La première conférence des États du Traité des Nations unies sur l’interdiction des armes nucléaires s’est achevé avec succès à Vienne ce 23 juin 2022. Quarante-neuf États parties y ont participé et 34 États étaient présents en tant qu’observateurs. Par leur engagement, les États montrent clairement qu’ils rejettent la renaissance de la course aux armements nucléaires.

Le gouvernement allemand a participé à la conférence en tant qu’observateur [N.d.E. le gouvernement français n’a pas participé] et a fait une déclaration. L’ambassadeur Rüdiger Bohn déclare en introduction que la conférence des États est un événement important dans les efforts internationaux de désarmement nucléaire. Mais il souligne également que le gouvernement allemand estime ne pas pouvoir adhérer au traité tant que l’OTAN poursuit une stratégie de dissuasion nucléaire. Dans le même temps, le gouvernement allemand s’ouvre au traité et à la perspective des États membres en valorisant la perspective humanitaire et en manifestant son intérêt pour les questions d’aide aux victimes et de restauration de l’environnement.

« La réunion des Etats est une étape importante dans le renforcement du tabou nucléaire contre l’utilisation des armes nucléaires. Elle remet en question la politique de dissuasion nucléaire des Etats dotés d’armes nucléaires et les investissements croissants dans la modernisation des arsenaux par les moyens du droit international », a déclaré Johannes Oehler, membre du conseil d’administration d’ICAN Allemagne.

Les États parties ont pris des décisions concernant la poursuite de la mise en œuvre du traité, notamment :

  • en ce qui concerne l’adhésion d’États dotés d’armes nucléaires, les arsenaux existants doivent être détruits dans un délai de 10 ans selon un processus vérifiable,
  • l’adhésion d’États participant au programme nucléaire doit être suivie du retrait des armes nucléaires dans un délai de 90 jours au plus tard,
  • une déclaration politique exprimant la consternation et l’inquiétude face aux menaces d’armes nucléaires et à l’intensification de la rhétorique nucléaire, et condamnant toutes les menaces explicites et implicites d’armes nucléaires, quelles que soient les circonstances,
  • l’adoption d’un plan d’action prévoyant des mesures concrètes pour renforcer la norme contre les armes nucléaires et pour encourager l’adhésion d’autres États à cette norme.

La prochaine conférence des États devrait se tenir à New York du 27 novembre au 1er décembre 2023.

Le renforcement de la sécurité humanitaire était au cœur de la conférence. Des voix de la société civile, en particulier des personnes touchées par les essais et les missions nucléaires, se sont exprimées. L’ICAN a créé un nouveau site d’information interactif qui présente ces histoires ainsi que des faits et des informations de base sur les essais nucléaires.

Tous les documents mis à jour concernant la conférence des États sont disponibles ici