Un journaliste enlevé est retrouvé abattu à l’est du pays en lien probable avec sa profession

04.08.2011 - Santo Domingo - Reporters Sans Frontières

« Nous condamnons l’assassinat de Silvestre de los Santos et demandons aux autorités d’identifier les responsables. Les autorités devront privilégier la piste professionnelle dans l’enquête que vient d’être ouverte sur la mort de ce journaliste connu pour ses enquêtes sur la délinquance et les liens présumés qui entrainent agents de police et autorités judiciaires avec des trafiquants de drogue », a déclaré Reporters sans frontières.

D’après des informations des journaux locaux, le journaliste, âgé de 59 ans, aurait été poussé de force dans un véhicule par quatre inconnus aux environs de 8 heures du matin. Des témoins ont rapporté avoir entendu des coups de feu et assister au rapt.

Silvestre de los Santos aurait signalé avoir été victime de persécutions peu de temps auparavant. Selon le quotidien Diario Libre, le journaliste s’est vu obligé de quitter la ville de La Romana, après avoir dévoilé lors d’un programme, le 30 juillet 2011, des informations concernant un assassinat (http://diariolibre.com.do/noticias_det.php?id=300301).

Une commission d’enquête a été constituée le jour même par le procureur général, Radhamés Jiménez. Le directeur de la police national, José Armando Polanco Gómez, s’est personnellement chargé de cette enquête, par instruction du Président de la république, Leonel Fernández. Sept personnes ont été interpellées par la police et doivent rendre témoignage dans les jours qui viennent. Personne n’a été encore identifié comme auteur intellectuel ou matériel du crime.

Silvestre de los Santos était poursuivi pour “diffamation” et “injure” devant la chambre pénale du tribunal de La Romana. Il avait mis en cause dans l’un de ses programmes, le procureur de la ville, José Polanco Ramírez, pour de présumés liens avec le narcotrafic. Des inconnus avaient alors ouvert le feu sur le domicile du journaliste. Après six jours en détention préventive, il avait été remis en liberté contre le paiement d’une caution de 100.000 pesos (environ 2.600 euros) (http://fr.rsf.org/republique-dominicaine-un-journaliste-jete-en-prison-en-30-05-2011,40375.html).

Un acte d’une telle gravité, dans un pays où la situation de la liberté de la presse est relativement satisfaisante, exige toute l’attention des autorités dominicaines.

Catégories: Amérique centrale, Relations internationales

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.