Commerce des armes, le Traité paravent de l’Onu

05.04.2013 - Paris - Pressenza IPA

Par Manlio Dinucci (*)

Après sept années de laborieux efforts, l’Assemblée générale des Nations Unies a donné le jour au Traité sur le commerce des armements. L’objectif déclaré n’est pas de limiter les exportations et importations d’armes « conventionnelles », lourdes et légères, mais de les réglementer. Parmi les principes sur lesquels se fonde le Traité se trouve en effet celui du « respect des intérêts légitimes des Etats à acheter des armes conventionnelles pour exercer le droit à l’autodéfense et pour les opérations depeacekeeping, et de produire, exporter, importer et transférer des armes conventionnelles ».

Les cent plus grandes industries guerrières du monde, dont 78 sont basées aux Etats-Unis et en Europe occidentale, pourront ainsi continuer à accroître leurs ventes, dont la valeur annuelle estimée approche les 500 milliards de dollars. Les principaux exportateurs sont les Etats-Unis, suivis par la Russie, l’Allemagne, la France et la Chine, qui a dépassé la Grande-Bretagne. Les principaux importateurs sont l’Inde, le Pakistan et les monarchies du Golfe. Forte croissance aussi pour les importations d’armes en Afrique du Nord, qui ont augmenté de 350% en 2007-2012. Personne par contre ne connaît la valeur réelle des transferts internationaux d’armes, dont certains adviennent sur la base de transactions politiques. Parmi ceux-ci, par exemple, les 20 véhicules blindés de combat Puma, donnés par l’Italie aux gouvernants libyens « à titre gracieux » (c’est-à-dire payés avec l’argent public par les contribuables italiens).

A quoi sert alors le Traité ? Il faut dire avant tout que, bien qu’ayant été approuvé à une large majorité, il a fait l’objet d’abstentions significatives, surtout celles de la Russie, de la Chine et de l’Inde. En outre, même après avoir été ratifié par les parlements nationaux (chose qui n’est pas du tout acquise, notamment aux Etats-Unis), le Traité ne sera pas contraignant mais constituera une sorte de code de conduite auxquels les gouvernements devraient se tenir. La norme fondamentale est que les armes ne doivent pas être fournies à des Etats qui « minent la paix et la sécurité et commettent des violations du droit humanitaire international ». Comme l’assure le secrétaire d’Etat étasunien John Kerry, le Traité contribuera à « réduire le risque que les transferts internationaux d’armes conventionnelles ne soient utilisés pour accomplir les pires crimes du monde, y inclus terrorisme, génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre ».

En d’autres termes, le Traité autorise la fourniture d’armes aux « gentils » mais interdit strictement de les fournir aux « méchants ». Reste à voir qui sont les uns et les autres. Si le Traité par exemple avait été approuvé par l’Onu en 2011, que ce serait-il passé ? Il aurait été employé pour justifier l’embargo draconien contre la fourniture d’armes au gouvernement libyen accusé de crimes contre l’humanité. En même temps il aurait servi à rendre légales la fourniture de bombes étasuniennes aux alliés (Italie comprise) qui avaient épuisé les leurs dès les premières semaines de bombardements.

Aujourd’hui, souligne la responsable d’Oxfam International pour le contrôle des armements, se faisant le porte-parole d’une idée répandue dans l’éventail pacifiste qui défend le Traité, il peut contribuer à réduire la tragédie de la guerre civile en Syrie, puisque « la Russie soutient que les ventes d’armes au gouvernement sont autorisées car il n’y a aucun embargo ». Elle oublie cependant le flux croissant d’armes, confirmé par la récente enquête du New York Times (il manifesto 27 mars), qui sont livrées au « rebelles » à travers un réseau international organisé par la Cia, qui implique la Turquie, la Jordanie et la Croatie. Dans cette logique, un autre des principes sur lesquels est fondé le Traité, à savoir « le droit de tous les Etats à l’autodéfense individuelle et collective reconnu par l’article 51 de la Charte des nations unies », peut être interprété de manière à justifier l’embargo des armes au gouvernement syrien et, en même temps, leur livraison aux « rebelles », en assurant que ceux-ci les utilisent pour l’ « autodéfense ».Différents défenseurs du Traité affirment que sont bannies les ventes d’armes non seulement aux Etats mais aussi aux groupes qui les utilisent dans des actions qui violent les droits humains, mais qu’elles peuvent être fournies ouvertement et légalement aux « mouvements de libération qui luttent contre des gouvernements abusifs ». Comme, précisément, le gouvernement syrien que les Usa et l’Otan considèrent comme illégal, pendant qu’eux-mêmes arment et entraînent le « mouvement de libération », en grande partie infiltré de l’étranger.

Les industries guerrières pourront ainsi continuer à faire des affaires en or : il suffit qu’ils vendent les armes à ceux qui les utilisent pour « le droit à l’autodéfense et pour les opérations depeacekeeping ».

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

(*) Manlio Dinucci est géographe et journaliste.

Source : http://www.mondialisation.ca/commerce-des-armes-le-traite-paravent-de-lonu/5329741

Catégories: Opinion, Paix et Désarmement
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort