Précisions d’un Islandais indigné

04.02.2013 - ISLANDE - Pressenza IPA

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Précisions d’un Islandais indigné
(Crédit image : http://bit.ly/TUXIyV)

Source : blog de Gabriella Campbell Y el exhibicionismo

Ce post est une traduction en espagnol de l’article What is actually going on in Iceland, de Baldur Bjarnason (avec la permission expresse de son auteur). Je l’ai partagé il y a quelques jours. Dû au fait qu’il était en anglais et qu’il est assez complexe, on m’a demandé de le traduire en espagnol. Partagez-le si vous en avez la possibilité (via ce lien ou du moins en citant mon nom en tant que traductrice, svp). Si vous souhaitez connaître les actualités et éditions de l’article, reportez-vous aux notes que j’ai écrites à la fin.

NB : Ce que vous vous apprêtez à lire N’EST PAS DE MOI, seule la traduction m’appartient (le post-scriptum de fin est également de Baldur). Je trouvais intéressant de partager le point de vue d’un Islandais, étant donné tous ces « mèmes » que l’on peut lire via les réseaux sociaux qui veulent faire circuler l’idée que l’Islande est une sorte de paradis utopique qui a su vaincre la crise. Ici commence l’article (à la date du 29 décembre 2012) :

Ce qui est réellement en train de se passer en Islande

Parce que je suis fatigué de lire des choses qui ne sont pas vraies

Parce que les gens ne cessent de diffuser des affirmations douteuses telles que l’Islande « a dit à ses créditeurs et au FMI d’aller se faire foutre, a nationalisé les banques, a arrêté les escrocs, a réglé ses dettes et est maintenant en pleine période de croissance, merci », je sens qu’il faut que je m’exprime.

(Cet exemple précis vient de Twitter, mais c’est quasi-identique, presque mot pour mot, au « mantra » qui se répète inlassablement : « l’Islande est une utopie économique »).

Parce que, pour une raison quelconque, les gens ne font pas confiance aux Islandais lorsqu’ils disent que ce n’est pas exactement la situation dans laquelle se trouve la majorité des habitants du pays.

 

1. L’Islande a envoyé balader le FMI, a quitté le programme du FMI, etc.

Non, ce n’est pas le cas. Jetez un coup d’œil à la page du FMI sur l’Islande et lisez les rapports (en anglais) ici.

Trop long ? Dommage. Vous ne pouvez pas prétendre connaître la relation entre l’Islande et le FMI tant que vous n’avez pas tout lu.

Même un rapide coup d’œil vous permet de vous rendre compte que l’Islande n’a pas expulsé le FMI du pays, et de fait, le FMI fait un peu trop les louanges de l’Islande et de notre gouvernement. Il assure que nous avons suivi ses conseils à la lettre. Vous trouverez plus de précisions si vous lisez les autres archives. Vous tomberez sur certains faits intéressants comme par exemple, que dans certains cas (surtout ceux concernant les banques) l’Islande s’est montré plus libertaire que ce qu’avait recommandé le FMI.

 

2. L’Islande a dit à ses créditeurs d’aller se faire foutre

Oui et non. L’Islande n’a pas sauvé les banques de la faillite, non sans avoir essayé. Si vous lisez le rapport de la Commission spéciale d’enquête, vous chercherez à savoir comment et pourquoi le gouvernement islandais a fait tout ce qui était en son pouvoir pour renflouer les banques, jusqu’à aller demander de ridicules crédits afin de couvrir ses dettes.

Vous pouvez lire le rapport ici.

Malheureusement, une grosse partie du rapport (la partie la plus croustillante, selon moi) est disponible uniquement en islandais. La version intégrale islandaise est disponible ici.

On voit bien que l’Islande a fait tout ce qu’il était possible de faire pour tenter de sauver les créditeurs. Si le pays a échoué, c’est uniquement parce que le gouvernement islandais, encore et toujours, est totalement incompétent.

