Bruxelles, 10 juin. Le président équatorien Rafael Correa a affirmé mercredi que la coopération Celac-UE devait être guidée par la formation du talent humain, le transfert de technologie et l’accès au financement.

Lors de son intervention au Sommet des entreprises de l’Union européenne (UE) et de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (Celac), le mandataire a souligné l’importance pour les sociétés de passer du statut de producteur de biens primaires à celui de producteur du savoir.

Dans le cadre de la coopération Celac-UE, on a lancé l’initiative de créer un fonds de reconversion productive des micro, petites et moyennes entreprises, a-t-il signalé.

Le mandataire a fait référence aux problèmes de productivité en Amérique latine où les micro, petites et moyennes entreprises sont très hétérogènes et ont des difficultés à accéder aux marchés internationaux.

En Amérique latine et aux Caraïbes, a-t-il ajouté, il faut stimuler les processus d’innovation, de production et de transfert de technologie.

Concernant l’élimination de la pauvreté en Amérique latine et aux Caraïbes, il a considéré qu’il s’agissait d’un impératif moral pour l’humanité, parce que celle-ci constitue le plus grand attentat contre la dignité humaine et est le fruit de l’injustice et de l’exclusion.