CHEVRON en Equateur: les conséquences humaines et écologiques en Amazonie équatorienne

23.09.2013 - Redacción Ecuador

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Photos : Walker Vizcarra

Mardi 17 septembre, au puits 4 situé dans la communauté de la Primevère, à quelques minutes de Shushufindi (aux alentours de Sucumbíos), le Président Correa a lancé la campagne « la main sale de CHEVRON » avec l’objectif de dénoncer à la communauté internationale les conséquences humaines et écologiques de la Compagnie pétrolière en Amazonie équatorienne.

Le puits 4 fut exploité uniquement par l’entreprise des Etats-Unis et Correa s’exprima : »Ce sont des piscines abandonnées en 1986 par Texaco et qui n’ont plus jamais été exploitées par aucune autre entreprise et aujourd’hui, presque trente ans après, ce qui en sort c’est du pétrole. Cela aurait pu être évité puisqu’à cette époque, il existait déjà de meilleures techniques, mais pour économiser quelques dollars, ils ont produit une grande contamination et ils  n’y ont jamais remédié’ a-t-il dénoncé.

Cet acte fut accompagné par la Maire Gayle McLaughlin dont la ville fut affectée par la raffinerie  de Chevron à Richmond Point, tout près de la baie de San Francisco aux Etats-Unis, en 2012.

La mise en évidence des déchets pétroliers dans les villages et de leur impact sur la population permettent d’évaluer les dégâts causés en Amazonie équatorienne.

 

Catégories: Amérique du Sud, Ecologie et Environnement, Politique, Reportages photo

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

 

Le début de la fin des armes nucléaires

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.