Par Jean-Marie Collin. “Blog Défense et Géopolitique, Alternatives-Internationales

Voilà le sujet qui fait trembler les puissances nucléaires …

En mars 2013, la conférence d’Oslo sur l’impact humanitaire des armes nucléaires a lancé au niveau international, une prise de conscience sur les dangers que font courir les arsenaux nucléaires (+/-17000 ogives dans le monde). Un risque qui serait dû soit à un accident nucléaire militaire soit à une guerre nucléaire de faible ou haute intensité. La France n’a pas souhaité participer à cette conférence (comme les 4 autres puissances nucléaires). Désormais, cet argumentaire sur l’impact humanitaire est de plus en plus soutenu par les États ayant renoncé aux armes nucléaires (Afrique du sud), par des États qui sont sous la protection du parapluie nucléaire de l’Otan (Danemark) ou américain (Japon). C’est ainsi que 126 États ont soutenu une résolution (21 octobre 2013) à l’Assemblée générale de l’ONU sur les conséquences humanitaires des armes nucléaires.

Cette notion est quasiment absente des débats parlementaires français (notons des questions écrites déposés par des parlementaires membres du PNND), alors même, que la France est la troisième puissance nucléaire au monde et a procédé à 210 essais nucléaires. Au contraire, seul est débattu des problématiques de modernisation des arsenaux nucléaires.

Ce colloque permettra ainsi pour la première fois de débattre au Palais du Luxembourg de l’impact humanitaire des armes nucléaires et de s’interroger sur l’action exercée par des parlementaires européens et français pour renforcer la sécurité des populations. À travers les conséquences que peut provoquer une arme nucléaire (sur le plan sanitaire, environnemental, économique…) et en s’appuyant sur des exemples internationaux (Kazakhstan, Polynésie, Algérie…), ce colloque permettra de faire avancer la réflexion et de présenter les arguments tant de la société civile, que des diplomates.

Pour la première fois – (Encore !)- il faut noter :

La participation de la Croix-Rouge française à une conférence consacrée à cette thématique, avec M. Antoine Peigney, directeur des relations et opérations internationales. C’est la première fois que cette institution va s’exprimer publiquement sur ce sujet (contrairement à bon nombre d’autres Sociétés à travers le monde). C’est certainement un pas qui peut être considéré comme une suite de la résolution prise le 17 novembre 2013 « Vers l’élimination des armes nucléaires Plan d’action quadriennal ».

  • La participation de M l’Ambassadeur Jean Hugues Simon-Michel, Représentant Permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement. La France a exprimé son point de vue sur ce sujet, mais, elle n’a jamais participé a une conférence ou cette thématique était au centre des débats. C’est donc une grande première, un pas en avant fait par la diplomatie française, même si, à ne pas en douter, le ton sera le même. Mais peu importe, il est bon d’avoir tous les acteurs principaux sur ce sujet autour d’une même table-ronde, c’est comme cela que la diplomatie avance. Ainsi aux côtés de M l’Ambassadeur se trouvera Mme Inga M. W. Nyhamar ministre norvégienne et une représentante de l’Ambassade du Mexique à Paris… Tiens on dirait un “mini-Mexico” !

Table-ronde : Cette journée

  • Table-ronde 1 : “ La réalité de l’impact des armes nucléaires “
  • Table-ronde 2 : “ La dimension humanitaire : la voie pour relancer le débat à l’ONU sur le désarmement nucléaire ?”.
  • Table-ronde 3 : “ Rôle et pouvoir des parlementaires européens et français dans le processus de contrôle et de désarmement des armes nucléaires ? ” La présence de différents parlementaires : Leila Aichi, représentant du PS, UMP et RDSE

Ce évènement se déroulera dans une période charnière, puisque les 13 et 14 février 2014, le Mexique accueillera le second round du processus engagé à Oslo, en organisant une Conférence internationale de suivi du processus engendré en mars 2013 à Oslo. Ce colloque est organisé par M. Richard Tuheiava et Mme Leila Aïchi, sénateurs, par la branche française des Parlementaires pour la Non-prolifération Nucléaire et le Désarmement (PNND-France) et par l’Observatoire des armements au Palais du Luxembourg.

Lundi 20 janvier 2014, 9-18H30, Palais du Luxembourg 15 rue de Vaugirard, Paris. Inscription obligatoire : secretariat@obsarm.org

Source : http://alternatives-economiques.fr/blogs/collin/2014/01/08/l%E2%80%99impact-humanitaire-des-armes-nucleaires-colloque-senat/