Bienvenue à ‘Passage vers l’inconnu’. En tant qu’espèce, nous voyons ce que l’être humain n’a jamais rêvé de voir ; nous sommes sur le point de commencer à voir des choses inimaginables. A travers quoi ? Des télescopes. C’est ce dont nous allons parler aujourd’hui.

 

Transcription du podcast par Ana Álvarez Guerrero de l’émission ‘Passage vers l’inconnu’ de Reinaldo Taladrid Herrero, diffusée le 11 janvier 2019.

Reinaldo Taladrid : Comme vous pouvez l’imaginer, pour nous accompagner dans cette odyssée de la connaissance, nous avons avec nous notre cher astronome major, le docteur Oscar Álvarez Pomares. Bienvenue. Pas besoin de le présenter, l’astronome major… Le titre est-il correct ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Oui, c’est bien. J’en ai l’habitude. Merci beaucoup pour l’invitation.

Reinaldo Taladrid : Il a l’habitude… Eh bien, Docteur, est-il vrai que nous sommes sur le point, avec les télescopes, de voir des choses qui étaient inimaginables, pour vous-même il y a encore dix ans, par exemple ?

Dr. Oscar Álvarez Pomares, astronome

Dr Oscar Álvarez Pomares : Bien sûr que oui. La nouvelle génération de télescopes qui arrive maintenant va permettre d’explorer des choses sans précédent. Par exemple, ils pourront détecter des planètes extrasolaires, étudier leurs atmosphères et voir s’il y a une vie ou une trace de vie sur ces planètes, non pas des planètes du système solaire, mais des planètes d’autres étoiles. Ce sont les nouveaux télescopes, ceux qui arrivent maintenant, qui ne sont pas encore là.

Le télescope HUBBLE, qui est là actuellement, a étudié l’atmosphère planétaire, mais pas avec la capacité de détecter des signes de vie.

Reinaldo Taladrid : Voyons voir, ces télescopes vont nous permettre de voir des planètes qui se trouvent dans d’autres étoiles ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Des planètes qui sont dans d’autres étoiles.

Reinaldo Taladrid : Mais dans cette galaxie ?

Dr Oscar Álvarez Pomares : Oui, oui, dans cette galaxie, nous parlons de la nôtre, aller dans d’autres galaxies est un autre travail. Le télescope actuel, le HUBBLE, est capable d’explorer jusqu’à un certain niveau ou une certaine année après le Big Bang. D’autre part, le nouveau télescope, la nouvelle génération, le JAMES WEBB, par exemple, dont nous parlerons plus tard, va étudier les phénomènes, plus proches du rayonnement de fond, lorsque les premières étoiles et les premières galaxies se sont formées.

Reinaldo Taladrid : Quand vous dites que le nouveau télescope… comment s’appelle-t-il ? quel est son nom, nous allons en parler maintenant ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Le nouveau télescope s’appelle JAMES WEBB, il va remplacer le HUBBLE.

Reinaldo Taladrid : Où cela va-t-il se passer ?

Dr Oscar Álvarez Pomares : Oui, oui, dans cette galaxie, nous parlons de la nôtre, aller dans d’autres galaxies est un autre travail. Le télescope actuel, le HUBBLE, est capable d’explorer jusqu’à un certain niveau ou une certaine année après le Big Bang. D’autre part, le nouveau télescope, la nouvelle génération, le JAMES WEBB, par exemple, dont nous parlerons plus tard, va étudier les phénomènes, plus proches du rayonnement de fond, lorsque les premières étoiles et les premières galaxies se sont formées.

Reinaldo Taladrid : Quand vous dites que le nouveau télescope… comment s’appelle-t-il ? quel est son nom, nous allons en parler maintenant ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Le nouveau télescope s’appelle JAMES WEBB, il va remplacer le HUBBLE.

Reinaldo Taladrid : Où cela va-t-il se passer ?

Dr Oscar Álvarez Pomares : Il se trouvera à un point de Lagrange, c’est-à-dire, situé à un point de stabilité derrière la Terre lorsqu’elle fait face au Soleil. C’est ce qu’on appelle le point de départ.