Ce que les hauts responsables islandais ont dit et fait de vraiment stupide alors qu’ils tentaient d’obtenir un soutien international (tout est mentionné dans le rapport) :

  • Dire que la réponse positive (sans aucun engagement établi) des Russes était en réalité un accord de prêt, emmerdant autant les Américains que les Russes. Résultat : aucun prêt, de qui que ce soit.
  • Ne pas répondre à l’appel téléphonique d’Alistair Darling (le Ministre des Finances – chancelier de l’Échiquier – du Royaume-Uni, à l’époque). Ils ont bien pris l’appel, l’ont mis en attente et ont fini par lui dire de rappeler plus tard avant de raccrocher.
  • Annoncer en direct, à la télévision, que nous n’aiderions pas les créditeurs, sauf ceux ayant des acomptes, alors que nous étions en train de négocier des fonds afin de renflouer ces banques. Depuis, il a fallu nous rétracter et essayer d’obtenir l’aide de l’UE.
  • Mentir au gouverneur de la Banque d’Angleterre et au Président de la Banque centrale européenne sur la situation réelle de nos banques.

Et bien d’autres choses encore. Tout est dans le rapport spécial. Lisez-le si vous voulez connaître la vraie situation de l’Islande. La version courte de toute cette histoire est que le pays a essayé de renflouer les banques et de sauver les créditeurs, mais que ça a été un échec total.

Autres choses intéressantes dans ce rapport : les ministres islandais ayant reçu certaines sommes d’argent – « gratuit et sans engagement » – de la part des banques et des acteurs clés de la bulle bancaire, et de la chute en résultant, ne sont pas les mêmes qui se font condamner pour fraude ou trafic d’influence. A l’exception de deux personnes :

– Un chef de service (mon homonyme) qui a vendu toutes ses actions peu de temps après avoir assisté à une réunion sur l’état des banques. Il a été condamné pour trafic d’influence (Baldur Sakfelldur). La seule raison pour laquelle il a été accusé est parce qu’il a été assez idiot pour essayer de brouiller les pistes.

– Et Lárus Welding, que certains considèrent comme un acteur clé. Mentionné à plusieurs reprises dans le rapport, il a été condamné hier (le 28 décembre 2012) à six mois de prison et trois mois de liberté conditionnelle. Il conserve l’argent et va faire appel. En sachant les tendances politiques de la Cour Suprême, sa peine n’est pas vraiment assurée. Celle donnée par les cours inférieures est déjà bien inférieure à ce qu’avait demandé le procureur, ce qui n’est pas de très bon augure. (Ici, un lien récent concernant sa condamnation. Vous pouvez toujours choisir de le traduire avec Google Translate et de hocher la tête en écoutant la vidéo comme si vous compreniez). Quant au Premier Ministre, il a été accusé de négligence, mais n’a été condamné à aucune peine. Ni peine de prison, ni amende. Rien.

Je dirais que c’est une tête de turc, s’il n’était pas sorti complètement indemne. Ci-contre, un lien de The Guardian : L’ex-Premier Ministre islandais Geir Haarde non sanctionné pour négligence bancaire. Au départ, cet article de The Guardian s’intitulait l’Ex-Premier Ministre islandais Geir Haarde coupable de la débâcle bancaire : ils déclarèrent l’Ex-Premier Ministre islandais, Geir Haarde, coupable de l’échec face à la crise bancaire. Ce titre fut celui publié sur Twitter, même si c’était au final totalement faux. (cf. autre lien : l’Ex-Premier Ministre Islandais Geir H. déclaré non coupable). En ce qui concerne les autres condamnés, ils sont aujourd’hui à la bulle financière islandaise ce que Bernie Madoff était à Goldman Sachs, des escrocs qui ont profité de la situation sans être des pièces maîtresse de cette bulle ni de son explosion.

C’est un peu comme arrêter un lieutenant nazi alors qu’Hitler et Goebbels continuent à circuler librement. Que voulez-vous qu’on dise ? Bien fait ? Ce ne sont pas des gens importants mais je suppose que c’est un début ? Je dois leur donner une petite tape sur la tête et leur dire « vous aurez plus de chance la prochaine fois » ?

Balivernes !

(Tout cela fait également référence au point 3 : l’Islande arrête les escrocs, ce qui met en évidence que cette affirmation n’est tout simplement pas la vérité. L’Islande a arrêté quelques escrocs : les manœuvres, les messieurs tout le monde, les laquais).

 

4. L’Islande nationalise les banques

Cela est vrai, mais cela signifie également qu’elles sont privatisées à nouveau par la suite, et en un temps record. Deux des trois banques parmi les plus importantes qui se sont effondrées sont maintenant aux mains des créanciers. (« Mais je pensais que l’Islande se moquait totalement de ses créanciers… » Oui ! Déjà, que c’est drôle ! Pas vrai ?) La troisième banque, Landsbanki, est toujours aux mains de l’État, mais seulement pour ce qui concerne les cas juridiques en relation avec Icesave. Nous en parlerons davantage ultérieurement.

