Par Nuit Debout Strasbourg

Au printemps 2016, dans différentes villes françaises, un mouvement de protestation a été lancé suite au projet ‘loi travail’. Depuis lors, des gens de différents milieux culturels se rassemblent sur la place publique, tous les soirs, pour inventer une nouvelle politique. A Strasbourg, nous avons rédigé ce manifeste. Depuis la solidarité et l’amitié, sans s’arrêter aux frontières, et certainement pas sur le Rhin, nous voulons étendre ce manifeste dans d’autres langues, en commençant par l’allemand.

Personne n’est parfait, la nature humaine est ainsi faite. Le bon sens voudrait alors que, dans une vraie démocratie, personne ne puisse tenir entre ses mains les destins des autres. La Nuit Debout n’est donc pas un nouveau mouvement politique. Elle ne prétend pas représenter le peuple. Elle n’en a justement pas l’ambition. La Nuit Debout se définirait plutôt comme une nouvelle manière de faire de la politique, qui permettrait au peuple de décider lui-même des sujets importants et de choisir lui-même ses lois, sans avoir à être représenté par qui que ce soit. Un laboratoire qui tente d’inventer une vraie démocratie. Un laboratoire qui espère également essaimer dans le monde entier, car l’indignation ne suffit plus. Nous avons besoin de solutions.

Nous considérons que la démocratie est « le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Pas « par des représentants du peuple ». Nous estimons que des personnes correctement informées sont parfaitement capables de réfléchir et de choisir les règles qui s’imposeront à elles. Qu’elles n’ont pas besoin de partis politiques pour leur expliquer ce qu’elles doivent croire ou pas. Rousseau disait que l’homme est bon par nature, et que c’est la société qui le corrompt. Nous partageons cette analyse. Nous avons la certitude que des personnes responsabilisées, prenant ainsi en compte les répercussions de leurs actes, raisonnent et agissent de manière plus responsable.

Comprendre le monde injuste dans lequel nous vivons aujourd’hui est devenu une urgence vitale. Certains grands actionnaires de multinationales irresponsables détiennent désormais la quasi-totalité de nos grands médias. Ils y entretiennent l’illusion d’un régime parfaitement démocratique. Ils y diffusent massivement les campagnes électorales, qu’ils financent eux-mêmes, de professionnels de la politique qui servent à faire diversion. Cette minorité illégitime et toute puissante est ainsi en mesure, pour son seul profit et en totale impunité, d’exercer une influence dangereuse sur l’élaboration de nos lois, de se soustraire à la justice et à l’impôt grâce à des mécanismes légaux d’évasion fiscale, d’exploiter sauvagement des millions de personnes dans des usines, des mines ou des champs, de martyriser les animaux, de faire proliférer les armes, ou encore de souiller l’air, la nourriture, les sols, les montagnes, les forêts, les rivières ou les océans à un rythme jamais vu dans l’histoire de l’humanité.

Nous ne sommes plus des victimes consentantes, prêtes à remplir un contrat de servitude volontaire. Pour notre bien, mais encore plus pour celui des générations futures, nous avons décidé de nous remettre en question et de ne plus ignorer l’escroquerie intellectuelle que constitue une société basée sur l’individualisme, la prédominance des intérêts financiers sur l’intérêt général, la croissance de l’économie et la prétendue représentativité des élus. Nouvelle Constitution, démocratie locale, directe et transparente, autosuffisance alimentaire des communes, décroissance naturelle, transition énergétique, monnaies locales, boycott, annulation de la dette illégitime, répartition des richesses, revenu de base, indépendance de la justice, médias libres, orientation de l’éducation vers la curiosité plutôt que vers l’obéissance, tels sont quelques-uns de nos axes de réflexion.

Nous taire, c’est laisser faire. L’Histoire, et nos enfants, jugeront peut-être sévèrement ceux qui seront restés silencieux durant cette période cruciale. C’est pourquoi nous avons décidé de nous réunir plusieurs fois par semaine. Nos universités populaires et nos assemblées générales, parfois thématiques, nous permettent de remplir nos rôles de citoyen.ne.s lanceurs d’alertes, ainsi que de mettre des mots sur nos vrais maux. Nous tentons également d’y trouver des solutions viables, salvatrices, qui pourraient un jour s’imposer à toutes et à tous comme des évidences, et les moyens concrets de les mettre en œuvre. Chacun est ainsi libre d’assister aux discussions, d’apporter ses connaissances, de participer aux actions, de rejoindre ou de créer un groupe de travail.

Comme de plus en plus de monde, nous ne croyons plus en la fatalité. Nous préférons l’éveil des consciences, afin d’entretenir l’espoir d’un prochain grand réveil citoyen. Nous ne tomberons plus dans les pièges de la division ou des boucs émissaires. Nous ne reconnaissons plus la légitimité de ceux qui nous gouvernent, officiellement et officieusement. Nous avons fait confiance trop longtemps, c’était une erreur. Mais il serait encore plus grave de la nier. Nous refusons de tolérer plus longtemps un système qui autorise la concentration et la monopolisation de si grands pouvoirs par un si petit nombre de personnes. Nous savons désormais que ces dernières sont les premières responsables des catastrophes sociales, humanitaires, militaires ou environnementales qui se multiplient sous nos yeux en ce début de XXIe siècle. Ce n’est pas à nous, ni à nos enfants ou petits-enfants, ni au reste du monde, de supporter les conséquences désastreuses de leurs actes. La justice doit pouvoir s’appliquer à tous. Pour y parvenir, nous apportons ensemble notre contribution à l’inéluctable transition citoyenne vers un monde nouveau.

Tous différents, tous unis, pour la liberté, l’égalité et la fraternité.

Le terme « Nuit debout » a surgi après la première grande manifestation contre la ‘loi travail’, les participants ont décidé de ne pas rentrer à la maison ce soir-là et de « rester » la nuit sur la place publique. Plus tard, il a été interprété comme « Rester debout dans ces temps sombres ».