui nous unit est beaucoup plus grand et, dans cette convergence, nous nous organiserons. »

FHE2018 : S’appuyant sur votre livre À la croisée des Chemins vers la Nation Humaine Universelle, un Réseau de constructeurs de NHU est en cours d’organisation dans différents pays. En quoi consiste ce réseau ?

GS : Nous venons de parler de la priorité de générer des formes organisationnelles, autour d’objectifs communs, qui nous permettront à un moment donné d’accumuler suffisamment de force pour prendre les mesures dans différents domaines. Eh bien, parmi les nombreuses personnes qui partagent ce besoin et qui sont en phase avec cette image de l’avenir, la proposition est née pour former un réseau dans lequel tous ceux qui partagent ces objectifs peuvent s’exprimer. Mais nous savons aussi que même si ce besoin d’unir et d’articuler de manière interdisciplinaire et internationale est perçu, il sera difficilement réalisable s’il est le fruit d’ambitions personnelles, de leaders hégémoniques ou de manipulations. Tu ne peux pas dire aux gens de se mettre ensemble… derrière nous ! Parce que cette morphologie organisationnelle fait précisément partie d’un monde dont nous ne voulons plus, dans lequel la concentration du pouvoir est la principale maladie. L’idée d’un réseau vise à atteindre un certain niveau d’organisation qui nous permet d’accumuler des forces et de travailler ensemble, en exerçant la démocratie réelle que nous proposons pour les sociétés. La convergence doit être réalisée dans une seule direction, en minimisant les différences, car ce qui nous unit est beaucoup plus grand et, dans cette convergence, nous nous organiserons.

Le Réseau des constructeurs de la NHU a l’intention de donner l’impulsion à cette convergence, de générer les environnements pour la faciliter dont les protagonistes seront tous les volontaires, les organisations et les institutions qui se réuniront. Des amis de plusieurs pays d’Amérique et d’Europe ont déjà rejoint ce réseau pour lequel nous avons commencé à travailler ces derniers mois. Pour l’instant, nous développons un site Web riche en matériel et une plate-forme qui servira d’environnement virtuel pour cette convergence, et à partir de là, des forums, des campagnes et des projets seront générés avec une continuité croissante. Le prochain Forum Humaniste à Madrid sera certainement un environnement propice pour avoir plus de détails.

Catégories: Humanisme et Spiritualité, Interviews, Relations internationales
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.