Syrie et la propagande dans la presse

25.04.2018 - Redazione Italia

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien

Syrie et la propagande dans la presse
(Crédit image : Black Agenda Report)

Texte sur la photo :

Vous avez menti à propos de l’Irak,

Vous avez menti à propos de l’Afghanistan,

Vous avez menti à propos de Libye,

Maintenant vous êtes en train de mentir à propos de Syrie et Iran.

 

Par Margareth Kimberley, Black Agenda Report, 18/04/2018

Voir l’article original ici.

« Trump se protège par la guerre tandis que les démocrates et le reste de l’élite dirigeante soutiennent son militarisme. »

Il est difficile pour les états-uniens de déterminer ce qui se passe dans leur pays et dans le monde entier. C’est parce que les médias dominants ont un contrôle presque total sur ce que les citoyens voient et entendent, et parce que leurs intérêts sont étroitement liés à l’État. La promesse d’Internet, les règles du jeu équitables tant attendues en matière de communication et de collecte d’informations sont également sous le contrôle de ces médias. Il s’inscrit désormais dans le cadre d’une censure bien coordonnée et d’une attaque contre des sites de gauche comme Black Agenda Report.

Les mensonges qui ont permis aux États-Unis, à la France et à la Grande-Bretagne d’attaquer la Syrie sont présentés sans débats contradictoires. Les personnes ayant des connaissances et de l’expérience qui peuvent contrecarrer ces récits n’ont pas accès aux journaux ou aux stations de télévision.

La relation étroite entre l’État profond (un réseau d’entités et de personnes qui gouvernent dans les coulisses alors que les processus électoraux démocratiques et les autorités élues ne sont que des figures décoratives), les médias dominants et l’élite de l’establishment dans le pays et à l’étranger se poursuit sans entrave.

« La Première ministre britannique Theresa May a refusé le vote parlementaire sur l’attaque au missile contre la Syrie. »

Donald Trump est peut-être qualifié de fasciste, mais il a attaqué la Syrie avec l’aide de la France et de la Grande-Bretagne. Apparemment, tous les dirigeants d’un pays du « monde libre » sont fascistes. Ils se comportent certainement de cette façon tout en bafouant les droits de millions de personnes. Loin d’être l’atout des nations « civilisées » auquel Trump a fait référence dans son discours télévisé, ces trois pays sont parmi les nations les plus criminelles qui aient jamais existé. Ces pays sont devenus riches grâce à la traite des esclaves, aux génocides des autochtones, à l’économie des plantations dans les Amériques et au vol de ressources dans le monde entier. Maintenant, ils passent au-dessus de leur propre peuple. La Première ministre britannique Theresa May a refusé d’appeler à un vote parlementaire sur l’attaque au missile contre la Syrie et a montré le vide des affirmations selon lesquelles sa nation est démocratique. On peut en dire autant de ses compagnons criminels.

La France a appauvri Haïti avec près de 100 ans de vols, a assassiné des algériens dans les rues de Paris et ses anciennes colonies africaines restent financièrement dépendantes. L’ancien président Nicolas Sarkozy a reçu des millions de dollars de Mouammar Kadhafi et l’a fait tuer, comme un patron de la mafia. Maintenant, ils ont conspiré avec l’aide des propagandistes de la presse des trois pays pour tromper des millions de personnes tout en essayant de poursuivre leurs agressions contre la Syrie comme des gangsters.

« Sarkozy a reçu des millions de dollars de Mouammar Kadhafi et l’a fait tuer, comme le ferait un chef de la mafia. »

Si des journalistes, même médiocres, pouvaient librement rendre compte de cette question, le crime serait évident. Il faut tenir compte de la chronologie des événements. Le 4 mars, l’ancien agent double russe Sergei Skripal et sa fille sont empoisonnés avec un agent chimique en Grande-Bretagne. Le gouvernement britannique blâme immédiatement la Russie, qui n’avait aucune raison d’attaquer un ancien espion qu’ils ont échangé il y a huit ans. Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman arrive à Londres pour une visite officielle le 7 mars. Le 12 mars, le président français Emmanuel Macron déclare que la France attaquera la Syrie si des armes chimiques y sont utilisées. Le lendemain, l’armée russe prétend avoir la preuve qu’une attaque chimique sera menée contre des civils syriens comme prétexte à la guerre. Le 16 mars, la France a averti les journalistes français de quitter la Syrie. Mohammed bin Salman arrive à Washington le 19 mars. Le 8 avril, il se rend à Paris pour une autre visite officielle. Le même jour, des groupes djihadistes financés par l’Arabie saoudite et les Casques blancs, créés par un officier de renseignement britannique, affirment qu’une attaque aux armes chimiques a eu lieu dans la ville de Douma. Le 14 avril, les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne s’unissent pour une attaque au missile.

« Ils ont conspiré avec l’aide de propagandistes de la presse dans les trois pays pour tromper des millions de personnes. »

Les agresseurs ont été très transparents. L’intrigue s’est déroulée en plein air. Mais parce qu’ils ont des médias obéissants derrière eux, ils n’ont rien à craindre. Aucun journaliste n’a demandé pourquoi Sergei Skripal et sa fille sont retenus en otage et se voient refuser l’accès aux autorités russes, comme l’exige un traité entre les deux nations. Personne ne remet en question une déclaration au libellé étrange qui appartiendrait à Yulia Skripal, mais qui a été émise par la police métropolitaine de Londres, disant qu’elle ne voulait pas de l’aide de son gouvernement ou des contacts avec ses proches.

Pourquoi Mohammed bin Salman ne devrait-il pas planifier ouvertement avec les présidents et les premiers ministres ? Qui va l’interroger ? Le New York Times et MSNBC, le Washington Post, la BBC et l’AFP ne le feront certainement pas. Nous ne connaîtrons probablement jamais le nom de la personne ou des personnes qui ont empoisonné Skripal, mais le bon sens nous dit que les auteurs ont obéi aux ordres de quelqu’un qui voulait un prétexte pour la guerre.

« L’intrigue s’est déroulée en plein air. »

La frappe aérienne a été limitée en raison de négociations secrètes entre ces pays. Le danger peut ressembler au théâtre Kabuki, mais personne ne doit supposer que c’est fini. Les criminels de Washington, Londres et Paris peuvent aller trop loin et provoquer une grande guerre.

Les trois chefs d’État ont leurs propres préoccupations. Macron a été mis au pouvoir pour mettre fin à l’État-providence de son pays et à tous les vestiges de la gauche politique. May est aux prises avec les négociations du Brexit et les mesures d’austérité cruelles l’ont rendue si impopulaire qu’elle évite à tout prix les électeurs. Trump peut être accusé mais se protège par la guerre parce que les démocrates et le reste de l’élite dirigeante soutiennent son militarisme.

Indépendamment des raisons individuelles, ces trois personnes représentent une menace pour la planète entière. Les médias les aident en tant que scribes et présentent la propagande de guerre comme un fait. Les procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale ont déterminé que la planification d’une guerre d’agression est un crime, tout comme la propagande qui en fait la promotion. May, Trump et Macron sont coupables, mais les soi-disant journalistes le sont aussi. Les criminels ne pourraient pas faire leurs sales besognes sans leur aide.

Catégories: Amérique du Nord, Culture et Médias, Europe, Moyen Orient, Opinion, Paix et Désarmement
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


App Pressenza

App Pressenza

Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.