Présentation de la 2ème Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence 2019 (I)

01.12.2017 - Madrid, Espagne - Rafael de la Rubia

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Catalan, Grec

Présentation de la 2ème Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence 2019 (I)

C’est dans le cadre des Journées de la Nonviolence, tenues du 15 au 18 novembre à Madrid, qu’a été annoncée la deuxième Marche mondiale. Celle-ci commencera le 2 octobre 2019 à Madrid et se terminera le 8 mars 2020.

Ces journées, promues par Monde sans Guerres et Sans Violence et co-organisées par l’organisation PNND[i], Fundación Cultura de Paz, WILPF-Espagne, Non-violence 2018, Écologistes en action, Pressenza, AiPaz, entre autres, se sont déroulées dans plusieurs endroits de la capitale madrilène : du symbolique Congrès des députés au quartier populaire de Vallecas, en passant par la mairie de Madrid dans la place de Cybèle. Les organisateurs souhaitaient introduire la nonviolence, sous ses différentes expressions, dans toutes les sphères sociales, tant au niveau national que municipal ou local. Cette dynamique sera renforcée par la tenue de la deuxième Marche mondiale, afin que les thèmes de la paix et de la nonviolence rejoignent tous les groupes sociaux.

Le 15 novembre, dans la salle Clara Campoamor du Congrès espagnol des députés, les députés ont abordé la question de la sécurité mondiale, du risque croissant de l’utilisation des armes nucléaires dans le cadre du récent Traité d’interdiction des armes nucléaires[ii], qui est actuellement en cours de ratification par les Nations Unies et qui n’est pas soutenu par le gouvernement espagnol. À cette occasion, le député Pedro Arrojo[iii] a annoncé que 50 députés du groupe parlementaire Podemos avaient rejoint récemment le réseau PNND. Il y a également eu une réunion entre Pablo Bustinduy[iv] et Alyn Ware[v], au cours de laquelle ils ont échangé leurs points de vue sur le processus néo-zélandais et sur la manière dont ils sont parvenus, par le maintien d’un accord de défense commun entre la Nouvelle-Zélande, l’Australie et les États-Unis, à faire respecter la décision du peuple néo-zélandais de rejeter la présence d’armes nucléaires sur leur territoire. Pedro Arrojo a également annoncé l’activation, à l’échelle internationale, d’un réseau de parlementaires pour soutenir la deuxième Marche mondiale.

Crédits photos : René Gómez

Le 17 novembre a été une journée intense et animée à l’auditorium du bâtiment Cybèle de la mairie de Madrid. Trente conférenciers ont présidé une dizaine d’activités, dont des panels et des conférences.

Dans le panel « Médias – Au service de qui ? », auquel ont participé Stéphane Grueso[vi] de Radio Carne Cruda, Magda Bandera[vii] de la revue La Marea et Javier Belda de l’agence internationale Pressenza, on a souligné, entre autres, la nécessité de contrer l’information fournie par les grands groupes économiques et qui est souvent très éloignée des besoins en information des citoyens.

Ce panel a élaboré différentes approches et s’est intéressé à la façon dont la nonviolence et la spiritualité s’installent dans le monde actuel. Moisés Mato a parlé de la campagne Nonviolence 2018 ; Philippe Moal, du Centre d’études humanistes Noesis, a présenté les fondements philosophiques et psychologiques de la nonviolence ; Houssein el Ouarachi du Collectif ONDA a parlé de la nonviolence du point de vue de l’Islam ; et l’anthropologue Aurora Marquina, l’a fait du point de vue de la nouvelle spiritualité proposée par le Message de Silo.

Crédits photos : René Gómez  (Album )

Antonio Zurita, directeur de l’UCCI[viii] a déclaré que la mairie de Madrid et l’UCCI collaborent à la préparation de la deuxième Marche Mondiale et appuient l’intérêt de celle-ci à soutenir les valeurs de la nonviolence ainsi qu’à donner corps à la proposition des Villes de paix. Il a souligné la nécessité d’établir une alliance entre le pouvoir politique local et le pouvoir social, qui convergerait vers ce type d’action. Il a fait part d’une réflexion du professeur Tierno Galván, ancien maire de Madrid, qui avait déclaré que « les empires, les coutures des nations, se brisent et les villes restent ». Il a annoncé qu’un deuxième Forum mondial sur la violence urbaine aura lieu en 2018 dans le but de construire des Villes de paix et des Villes de coexistence. M. Zurita a invité Monde sans guerres à participer au comité d’organisation du Forum.

Les maires des 300 villes les plus peuplées du monde ont été convoqués à ce forum international qui sera réalisé en octobre 2018. Ce sera à cette occasion qu’aura lieu le lancement mondial officiel de la deuxième Marche pour la paix et la nonviolence.

Le calendrier provisoire du parcours de la deuxième Marche mondiale, avec les dates d’entrée et de sortie par continent, est le suivant :

EUROPE : Madrid – 2/10/2019, Cadix – 6/10/2019

AFRIQUE : Casablanca 8/10/2019, Dakar 27/10/2019

AMÉRIQUE : New York 28/10/2019, San José (Costa Rica) 20/11/2019, Bogota 21/11/2019, Santiago (Chili) 3/1/2020

OCÉANIE-ASIE : Wellington – 4/1/2020, New Delhi 30/1/2020

EUROPE : Moscou 6/2/2020, Madrid 8/3/2020

Ces dates, ainsi que les parcours détaillés dans chaque pays, seront confirmés en octobre 2018 à l’occasion du lancement de la deuxième Marche mondiale.

Vidéo de Alvaro Orus

Rafael de la Rubia
Membre de l’équipe de coordination mondiale de Monde Sans Guerres et Sans Violence et coordonnateur de l’équipe de base qui a réalisé la première Marche mondiale.


[i] Parlementaires pour la Non-prolifération Nucléaire et le Désarmement (PNND).

[ii] Le 7 juillet 2017, à l’initiative des Nations Unies, 122 pays ont conclu la négociation et l’élaboration d’un traité interdisant les armes nucléaires (Traité sur l’interdiction des armes nucléaires). Par la suite, le 20 septembre 2017, le processus de signature du Traité a été enclenché. On espère que plus de 50 pays ratifieront le traité, ce qui est nécessaire à son entrée en vigueur.

[iii] Pedro Arrojo Agudo, député de Podemos. M. Arrojo est Espagnol, détient un doctorat en physique et enseigne à l’Université de Saragosse. Ses recherches portent sur l’économie de l’eau.

[iv] Pablo Bustinduy Amador, porte-parole du groupe parlementaire de Unidos Podemos de la Commission des affaires étrangères du congrès et député de Podemos pour Madrid. Il également le coordonnateur du Secrétariat international de Podemos.

[v] Alyn Ware, coordonnateur mondial de Parlementaires pour la Non-prolifération Nucléaire et le Désarmement.

[vi] Stéphane Grueso, journaliste, cinéaste et activiste social.

[vii] Magda Bandera, journaliste et écrivaine.

[viii] Union des cités capitales ibéro-américaines (UCCI). Réseau de villes qui regroupe toutes les capitales ibéro-américaines et quelques autres villes emblématiques.

 

Voir la deuxième partie de la présentation :

Présentation de la 2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence (II)

 

Traduit de l’espagnol par Silvia Benitez

Catégories: Communiqués de Presse, Humanisme et Spiritualité, Paix et Désarmement, Reportages photo
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.