Wrong Elements est un documentaire qui nous balade dans les souvenirs de trois ex-enfants soldats d’Ouganda qui ont été enlevés et obligés à rejoindre l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA pour Lord’s Resistance Army) de Joseph Kony.

 

L’Ouganda est un pays qui depuis les années 80 est frappé par différents conflits armés : la guerre civile, aussi connue comme la Guerre de la Brousse, et l’Insurrection de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dirigée par le militaire et « médium spirituel » Joseph Kony. Ce dernier conflit a eu la triste particularité d’utiliser une grande quantité d’enfants soldats.

C’est le cas de Geoffrey, protagoniste du film, enlevé à l’âge de 13 ans et qui a vécu pendant trois ans comme soldat dans la brousse. Avec ses amis Michael (Mike) et Nighty –aussi enlevés durant l’adolescence- , ils retracent leurs parcours pendant leurs années de guerre et nous montrent ce qu’ils sont devenus à l’âge adulte.

Ce qui est à la fois troublant et triste dans ce documentaire c’est la façon dont les protagonistes parlent de cette époque : comme un groupe de jeunes partis en colonies de vacances et qui se remémorent des souvenirs en commun. Là où les adolescents occidentaux peuvent partager des souvenirs de boums, de sorties à la plage ou de premiers baisers, les Ougandais parlent de se mettre à l’abri des hélicoptères, de piller des villages pour manger ou de naissances d’enfants fruit de violences sexuelles.

Ce film nous met une claque car il nous oblige à sortir de notre zone de confort où l’on range ce qui est « bien » et ce qui est « mal ». Ces enfants ont été des victimes de guerre, mais en même temps ils ont été les bourreaux des villageois et d’autres enfants, tués ou enlevés à leur tour.

Le réalisateur, Jonathan Litell, nous plonge dans des images d’un Ouganda et d’une Afrique d’aujourd’hui, tranquille, sereine, lente, bucolique qui vit au rythme de la nature, en contraste avec les images qui habitent la tête et les rêves des victimes des différents conflits armés. Des vies qui pendant la journée semblent normales, avec des petits boulots, des apéros avec les amis, mais qui une fois la nuit tombée sont hantées par les « esprits ».

Wrong Elements n’est pas un film glauque ou morbide, au contraire, c’est un film délicat qui aborde la complexité de l’être humain face à la barbarie, la misère, la guerre, ainsi que les mécanismes de l’être humain pour se reconstruire, pour trouver un sens à la tragédie. Un portrait de personnes qui abritent en leur sein de grandes contradictions : des traits de victimes et de bourreaux, la douleur de l’enlèvement et le sentiment d’être des miraculés car ils sont en vie, partagés entre la haine et l’admiration pour leur ravisseur Joseph Kony.