Ce samedi 25 novembre 2017, environ 3000 Africains de tout le continent et leurs soutiens se sont rassemblés devant l’ambassade de Libye à Berlin pour protester contre l’esclavage, le viol et l’exploitation de leurs frères et sœurs en Libye. Les manifestants étaient furieux mais pacifiques tout au long de la marche, tandis que la police protégeait l’ambassade libyenne avec un important contingent et commençait également à contrôler les nouveaux arrivants à la manifestation. De nombreuses personnes présentes ont estimé qu’il s’agissait d’une provocation et d’une fausse protection pour les Libyens qui marchaient.

Ils ont également et surtout accusé les politiques de l’Union européenne et de l’OTAN, qui légitiment ces violations des droits humains.

Nous avons fait une interview très émouvante avec Victoria Baxter, originaire du Ghana. Elle explique à quel point elle est stupéfaite d’être confrontée à l’esclavage en 2017. Elle critique l’impuissance et les exigences excessives de l’Union européenne [concernant les réfugiés], mais aussi sa fierté d’accepter des propositions de solutions constructives. Des personnes noires sont encore maintenues esclaves et les Européens le savaient, ceux‑ci continuent à soutenir le monde arabe avec de l’argent et des armes. Et ils prétendent qu’ils ne savaient rien de tout ça ! C’est une honte ! Elle exige que tous les citoyens d’Europe, tous ceux qui paient des impôts ici et qui soutiennent ainsi ces stratagèmes se lèvent et protestent, au lieu de s’énerver contre les réfugiés. Finalement, tout finira par retomber sur eux : « Elevez vos voix envers vos politiciens et non pas envers les réfugiés ! Si les politiciens ne font rien aujourd’hui, je ne veux pas être à leur place. Parce que les gens ne vont pas s’arrêter. »

Photos de Jos Ajabo:

Photos de Johanna Heuveling: