Le journaliste italo-argentin, directeur de l’agence Other News, est une référence pour les études sur l’actualité internationale.

Par Sebastián Do Rosario et Federico Larsen

Depuis des années, les relations de la Russie avec l’UE et les États-Unis sont l’une des principales sources de conflit dans les médias. Washington et Bruxelles accusent Moscou de manipulation et de désinformation et, après l’invasion de l’Ukraine, ont décidé de fermer leurs médias aux entreprises russes. Que pensez-vous de la façon dont cette question a été traitée et quelles répercussions cela pourrait-il avoir sur la gestion des médias, en particulier des médias non conventionnels, tels que IPS ou Other News ?

L’information a toujours été utilisée par le pouvoir, tant économique que politique. L’information est, par définition, descendante. Celui qui la transmet, que ce soit sous forme imprimée dans les journaux et les magazines, ou sous forme électronique à la radio et à la télévision, l’envoie à un public qui ne peut pas intervenir dans le processus.

C’est pourquoi le pouvoir en place a toujours essayé de l’utiliser. L’ère Gutenberg représentée par ce phénomène a duré six siècles. La communication, qui est un phénomène plus récent et qui, jusqu’à présent, n’était possible qu’avec l’internet, est différente. La communication est horizontale : je suis un récepteur, mais je peux aussi être un émetteur. Là-bas, le pouvoir a beaucoup plus de pouvoir. Les médias qui informent se rapprochent de plus en plus du pouvoir ; ce ne sont plus des entreprises, et ils sont chaque année de moins en moins puissants. Et la politique actuelle est de plus en plus orientée vers les médias sociaux. L’exemple le plus récent est celui de Trump. Tous les médias américains tirent à 60 millions d’exemplaires – 10 millions au total – mais Trump, avec Twitter, a 80 millions d’adeptes et a complètement abandonné le contrôle des médias.

Il faut toutefois ajouter qu’Internet a été capturé par le marché, ce qui a éliminé l’horizontalité que nous avions tous saluée au début. Aujourd’hui, nous sommes passés de l’ère de Gutenberg à celle de Zuckerberg, et nous, utilisateurs, sommes des données, pas des personnes.

Ceci est d’une grande importance pour les jeunes qui sont aujourd’hui pris dans une confusion créée verticalement, causée par les moteurs de recherche, qui divisent les utilisateurs en groupes d’affinité, éliminant ainsi le dialogue, car lorsqu’une personne de la partie A rencontre une personne de la partie B, elles s’affrontent, finissent par s’insulter, sans écouter ni partager. Et les moteurs de recherche, pour garder l’utilisateur, donnent la priorité à ce qui génère le plus d’impact, de sorte que les nouvelles les plus étranges finissent par être prioritaires. L’extrême polarisation des États-Unis n’aurait pas été possible sans les réseaux sociaux.

Les journaux se concentrent de plus en plus sur les événements et abandonnent les processus, et les relations internationales ne peuvent être comprises sans analyser le processus par lequel les événements se produisent. A Nairobi, en 1973, il y avait 75 correspondants étrangers ; aujourd’hui il y en a trois.

Aucune télévision européenne n’a de correspondants en Afrique. Il est donc facile pour un gouvernement de décider d’expulser des correspondants, mais il est presque impossible de fermer les réseaux sociaux, même si des gouvernements autocratiques tentent de le faire.

C’est pourquoi, l’opinion publique russe connaît peu la réalité de la guerre. Mais si quelqu’un est déterminé, il peut toujours trouver un moyen de contourner la censure, bien qu’il s’agisse d’une compétence des jeunes, les personnes âgées ne sont pas sur Internet et continuent à s’appuyer sur les médias traditionnels.

En Italie, le principal quotidien, Il Corriere della Sera, a consacré à l’Ukraine un titre de neuf colonnes en première page pendant quarante jours. Ensuite les vingt premières pages, étaient toutes consacrées à l’Ukraine. Le reste du monde avait disparu. Et ce fut le cas pour la plupart des médias européens. Ce n’est qu’avec les élections françaises que les journaux ont été contraints d’accorder une place significative à Macron et non à Zelensky.

À cet égard, les représentants de la presse américaine de qualité, tels que le Washington Post, le New York Times et le Wall Street Journal, ont été plus équilibrés. Bien sûr, plus la guerre se prolonge, plus la répétition des événements dans les médias sera insuffisante. Mais la presse européenne, tout comme l’Europe elle-même, s’est rangée du côté de l’OTAN, et sans trop d’arguments. En Russie, bien sûr, la presse a été un amplificateur du gouvernement. Les médias américains, pour leur part, souvent en désaccord avec le gouvernement sur les questions intérieures et nationales, ont tendance à soutenir la position officielle en matière de politique étrangère. Des facteurs tels que l’identité nationale, le nationalisme et l’ignorance des réalités internationales dans les salles de presse entrent en jeu.

Il était surprenant de voir comment la presse européenne est devenue un mégaphone pour les positions de l’OTAN. Poutine a été diabolisé comme Hitler et Zelensky a été encensé comme un héros grec. Les Russes sont dépeints comme des barbares qui tuent Minos. Il n’y a jamais eu d’informations négatives concernant les Ukrainiens, alors qu’en temps de guerre, la violence et les comportements répréhensibles sont inévitables et malheureusement très généralisés. C’est comme si la guerre froide n’avait jamais pris fin et que nous étions prêts à accepter une escalade qui peut se révéler brûlante.

Le PIB s’est réduit, le coût de la vie augmente, l’inflation s’accroît, et jusqu’à présent, il n’y a eu aucune réaction. C’est vraiment surprenant. Pour OtherNews, qui est un service d’information sur les questions mondiales, il s’agissait d’un défi très complexe. OtherNews représente un nouveau design. L’idée est que l’association sans but lucratif appartienne aux lecteurs, qui peuvent devenir membres moyennant une modeste cotisation annuelle de 50 euros. Ils élisent le conseil d’administration et discutent de la ligne éditoriale, garantissant ainsi une indépendance totale et une ligne pluraliste et inclusive. Il compte 12 000 lecteurs dans 82 pays du monde entier : universitaires, fonctionnaires internationaux, militants de la société civile mondiale, etc.

Comment définiriez-vous le rôle des médias dans la couverture du conflit Ukraine-Russie ?

La guerre en Ukraine est une affaire exclusive du Nord global. Le Sud n’est qu’une victime de la hausse de l’alimentation, de l’énergie et des transports. En Afrique, elle a atteint 45% de la population. Les articles du Nord sont critiqués par les lecteurs du Sud et vice versa. OtherNews a perdu près de 300 lecteurs, presque tous originaires du Nord, pour avoir publié des articles critiquant ou remettant en cause la guerre. Je pense que ce clivage Nord-Sud va s’accentuer avec l’explosion du monde multipolaire, car les valeurs sur lesquelles reposait le multilatéralisme sont en train de disparaître. Un « non-alignement actif » pourrait être recréé, ce que la presse, européenne et américaine peinera à comprendre. L’Occident continue de croire qu’il est le centre du monde, les États-Unis en particulier.

Mais aujourd’hui, principalement en raison de la nécessité de donner la priorité aux intérêts nationaux par rapport à la coopération internationale, une voie ouverte par Reagan et Thatcher en 1981, nous sommes passés d’un monde multilatéral à un monde multipolaire. Sous l’ère Bush Jr., les néo-conservateurs prêchaient l’arrivée d’un siècle américain, les Etats-Unis devant rester la puissance dominante. Depuis lors, les États-Unis ont échoué dans tous les conflits dans lesquels ils ont été impliqués, de l’Irak à l’Afghanistan.

Et Trump a poussé la logique de la fin du multilatéralisme à l’extrême, en conseillant à tous les pays de faire passer leurs propres intérêts en priorité. Le résultat aujourd’hui est que le monde multipolaire ne repose pas sur l’idée d’une coopération internationale pour la paix et le développement, mais sur la compétition la plus brutale.

Et Biden veut maintenant faire revivre le multilatéralisme. Mais il est trop tard. Biden perdra les élections de mi-mandat en novembre et deviendra un canard boiteux, avec un Congrès de républicains trumpistes opposant leur veto à tout. Et en 2024, il est probable que Trump revienne et que tout ce boom de l’OTAN connaisse une crise profonde. Mais jusqu’en novembre, si la guerre ne s’intensifie pas et reste en l’état, la presse européenne va essentiellement maintenir la menace de guerre.

Après l’invasion russe en Ukraine, l’identité des blocs internationaux semble avoir été reconfigurée : d’une part, les États-Unis et l’Union européenne, qui défendent la tradition libérale, ont tracé une ligne de démarcation très large, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, entre les « pro-russes » et les « pro-démocratiques » ; d’autre part, la Russie, la Chine et leurs alliés sont considérés comme » antilibéraux « . Que pensez-vous de cette construction et que laisse-t-elle présager pour l’avenir ?

Cette vision d’un monde divisé en deux blocs, la Chine et la Russie d’une part et les démocraties libérales, Europe et États-Unis d’autre part, est une illusion facile à percevoir. Dans ce monde multipolaire, les pays sont seuls. Un bon exemple en est la Turquie, qui fait partie de l’OTAN, mais ne participe pas à l’embargo contre la Russie et se trouve très proche de la Chine. Ou l’Inde, qui continue d’acheter des armes russes, se trouve sur la nouvelle route de la soie de la Chine, mais ne veut pas avoir de problèmes avec les États-Unis. L’Indonésie, qui a toujours été un fidèle allié des États-Unis, maintient la participation de Poutine au prochain G20 malgré les protestations des États-Unis. Et aussi en Europe : la Hongrie et la Pologne défient ouvertement Bruxelles, se divisant en une Pologne pro-OTAN et une Hongrie pro-Russie. L’Arabie saoudite, grand allié de Washington, ignore la demande de Biden d’augmenter la production de pétrole, bien qu’elle soit invitée au sommet des pays démocratiques convoqué par Biden. Ce bloc homogène de pays libéraux est un bon slogan marketing, mais il se désintègre à la moindre analyse.

Comment voyez-vous l’impact de la polarisation politique intérieure américaine sur la scène internationale ? Pourquoi ?

La guerre froide a été une confrontation entre deux visions politiques et idéologiques qui se sont affrontées dans une guerre de pouvoirs. Les États-Unis ne sont plus l’Amérique de Kennedy ni celle d’Obama. C’est un pays dans lequel la polarisation politique a atteint des extrêmes sans précédent. En 1980, 12 % des démocrates et 15 % des républicains ont déclaré au Pew Institute qu’ils ne souhaitaient pas que leur fille épouse un homme de l’autre parti. Aujourd’hui, c’est 91% des démocrates et 96% des républicains. Et la Cour suprême fait déjà partie de cette polarisation.

72% des républicains pensent que Trump a été victime de fraude électorale. Et la foule qui a pris d’assaut le Capitole est décrite par le parti républicain comme une « manifestation d’opinion politique ». Est-ce là le leader exemplaire de la lutte de la démocratie contre les dictateurs du monde ?

Et nous ne sommes qu’au début d’un processus de radicalisation. Les États de droite, avec le soutien de la Cour suprême, sont en train d’interdire l’avortement, de réduire les protections sociales, de réduire le pouvoir de vote des minorités et de modifier les manuels scolaires.

Avec le retour de Trump, ou du Trumpisme, dans deux ans, la coexistence entre les deux camps sera encore plus difficile, et peu de gens verront les États-Unis comme le phare du monde libre. Et cela n’aura pas beaucoup d’importance pour Trump non plus.

