Analyse de la situation en Grèce : [1/5] Contexte de l’Union européenne

22.08.2015 - Guillermo Sullings

Analyse de la situation en Grèce : [1/5] Contexte de l’Union européenne
Image : Creative commons

Pressenza publie la première partie d’une étude de Guillermo Sullings sur la situation en Grèce. L’étude complète sera présentée en 5 parties :

  1. Contexte de l’Union européenne
  1. Vérités et mensonges à l’égard de la dette
  1. La situation actuelle de la Grèce
  1. La sortie de l’euro est-elle la seule solution ?
  1. Quelles conséquences aurait le Grexit ?

 

  1. Contexte de l’Union européenne

L’aspiration des Humanistes pour le futur est que tous les peuples du monde puissent être intégrés dans la Nation Humaine Universelle. C’est pourquoi nous différencions ce processus d’intégration que nous appelons mondialisation de celui qui se fait appeler globalisation. Quand le premier correspond à l’intégration des peuples dans leur diversité culturelle, le second correspond davantage à l’expansion et à la pénétration du pouvoir économique et financier global qui cherche à discipliner les pays sous sa logique de prédateurs.

Les Humanistes encouragent toutes les avancées qui se produisent dans les intégrations régionales, tant qu’elles signifient une avancée vers cette future Nation Humaine Universelle. Et bien sûr que l’intégration économique doit être un aspect important de cette intégration mais il ne devrait pas être le plus important. Dans tous les cas il devait être assujetti à l’intérêt supérieur d’une véritable intégration solidaire des populations, où les structures économiques seraient au service du développement humain sans frontières. Et si l’usage d’une monnaie commune dans une intégration régionale contribue à ce développement, il faudra l’encourager.

Mais quelque chose de très différent arrive dans certaines des intégrations régionales qui se produisent dans le monde. Elles ne semblent pas se constituer à partir des nécessités et des intérêts des populations mais plutôt depuis les intérêts des multinationales et du pouvoir financier global. C’est le cas de l’Union Européenne, de plus en plus au service des banques et des entreprises plutôt qu’au service des gens. C’est le cas de l’euro, qui renforce l’expansion des économies les plus fortes et finit par démanteler et endetter les économies les plus faibles. Pendant ce temps, les médias privés, toujours au service des mêmes pouvoirs économiques, manipulent l’opinion publique pour la convaincre que les pays sérieux sont ceux qui appliquent l’économie néolibérale et que si un pays va mal, c’est seulement parce que ses dirigeants sont corrompus et que son peuple est paresseux. Ainsi ils divisent les peuples, pour qu’ensuite la solidarité ne s’exprime pas quand l’un tombe en disgrâce, victime des politiques néolibérales, et qu’ainsi leurs dirigeants aient des arguments pour être cruels avec les peuples et généreux avec les banques.

Quand l’Union Européenne puis la zone euro se sont formées, il existait déjà des différences importantes entre les économies des pays membres, des différences au niveau de la productivité et du développement industriel. Historiquement, au niveau mondial, pour supporter ce type de différences, les pays avec une productivité moindre jouaient sur la valeur de leur monnaie et géraient leur commerce extérieur en cherchant un certain équilibre qui leur permettait de maintenir un faible niveau de chômage. De cette façon, chacun essayait de maintenir son équilibre pour se développer à partir de là et on considérait qu’en moyenne, le niveau de vie de la population correspondait à son niveau de développement. Mais quand on a progressé dans la zone de libre commerce et dans l’union monétaire en Europe, ses membres ont renoncé à ces instruments de politique économique, en considérant sûrement que la nouvelle organisation supranationale envisagerait la résolution des asymétries entre les pays. Mais l’Union européenne a organisé son économie sous les paradigmes du néolibéralisme, en supposant que le marché réglerait tout harmonieusement, en supposant que les capitaux productifs iraient implanter leurs usines là où seraient les chômeurs, ou bien que les chômeurs migreraient facilement vers les usines ; en supposant que les capitaux financiers se mobiliseraient pour couvrir les nécessités des investissements productifs. Mais la liberté de mouvement à l’intérieur de la zone euro a donné différents résultats pour chaque protagoniste, parce que si les capitaux financiers peuvent être mobilisés d’un lieu à un autre en quelques secondes, les capitaux productifs requièrent plus de temps et bien que les personnes puissent passer librement les frontières, en pratique l’enracinement et les barrières culturelles limitent les migrations. Par ailleurs, dans le reste du monde on a déjà vu que les politiques néolibérales ont donné lieu à la spéculation des capitaux financiers, à l’endettement systématique et au démantèlement de l’industrie dans de nombreux pays, ainsi qu’à la fuite des capitaux vers des paradis fiscaux et la fuite des usines vers des paradis du travail. Si le virus du néolibéralisme mondial a pu faire tout cela avec les nations qui maintiennent leur souveraineté et leur monnaie, les effets furent bien pires dans la zone euro où les pays avaient déjà de faibles moyens de défenses.

Alors si aujourd’hui l’Union européenne est en crise et la zone euro est dans le doute, ce n’est pas parce que le monde n’est pas préparé à l’intégration régionale. C’est parce qu’on a voulu le faire sous le signe du néolibéralisme.

Catégories: Economie, Europe, Opinion
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.