Il y a cinq points. Ceci a été déterminé par un mathématicien, qui a fait remarquer que lorsque deux corps tournent l’un autour de l’autre, il existe cinq points de stabilité. Le point 2 est le point de Lagrange, celui qui se trouve derrière la Terre…

Reinaldo Taladrid : Dans le cas de ce télescope, il sera dans l’espace…

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Il va se trouver dans l’espace très loin, pas comme le HUBBLE, qui est en orbite autour de la Terre. Il ne sera pas en orbite autour de la Terre, ou bien il le sera, mais seulement à un moment donné.

Reinaldo Taladrid : En d’autres termes, il tournera autour du Soleil, mais loin de la Terre.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Toujours se cachant du soleil…

Reinaldo Taladrid : Et ce télescope va voir d’autres planètes…

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Il va voir d’autres planètes, étudier leurs atmosphères et il va pouvoir vérifier s’il y a des signes de vie sur ces planètes.

Reinaldo Taladrid : Comment ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Parce qu’il étudie l’atmosphère, ses composants… Par exemple, si nous observons la Terre depuis une certaine distance et étudions son atmosphère, nous pourrions voir la contamination humaine et végétale, ainsi qu’une série de phénomènes qui détectent la présence de la vie.

Reinaldo Taladrid : Mais ce que cela indiquera, c’est qu’il y a peut-être de la vie, pas qu’il y en a.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Eh bien, si elle existe. C’est déjà un signe très positif que vous puissiez déterminer précisément s’il y a des développements de vie, par exemple.

Reinaldo Taladrid : De plus en plus, et vous aimez beaucoup la science-fiction, les intrigues de la science-fiction sont orientées vers des humains qui vont vivre sur d’autres planètes dans la galaxie.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Exactement. Pas sur la galaxie. Elles concernent les humains qui vont vivre sur des planètes du système solaire, puis dans d’autres étoiles.

Reinaldo Taladrid : Il serait utile de dire : ici il y a de l’atmosphère, de l’oxygène, de l’eau…

Dr Oscar Álvarez Pomares : Bien sûr. L’ensemble du programme de recherche astronomique, actuellement, sur l’espace, vise à détecter des planètes habitables, pouvant contenir et abriter la vie, telle que nous la connaissons.

Nous connaissons un type de vie, nous n’en connaissons pas d’autres. C’est pourquoi nous recherchons des planètes présentant des conditions similaires à celles de la Terre, et ce à plusieurs fins.

D’abord, que si la vie s’est développée ici sur Terre, elle peut se développer ailleurs aussi, voir s’il y a une vie développée ailleurs, avec sa façon d’évoluer, quelle qu’elle soit.

Deuxièmement, être capable, à un moment donné, d’atteindre ces planètes et de les habiter, si possible.

Reinaldo Taladrid : S’il existe une vie intelligente, ce télescope, JAMES WEBB, pourrait-il en être certain ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Cela nécessite une série d’études, mais en principe, il pourrait détecter la présence d’intelligence s’il y avait une forme de vie ; car il va avoir certaines conditions.

Je veux dire, pour vous donner une idée, le télescope HUBBLE a un miroir de 2,4 mètres. La capacité d’un télescope à repérer en détail ce qui se passe à un endroit donné dépend de cette surface de miroir.

Le télescope JAMES WEBB, quant à lui, mesurera 6 mètres, il sera trois fois plus puissant que le HUBBLE, il pourra donc détecter des images infrarouges, qui peuvent déterminer les conditions qui sont des signes de vie.

Reinaldo Taladrid : Maintenant, en apprenant de ce que vous avez enseigné ici, ces planètes sont juste là comme on dit… dans la galaxie, près d’ici.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Exactement, près d’ici. C’est l’environnement proche de nous.

Reinaldo Taladrid : Pensez-vous qu’étant si « proche de nous », il pourrait y avoir une vie intelligente là-bas, mais plus arriérée que sur Terre ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Elle pourrait être plus arriérée, même sur le plan technologique. En fait, s’ils disposaient de la même technologie que nous, qui ne sommes pas encore en mesure de détecter la vie dans ces endroits, et nous n’avons pas pu nous y rendre, ils n’auraient pas pu nous détecter.