Quelles leçons tirez-vous pour l’Amérique latine, tant sur le plan politique qu’économique, après les quatre années de mandat de Donald Trump ? Et pour l’Europe ?

Mon opinion est qu’il y aura un grand chaos dans les relations internationales, avec une lutte de pouvoir croissante entre les États-Unis et la Chine, avec la Russie, que nous avons eu l’intelligence de pousser dans les bras de Pékin. Bien sûr, cette lutte sera déguisée en quelque chose de politique, mais en réalité il s’agira d’une pure lutte pour l’hégémonie économique et militaire. C’est une lutte que les États-Unis ne peuvent pas gagner.

Et la Chine est un pays autoréférentiel qui n’est jamais sorti de ses frontières et qui a construit des murailles pour maintenir l’ennemi à l’extérieur. Alors que les États-Unis ont exploité leur puissance douce, leur musique, leur gastronomie, leurs vêtements, leurs sports et leur style de vie, la Chine ne s’intéresse guère à ce type d’impérialisme. Je me rends en Chine depuis 1958 et j’ai toujours été frappé par le peu qui est fait pour que les étrangers comprennent la culture chinoise.

Mais il y a des dizaines de milliers d’étudiants chinois qui étudient à l’étranger, alors qu’on ne peut pas en dire autant des Américains. Les deux pays sont deux grandes îles, considérées comme étant entourées de nations inférieures.

L’Amérique latine a toujours été considérée comme une région de second ordre par les États-Unis, malgré de nombreuses déclarations, et je doute que la Chine voie la région au-delà de ses matières premières et les Latino-Américains au-delà de ses acheteurs.

Mon point de vue, surtout à la lumière de l’expérience de Trump, est que l’Amérique latine devrait adopter une politique de non-alignement actif, déclarant qu’elle ne s’engagera pas dans une guerre de pouvoir qui n’est pas dans son intérêt, et qu’elle fera exactement ce que la dynamique multipolaire recommande : mettre en premier ses intérêts en tant que région. Cela lui donnerait une plus grande considération et un plus grand poids dans les négociations internationales, et un avantage certain dans un monde divisé par la nouvelle guerre froide qui se prépare. Une guerre qui, à la différence de la guerre actuelle de l’OTAN contre la Russie, ne peut être militaire car elle signifierait la destruction de la planète. Bien sûr, l’histoire et le présent n’aident pas à avoir une grande confiance dans l’intelligence du pouvoir.

Le grand problème est que l’Amérique latine continue d’être un continent divisé par l’incapacité de laisser derrière elle l’expérience de ses ancêtres. C’est la région la plus homogène du monde, bien plus que l’Asie et l’Afrique, et à certains égards plus que l’Europe et les États-Unis, ces derniers connaissant une véritable désintégration. Cependant, le processus d’intégration latino-américain a été une illusion d’optique. L’Amérique latine est une région d’expérimentation politique permanente, qui a étouffé toute logique économique en raison de la rivalité entre les présidents successifs, parmi lesquels il y a un changement constant de boussole.

Je crains qu’au lieu de faire un front commun face à la prochaine guerre froide, ils ne se laissent acheter individuellement, convaincus qu’ils font ce qu’il y a de mieux pour leur pays. La seule chose qui puisse changer la situation c’est un grand mouvement populaire. Mais il a toujours porté sur des questions mondiales, comme les femmes ou l’environnement, et bien sûr sur des questions nationales : jamais sur des questions régionales.

Et dans la presse, la question de l’intégration a été reléguée, dans les meilleurs des cas, à ses aspects bureaucratiques, aux différents organismes qui ont émergé et échoué dans les temps modernes. Donc, à mon avis, je ne pense pas que nous ayons tiré une véritable leçon de ce qui s’est passé dans le monde depuis la chute du Mur de Berlin pour exprimer une politique régionale inclusive, avec une identité forte, et qui nous positionne comme des acteurs importants sur la scène internationale en ce siècle.

Traduit de l’espagnol par Ginette Baudelet