Chomsky : Les Etats-Unis font une guerre sauvage à Cuba

03.11.2015 - Cuba - Rédaction France

Chomsky : Les Etats-Unis font une guerre sauvage à Cuba
Crédits Photo : Eva Usi

… Pourquoi le gouvernement d’Obama a-t-il commencé à aller vers la normalisation des relations avec Cuba? Ici, aux Etats-Unis, on décrit cela comme un effort noble et héroïque pour aider Cuba à échapper à son isolement, à rejoindre la communauté internationale et à avancer vers la démocratie et la liberté. La vérité est que c’est presque exactement le contraire. C’étaient les Etats-Unis qui étaient isolés, de plus en plus.

Au niveau international, les Etats-Unis ont été isolés pendant des décennies. Il suffit de regarder les votes annuels de l’Assemblée Générale des Nations Unies sur l’embargo des Etats-Unis: une opposition pratiquement unanime. Lors du dernier vote, les Etats-Unis n’ont même pas pu continuer à obtenir que les îles du Pacifique se joignent à eux. Le seul pays qui s’est joint aux Etats-Unis fut Israël qui, plus ou moins, doit le faire et même Israël viole l’embargo.

Mais le plus important est l’Amérique Latine. A la conférence de Cartagène, je crois qu’en 2012, les Etats-Unis et le Canada étaient complètement isolés, en particulier sur le sujet de laisser Cuba entrer dans l’hémisphère. Et il était assez clair qu’à la prochaine conférence de Panama, cette année, si les Etats-Unis n’avaient pas été disposés à accepter la demande unanime de l’hémisphère de réadmettre Cuba, les Etats-Unis eux-mêmes auraient été exclus. Et, dans ces conditions, Obama a fait ces petits pas qu’il a entrepris jusqu’à présent. Je suis heureux que cela soit mais nous devons comprendre les raisons, qui étaient assez éloignées d’atteindre les buts qui devaient être atteints. Je me réfère, en premier lieu, au Congrès qui garde encore le contrôle de l’embargo et au fait qu’il y a encore des restrictions importantes aux voyages des enseignants cubains aux Etats-Unis, ce qui est une honte, et à d’autres restrictions qui doivent être éliminées. Mais c’est le début de quelque chose qui devait arriver.

Et c’est important. Il faut seulement penser à l’histoire. Presque immédiatement, quand Castro prit le pouvoir, en quelques mois, les Etats-Unis furent en guerre contre Cuba. Les plans étaient de bombarder Cuba fin 1959. En mars 1960, le gouvernement d’ Eisenhower a décidé officiellement de renverser le gouvernement. Et quand arriva Kennedy, le plan s’intensifia. En premier lieu, l’invasion de la Baie des cochons et après son échec, Kennedy commença une grande guerre terroriste contre Cuba. Ce n’était pas un sujet sans importance. De fait, ce fut l’un des principaux facteurs de ce qu’on appelle la crise des missiles cubains qui aboutit presque à une guerre nucléaire finale. La guerre terroriste continua après la crise tandis que l’embargo était établi et eut un coût énorme pour Cuba.

Alors, les Etats-Unis font une guerre sauvage à Cuba depuis sa libération, en 1959. Maintenant, c’est en déclin, essentiellement suite à l’indépendance croissante de l’Amérique Latine qui a refusé de le tolérer. Ce sont aussi des pas vers des avancées très importantes. Et beaucoup de problèmes restent encore mais nous ne devons pas ne pas considérer les réussites qui ont été obtenues grâce aux efforts d’indépendance de l’Amérique Latine pendant ces 15 dernières années environ.

(Fragments d’une interview dans Perfil)

Source en espagnol : https://lapupilainsomne.wordpress.com/2015/10/31/chomsky-eeuu-esta-peleando-una-guerra-bastante-salvaje-contra-cuba/

Traduction Françoise Lopez

Catégories: Amérique centrale, Droits humains, International
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.