De nombreux créanciers ont vendu leurs titres à des fonds de couverture et autres. A nouveau, tu peux utiliser Google Traduction si cet article t’intéresse.

Ainsi l’Islande a non seulement privatisé de nouveau son système bancaire mais l’a également vendu hors des frontières du pays.

 

5. L’Islande annule les dettes

La réponse à cette affirmation est oui, mais pas tout à fait. La meilleure manière de comprendre ce qui s’est passé ici est de ne pas être un idiot sans idée de numéros, qui se refuse à recourir aux sources d’origine. Je le sais. C’est difficile, mais essayez ! Vous rendrez votre mère heureuse !

On a contracté beaucoup de dettes ainsi, oui. Par exemple, on a annulé au 1% le plus riche de la population la quasi-totalité de sa dette. Ce n’est pas un détail pour les banques ?

Pour le reste de la population, les choses se compliquent un peu plus. La dette des foyers islandais se compose d’ :

A)    Emprunts en devises,

B)    Emprunts liés à l’IPC.

Les emprunts de type A ont doublé, voire plus, pendant la crise. Ceux qui devaient un million ont finalement dû deux millions, etc. Il y a eu une certaine condamnation apparente de ce type d’emprunts parce que de manière flagrante, ils se sont révélés illégaux.

La routine a pris la forme suivante, très idiote : une Islande en banqueroute poursuit en justice une banque parce que l’emprunt est illégal (2011) (2012). La justice oblige la banque à diminuer l’emprunt. Le gouvernement insiste pour que la décision du juge n’asseye pas un précédent. Et il fixe une loi qui indique jusqu’à quelle limite la dette peut être effacée. Un exemple. Ainsi un islandais presque en banqueroute poursuit la banque en justice parce que son emprunt est illégal. Et pour autant la législation en vigueur et imposée par le gouvernement, mentionnée ci-dessus, est illégale. (Autre exemple). Et ainsi de suite. Le gouvernement islandais s’est battu pour l’annulation de la dette, dans toutes ses formes, avec toutes ses ressources et outils. Il a été complice du système bancaire.

Les emprunts de type B sont un peu plus compliqués et exigent une explication plus ample.

Normalement, quand un emprunt est lié à l’IPC (ce qui est assez rare en soit dans d’autre pays), ses paiements augmentent avec l’inflation.  Mais le système islandais est différent. Si tu demandes un prêt de 100.000 couronnes islandaises et que l’inflation annuelle est de 10% (qui est quelque chose de peu inhabituel dans notre ère post-chute économique, pendant laquelle l’inflation a varié entre 4 et 20 %), cela signifie qu’à la fin de l’année, ces 100.000 se transformeront en 110.000 couronnes, même si tu as déjà payé des intérêts. En définitive, si tu as une hypothèque de type B, tu n’arriveras jamais à la payer puisque dans toute son histoire, la devise islandaise n’a jamais réussi à maintenir un taux d’inflation bas.

La couronne islandaise est apparue en 1922, étalonné sur la couronne danoise. Et depuis, elle a perdu 95,95% de sa valeur. L’inflation est une caractéristique endémique et permanente de l’Islande. La plupart des emprunts en Islande sont de type B, donc lié à l’IPC.

Il y a eu un programme d’annulation de la dette appelée « la règle du 110% » qui réduisait toute hypothèque qui se trouvait au-delà de 110% de la valeur de la propriété à 110% de la valeur de la propriété. Ceux qui étaient noyés restaient noyés. Cette règle ne les aidait pas beaucoup, puisqu’en fin de mois, ils se trouvaient dans la même situation qu’au début.

Au total, l’annulation de la dette pour les foyers islandais se monte à 196.3 milliards de couronnes islandaises, alors que les emprunts de ce type ont atteint 360 milliards de couronnes depuis septembre 2008, ceci étant dû à la relation entre les emprunts et l’IPC. (Source).

En résumé, les foyers islandais sont maintenant dans une situation pire qu’avant. Et les programmes d’annulation de la dette n’étaient, en fin de compte, rien d’autre qu’une manipulation politique destinée à obtenir des voix. Rien à voir avec une amnistie des conditions comme le demandait le mouvement Occupy. (Plus d’informations sur les emprunts islandais : 1 et 2).