Reinaldo Taladrid : Maintenant, je veux vous poser une autre question Docteur… vous vous êtes occupé d’astronomie et de télescopes toute votre vie, ici à Cuba je sais que la différence technologique est grande par rapport au sujet dont nous parlons, mais vous avez travaillé avec des télescopes. Parlez-moi des télescopes à Cuba.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : L’histoire des télescopes à Cuba est un peu tragique. Le premier télescope a été installé dans le couvent de Belén dans les années 1800. C’était un petit télescope, de 16 centimètres. À l’époque, ce devait être un télescope respectable pour une institution comme un couvent.

Lorsque les Jésuites ont quitté le pays, ce télescope a été transféré à l’IMT (Instituto Técnico Militar José Martí) …

Reinaldo Taladrid : C’est celui de Marianao ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Oui, mais il était à l’origine dans la Vieille Havane, dans le couvent de Belén, puis il a été transféré dans ce qui est maintenant l’IMT.

Lorsque cette école a été récupérée, la lentille de cet objectif de 16 centimètres a complètement disparu. Tout semble indiquer que les prêtres l’ont emporté avec eux lorsqu’ils sont partis. Elle a disparu.

Ensuite, il y a eu la création de l’Observatoire météorologique cubain dans les années 1920. Un télescope réfracteur de 20 centimètres y a été installé. Pour moi, c’est le télescope qui, disons, a la plus longue histoire dans le pays.

Pendant de très nombreuses années, il a été l’un des plus grands télescopes, bien qu’il n’ait jamais été utilisé pour mener des recherches, ou du moins je n’en ai aucune référence ; mais il a été utilisé pour populariser l’astronomie, afin que la population puisse visiter l’observatoire et être témoin de phénomènes astronomiques.

Oui, des phénomènes astronomiques ont été observés, des transits, etc. Nous avions ce télescope à l’Institut d’astronomie lors de sa création en 1970. Lorsqu’il a été mis en place, il travaillait sur des enquêtes sur le Soleil. Il s’agissait des premières observations astrophysiques ou optiques faites à l’Institut sur le Soleil.

Il y est resté jusqu’à ce que l’Institut d’astronomie disparaisse et que le département d’astronomie soit créé et fusionne avec l’Institut de géophysique. À cette époque, j’étais chef du département d’astronomie et il a été envoyé à Pulkovo, aujourd’hui à Saint-Pétersbourg, à l’époque Leningrad, pour être modernisé.

Après ce processus, il a été ramené à Cuba et est resté dans les boîtes. Il se trouve maintenant à l’Institut de géophysique.

Reinaldo Taladrid : J’ai vu récemment qu’il y avait des champs radar ou des sortes de nouveaux télescopes radar…

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Ce sont des radiotélescopes… parce que la même chose qui se passe en optique se passe en radio…

Reinaldo Taladrid : Maintenant, vous m’expliquez. Il y a le célèbre Arecibo à Porto Rico.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : C’est un radiotéléphone.

Reinaldo Taladrid : Mais maintenant je pense que, à Atacama, au Chili, dans l’hémisphère sud, ils en ont fait un très grand et moderne. Que pouvez-vous voir avec cela… jusqu’où cela va-t-il ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Ils étudient les phénomènes galactiques, par exemple, l’évolution des galaxies pulsars, des quasars, c’est-à-dire tous les objets astronomiques à haute énergie et aussi d’autres galaxies pour étudier comment elles se développent et évoluent.

Dans le cas du Chili, nous dirions qu’il s’agit probablement de l’endroit sur Terre offrant les meilleures conditions astronomiques, car il possède ce que l’on appelle un astroclimat, qui sont les conditions nécessaires au fonctionnement d’un conservatoire ; d’ailleurs, Cuba n’a pas de bonnes conditions.

Il existe d’autres endroits comme Hawaï, les îles Canaries, l’Afrique du Sud, l’Arizona, qui présentent des conditions très similaires et appropriées pour l’observation, mais je pense qu’à l’heure actuelle, le meilleur endroit pour l’observation est celui où sont installés les télescopes les plus puissants et les plus chers du monde : dans le désert d’Atacama au Chili.