Le comble de ce système de prêt en Islande est que seuls les idiots ont souscrit à un emprunt indexé sur une devise étrangère. N’importe qui pouvant compter et disposant des chiffres pourrait voir que les prêts en devise étrangère présentent un risque incroyablement stupide. Ainsi, toutes les personnes sensées, celles ayant reçu un faible allègement de dette, voir aucun, ont choisi des emprunts indexés sur l’indice des prix. Les idiots et les irresponsables ont choisi des emprunts indexés sur une devise étrangère et ont désormais été récompensés de façon disproportionnée par rapport à ce que représente le faible allègement des dettes.

Encore et toujours, les personnes raisonnables et raisonnées en termes de fiscalité en Islande sont pénalisées.

 

6. L’Islande est désormais en très forte croissance

À moins que vous soyez le genre de personne à regarder un enfant atteint de leucémie et dire « Regarde le petit Charlie avec son crâne chauve, comme il grandit bien », je me dois de contester. Survivre n’est pas synonyme de forte croissance.

L’inflation en 2012 est de 4 %, tandis qu’elle s’élevait à 5 % en 2011.

La croissance est estimée à 2,7 % en 2012 et était de 2,6 % en 2011. (Sources : http://www.hagstofa.is/ the estimate).

Pour ceux parmi vous qui ne savent pas compter, les chiffres ci-dessus indiquent que l’économie islandaise va rester telle qu’elle est. Il ne s’agit pas d’une forte croissance ou d’une croissance saine. Il est plus ou moins question de flâner, ne pas mourir. En particulier lorsque vous regardez les chiffres des pages suivantes : http://www.hagstofa.is/ et http://www.sedlabanki.is/ qui indiquent que la croissance provient en majorité d’une bulle spéculative du marché de l’immobilier en Islande, les entreprises ne se portent pas mieux.

Les salaires bruts en Islande. La nouvelle bulle immobilière en Islande.

Souvenez-vous également que la croissance est calculée en couronnes islandaises dont la valeur équivaut à environ 20-50 % de sa valeur en 2008 et qui, à son tour, signifie que ces faibles taux de croissance sont un peu plus que des erreurs d’arrondissement quant à l’effondrement de l’Islande en termes de devise étrangère.

Note : Plus d’informations sur les problèmes de la croissance

Je ne pense pas que les lecteurs aient saisi la remarque que j’essayais de faire sur le PIB. C’est ma faute. J’aurais dû développer cette remarque.

Les revenus des foyers islandais ont chuté. Leur dette est indexée. La croissance est largement due à une réapparition de la bulle immobilière et au retour de la croissance des banques due aux emprunts indexés qui montent en flèche, c’est-à-dire que les foyers n’en bénéficient plus vraiment, si ce n’est pas du tout. Ils ne peuvent pas s’introduire sur le marché immobilier fleurissant car ils sont déjà surendettés, et la loi islandaise empêche ceux qui ont souscrit à un prêt immobilier de s’en défaire (même si vous mourez, vos enfants doivent payer) et le marché immobilier est largement dominé par de l’argent saisi, des capitaux étrangers qui ne peuvent pas s’échapper en raison des restrictions de devise.

C’est pourquoi j’ai mentionné les taux d’’inflation. Lorsque votre prêt immobilier est indexé et que votre salaire stagne ou diminue, une forte inflation détruit complètement tout bénéfice économique que la croissance économique pourrait apporter à votre foyer. La prédominance des prêts indexés signifie que l’inflation entraîne un effet négatif disproportionné sur les foyers, en particulier lorsque l’on compare avec d’autres pays qui proposent des prêts non indexés.

Plus l’inflation est forte, quelle que soit la supériorité de la valeur de la croissance, plus il y a de chances que le résultat final soit désastreux pour les foyers islandais. Ainsi, même si l’Islande arrive à atteindre par miracle une croissance de 5 % et si l’inflation sous-jacente est de 10 %, cela entraînerait une économie nationale désastreuse due au fait que la majorité des emprunts et des prêts immobiliers islandais sont liés aux variations tordues et excentriques de l’indexation sur l’indice des prix à la consommation.

Pour cette même raison, si l’Islande avait pu atteindre une croissance de 2,6 % par une inflation de 2 % (au lieu de 4 %), les conséquences économiques sur le poids de la dette des foyers auraient été différents et nous ne ferions pas face à une crise aussi imminente que celle qui s’apprête à arriver alors que nous entrons en 2013.

En Islande, le sujet de l’inflation est important.

Je reconnais que je n’ai pas développé ce point comme il se doit. J’ai pensé que les gens comprendraient l’idée que j’essayais de développer après avoir lu la section sur les prêts indexés en Islande. Comme je l’ai déjà dit, l’inflation alourdit directement la dette des foyers en Islande, tandis que les salaires continuent de stagner (ils ont en réalité diminué légèrement si l’on en croit les derniers chiffres). C’est pourquoi vous ne pouvez pas parler de croissance en Islande sans évoquer le taux d’inflation afin d’établir le contexte. Dans des situations économiques normales, une inflation de 4 % basée sur une croissance de 2,6 % n’entraîne pas chez tout le monde une augmentation de 4 % sur un emprunt en l’espace d’un an. C’est pourtant exactement ce qu’il se passe en Islande. C’est pourquoi vous devez évoquer l’inflation à chaque discussion sur la croissance en Islande.

Je pensais qu’après avoir parlé de l’indexation, il suffirait de mentionner le contexte de la croissance pour que les lecteurs comprennent où je voulais en venir. Cela était vraisemblablement stupide car il était impossible de comprendre sans être voyant.

 

7. Icesave

Voici l’origine de toutes ces absurdités. La version courte de l’histoire est que Landsbanki, dirigée par Björgólfur Guðmundsson, reconnu comme étant un escroc (ce qui, en soi et de soi, aurait dû vous alerter) a lancé un plan douteux de comptes épargne promettant des résultats irréalistes, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et dans d’autres pays, a collecté de l’argent d’un groupe d’idiots avares, a fait faillite tandis que l’argent avait disparu où Dieu seul sait.

Vous pouvez trouver un aperçu relativement raisonnable de l’affaire Icesave sur wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Icesave_dispute

Nota Bene que Björgúlfur et son fils n’ont pas été poursuivis en justice, bien qu’ils représentent des acteurs clé de la bulle spéculative des banques et de l’effondrement qui s’en est suivi.

Le Royaume-Uni et les autres gouvernements ont immédiatement payé tous les dépôts dans leur entier, ne se limitant pas au montant garanti par la loi, puis ont changé d’avis et ont exigé que l’Islande les rembourse, avec des taux d’intérêt excessifs.

L’Islande accepta. Le gouvernement islandais accepta, mais ajouta quelques conditions raisonnables concernant les taux de paiement et renvoya la proposition aux Britanniques et aux autres.

Les Britanniques refusèrent. Remboursez-nous intégralement, avec des taux d’intérêt de requin, sinon gare.

L’Islande a donc de nouveau dit oui. Le gouvernement et le parlement ont accepté les conditions insensées en dépit des protestations massives des citoyens islandais. Le président refusa de valider le projet, obligeant à organiser un referendum sur la loi. Les Islandais ont massivement rejeté l’accord sur l’emprunt.

Plusieurs aller-retour ont ainsi été effectués, les Islandais refusant à chaque fois de payer. Les Britanniques et les autres ont finalement abandonné et poursuivent désormais en justice le gouvernement islandais dans plusieurs cours pour tenter d’obtenir les taux d’intérêt voulus.

Quelques remarques à ce sujet :

  • Les gouvernements islandais ont toujours accepté les conditions des Hollandais et des Britanniques. Ils étaient d’accord avec eux sur le fait que nous devions payer.
  • Les électeurs sont en désaccord et peuvent s’exprimer à ce sujet uniquement parce que le président aime faire oublier à tout le monde qu’il est lui-même un collaborateur véreux faisant partie de ce milieu financier et se trouvait dans les petits papiers des banques jusqu’à leur faillite.
  • La dette d’Icesave est payée, quoi que les électeurs islandais en disent. Le débat tourne uniquement autour de l’importance des taux d’intérêt (Bretar fá greitt). L’Islande n’a pas refusé de payer la dette d’Icesave, celle-ci est déjà en majorité réglée et le gouvernement compte régler le reste. Le débat et les référendums servent uniquement à déterminer si nous devons payer des taux d’intérêt excessifs ou pas.