Reinaldo Taladrid : Ce que l’on peut voir avec ces télescopes est le patrimoine de l’humanité.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : En astronomie, les choses se révèlent immédiatement…

Reinaldo Taladrid : Je sais que cela a provoqué une controverse ici sur les autres sujets des extraterrestres… mais vous êtes convaincu, comme vous l’avez dit ici, qu’il s’agit d’un héritage. Il n’y a aucune possibilité que quelque chose reste caché.

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Ce n’est pas possible car on les voit de partout. De Russie, des États-Unis, d’Angleterre, du Japon… bref, de partout, il y a beaucoup de gens impliqués dans ce plat, vous me comprenez ?

Reinaldo Taladrid : Pourquoi installer ces télescopes ici, si vous pouvez les installer en dehors de la Terre et aller beaucoup plus loin.

Dr Oscar Álvarez Pomares : Celui que vous montez à l’extérieur de la Terre, comme le HUBBLE par exemple, nécessite un entretien, une réparation, des améliorations doivent lui être apportées. Cela coûte très cher dans l’espace, cela demande beaucoup de travail.

Pourquoi les mettre dans l’espace ? Pour éliminer l’effet de l’atmosphère. L’atmosphère ne vous permet pas de faire de bonnes observations, bien qu’à l’heure actuelle, les télescopes sur Terre disposent de ressources qui vous permettent de faire des observations presque aussi bonnes que dans l’espace.

Donc, ce qui se passe avec ces grands télescopes : comme ils ont de nombreuses façons de résoudre les problèmes créés par l’atmosphère, pas toutes, mais une grande partie d’entre elles, il est plus pratique d’avoir de grands télescopes placés sur Terre pour pouvoir faire des observations à moindre coût.

Vous pouvez aller et venir depuis n’importe où, de chez moi, si j’ai accès au plus grand télescope, ce que je pourrais avoir si j’avais des contrats et des accords avec eux, je pourrais faire tout mon travail d’observation avec le télescope au Chili, par exemple, avec le BLT, qui est l’un des meilleurs et des plus grands du monde.

Reinaldo Taladrid : L’avenir ? Que pensez-vous que nous serons en mesure de voir ou de savoir avec ces nouveaux télescopes, en particulier le JAMES WEBB et ces types de télescopes ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Toute la course à l’espace vise en quelque sorte à détecter les conditions de vie dans d’autres étoiles.

Reinaldo Taladrid : Définitivement, les êtres humains doivent aller vivre ailleurs.

Dr. Oscar Álvarez Pomares : Définitivement, les êtres humains vont le faire comme ils l’ont fait de tout temps. Ce n’est pas nouveau, c’est-à-dire que c’est l’histoire de l’homme depuis qu’il a commencé et qu’il est sorti des cavernes, il est toujours en train de s’étendre et d’élargir ses horizons.

Il y aura un moment où nous atteindrons la Lune, Mars, il y aura même un moment où nous devrons quitter le système solaire, peut-être vers un autre satellite du système solaire, vers une étoile proche, et il y aura un moment où nous passerons de notre galaxie à une autre galaxie. Je considère cela comme inévitable.

Si vous étudiez l’histoire de l’humanité, vous verrez que cela s’est produit à d’autres échelles.

Reinaldo Taladrid : Mais il y a ceux qui ajoutent à votre analyse, qu’il n’y a plus de place pour les gens sur la planète, les conditions…

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Il se pourrait que ce soit d’autres facteurs. Mais la Terre a suffisamment de ressources pour l’humanité, tant qu’elle est bien gérée, comme toute autre chose.

Reinaldo Taladrid : Lorsque vous dites qu’il n’y a pas de place, vous faites référence à la façon dont les ressources sont distribuées, à la façon dont l’environnement est également distribué, au nombre de personnes, à l’approvisionnement en nourriture ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Allons-nous être stupides toute notre vie ? Je ne sais pas, je pense que l’homme a fait beaucoup d’erreurs et qu’il en fera encore beaucoup, mais je pense qu’il évolue dans une direction positive et, au moins, j’ai toujours dit que j’étais optimiste quant à la survie de l’homme.