Ce n’est pas tout

Je pourrais continuer à développer à quel point les frais de gestion administrative représentent une part de plus en plus importante du budget des Islandais, à quel point les niveaux de revenu ont chuté, comment les réductions de budget du gouvernement ont entraîne une baisse considérable de la qualité des services publics, autant dans les services de santé que dans le système éducatif. Je pourrais exposer comment le système d’allocations islandais de style nordique est démantelé. Je pourrais expliquer comment les personnes âgées sont affamées à en mourir ou comment les pauvres se voient refusés de l’aide. Je pourrais parler de la fuite des cerveaux puisque les professionnels spécialisés fuient le pays. Je pourrais exposer à quel point le choix des produits dans les magasins d’alimentation a été considérablement restreint. Je pourrais parler de la crise politique dans laquelle aucun parti politique n’ose se positionner contre les banques. Je pourrais expliquer comment les banques se mettent de nouveau à répandre et jouer au même jeu qu’au temps de la bulle spéculative. Je pourrais continuer encore et encore, mais si jusqu’à présent vous n’avez pas écouté, rien de ce que j’ai encore à dire ne vous convaincra.

FINALEMENT que se passe-t-il donc ?

Pourquoi ces mythes sur l’Islande sont-ils répandus ? Pourquoi les gens pensent que l’Islande est un paradis en développement alors qu’en réalité c’est un fantasme Thatchérien ? Pourquoi l’Islande est exhibée par le mouvement Occupy comme un exemple de marche à suivre ?

Je ne sais pas. Ma théorie, corroborée par ceux qui semblent être à l’origine des plus grands mythes, est qu’il existe un groupe d’Islandais qui mentent ouvertement aux étrangers.

Peut-être qu’ils mentent pour réconforter leur fierté nationale blessée, qu’ils se sont eux-mêmes convaincus que cela est vrai et que l’Islande est réellement un pays merveilleux et unique. Peut-être que c’est parce qu’ils voient un intérêt à mentir aux étrangers naïfs. C’était un sport national pendant la bulle spéculative et c’est une tactique islandaise standard depuis des années, mais je ne peux pas écarter le rôle du nationalisme et sa stupidité dans cette situation absurde.

Je ne sais pas. La seule chose que je sais est que l’on vous ment et que les Islandais sont très forts pour se mentir à eux-mêmes. S’ils ne l’étaient pas, nous ne serions pas dans cette situation catastrophique.

Note 1 : il ne s’agit pas d’un article sur l’économie. Diriger les gens vers les dossiers publics, que décrétait la loi et que ne décrétait-elle pas, quelles affaires judiciaires ont été gagnées ou perdues, qui était poursuivi en justice et qui ne l’était pas, quelles actions le gouvernement a-t-il pris ou n’a pas pris, ne sont pas des questions d’ordre économique et ni ouvertes à l’interprétation. Vous pouvez débattre sur les effets à long terme des lois qui ont été décrétées (un débat est d’ailleurs à ajouter) mais vous ne pouvez pas débattre sur les faits de base concernant ce qui a ou n’a pas été fait.

La seule chose pouvant être débattue dans cet article est si, oui ou non, vous pensez que les taux de croissance sont positifs. (Si vous pensez que les taux de croissance sont prometteurs, je me dis que vous ne comprenez ni la crise du système des retraites en Islande, ni l’effondrement imminent du fond national d’aide au logement, ni la bulle immobilière en plein essor. Mais j’admets que ce sont des sujets de débat. Ce n’est pas le cas pour le reste, les autres sujets ne sont pas à débattre. Il y a des choses que le gouvernement islandais a fait, et d’autres qu’il n’a pas fait. Ses actions sont publiques.)

Note 2 : j’ai ajouté ce qui suit dans les commentaires et qui méritait d’être mentionné.

Une autre chose à préciser est que même si l’appel en justice de Lárus Welding a été rejeté et que la peine de six mois de prison + trois mois en liberté conditionnelle est confirmée, cela ne veut pas dire qu’il sera réellement en prison pendant six mois.

Étant donné le système d’incarcération en Islande, il sera plutôt dehors dans un centre de semi-liberté avec un bracelet de traçage GPS à sa cheville dans deux mois, complètement libre dans trois mois, et purgeant les six mois restant en liberté conditionnelle.

Et il réussit à garder tout l’argent qu’il a gagné, c’est-à-dire beaucoup.

Baldur Guðlaugsson, l’autre principale condamnation évoquée, n’a purgé que six mois de prison sur les 24.

 

Traduction de l’anglais : Eva Delacoute et Frédérique Drouet

 

Catégories: Economie, Europe, International, Politique
Tags: , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.