Reinaldo Taladrid : Et pour vivre sur Mars. Maintenant, pensez-vous que la chose la plus faisable, si cela se produit, est que sur une de ces planètes que JAMES WEBB découvre, habitable, les humains essaieront d’aller y vivre ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : À un certain moment de l’histoire, je n’en doute pas.

Reinaldo Taladrid : Quoi, mille ans ?

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Eh bien, pas un millier d’années, non, la science avance très vite. En 1900, l’aviation n’existait pas et en à peine cent ans, nous avons posé le pied sur la lune et nous explorons d’autres planètes.

En 100 ans, le saut entre le fait de ne pas avoir et de ne pas bouger, et le fait d’avoir atteint la distance que nous avons atteinte… Je ne pense pas que ce soit mille ans, ou quelque chose comme ça, beaucoup moins.

Reinaldo Taladrid : Eh bien… nous n’avons plus de temps…

Docteur Oscar Álvarez Pomares : Déjà ? C’était rapide.

Reinaldo Taladrid : Je vous propose de me rejoindre maintenant et de passer au moment des principaux actionnaires de notre programme, c’est-à-dire les téléspectateurs. Ils communiquent avant tout par les réseaux sociaux, mais aussi par d’autres moyens, qui sont valables, tout aussi valables que les réseaux sociaux. Voyons ce que les principaux actionnaires ont à dire.

Ceci est arrivé via Facebook… Fernando Belén Ochoa, dit :

« Je voudrais que vous abordiez le sujet : l’informatique quantique, l’informatique quantique. Nous l’attendons, c’est une suggestion ».

Merci beaucoup à Fernando Belén, et laissez-moi profiter de cette occasion pour dire quelque chose. Il y a beaucoup de gens qui veulent un sujet, pour leur propre intérêt, valable pour de nombreuses raisons, nous essayons de nous assurer que les sujets qui sont discutés sont d’intérêt pour la majorité. Voyons si l’informatique quantique est un sujet qui intéresse la majorité.

Bien qu’ici dans ce programme, je n’oublie jamais, et vous y avez participé, la grande surprise de la théorie des cordes.

Le Docteur m’a dit que nous allions faire la théorie des cordes, et j’ai dit : « Docteur, c’est un peu fort pour la soirée, les gens dans la maison… ». Il m’a convaincu et j’ai dit : « Eh bien, faisons du suicide avec l’audimat… ». Théorie des cordes et cela s’est avéré être un succès incroyable.

Dr. Oscar Álvarez Pomares : Pour le meilleur. Même les femmes au foyer l’ont vu.

Reinaldo Taladrid : Ils l’ont même commenté, alors peut-être que dans l’informatique quantique… nous souhaitons satisfaire l’actionnaire principal. Eh bien… merci beaucoup Docteur.

Si vous n’avez pas pu voir le programme, si vous voulez le recommander à quelqu’un qui ne vit pas à Cuba et qui veut le voir aussi, voici ce que je vous recommande : notre chaîne YouTube, où tous nos programmes sont réalisés avec un grand effort et une grande collaboration des amis de cet espace.

Si vous aimez les débats, l’endroit idéal est le site numérique Cubadebate, où vous pouvez écouter le podcast, c’est-à-dire l’audio de ce programme.

Je demande humblement une fois de plus à tous les commentateurs de ce podcast, de prêter attention à ce qui a été discuté dans l’émission avant de donner leur opinion.

Vous pouvez également visiter notre page Facebook, où vous pouvez interagir et poser des questions. Vous êtes toujours les bienvenus. Vous êtes nos principales partenaires.

Je réitère donc mes remerciements au Dr Pomares, à vous aussi, et il ne me reste plus qu’à vous inviter à lire, à chercher, à fouiller, à rêver… pour que, comme je vous le demande toujours à la fin, vous puissiez tirer vos propres conclusions.

 

Source : http://www.cubadebate.cu/especiales/2019/03/27/pasaje-a-lo-desconocido-la-nueva-generacion-de-telescopios-promete-podcast/#R40430120220822