Nous, la section allemande de la Women’s International League for Peace and Freedom, nous nous opposons avec véhémence au projet de fonds spécial de 100 milliards destiné à l’armée allemande et à la surenchère de l’armement et de la militarisation qui en découlent en Allemagne[1]. Nous appelons tous les députés du Bundestag à voter contre le fonds spécial et l’objectif de 2 % de l’OTAN ainsi que contre la modification envisagée de la Constitution allemande. Nous considérons que ce projet est clairement en contradiction avec l’objectif que le gouvernement fédéral s’est fixé de mener une politique étrangère féministe. Car une politique étrangère féministe implique de s’engager pour le désarmement plutôt que pour l’armement et d’ambitionner des approches civiles de prévention et de résolution des conflits.

Un budget d’armement en hausse n’est pas la garantie d’une plus grande sécurité, et encore moins d’un monde plus pacifique — bien au contraire. Les investissements octroyés à la Bundeswehr ne conduiront pas automatiquement à ce qu’elle soit mieux équipée, ni à davantage de sécurité. Depuis des années, son budget et les dépenses pour la défense ne cessent d’augmenter. Avec les investissements prévus par le fonds spécial et un objectif de + 2 %, l’Allemagne arriverait à la troisième place[2] des pays dont les dépenses de la défense sont les plus élevées au monde. On peut en outre partir du principe que jusqu’à ⅓ des dépenses de la défense[3] sont foncièrement gaspillées en raison des graves problèmes systématiques qui sévissent dans le secteur des achats de la Bundeswehr.

Le fait qu’à l’heure actuelle, il soit encore impossible de dire à quoi sont destinés les 100 milliards en question fait partie de cette problématique. Même les investissements qui seront probablement réalisés par le fonds spécial sont éminemment critiquables. Nous sommes par exemple opposées au projet d’acquisition d’avions porteurs d’armes nucléaires du type F-35[4]. Cette acquisition cimente la participation nucléaire de l’Allemagne pour les décennies à venir et rend plus difficile tout effort futur en faveur du désarmement. La dissuasion nucléaire n’est pas et ne sera jamais une stratégie efficace pour maintenir la paix. Au contraire, comme c’est le cas à l’heure actuelle, au lieu de rapprocher la désescalade, elle attise toujours plus la confrontation militaire.

Le fonds spécial prévu s’inscrit dans le cadre de la montée du militarisme à l’échelle mondiale. Le militarisme étant le fondement idéologique, c’est donc l’une des causes de la guerre et de la violence, du fait qu’il maintient des normes de genre toxiques et des masculinités violentes qui conditionnent, justifient et perpétuent les guerres. En outre, les industries de l’armement sont celles qui profitent de ces développements.

La croissance de l’armement contribue au maintien d’un statu quo injuste et abusif de nos sociétés et va à l’encontre des objectifs du gouvernement fédéral en matière de politique climatique. La modernisation de l’armement de l’armée allemande est en outre une contribution directe à l’aggravation de la catastrophe climatique[5], car l’armée consomme de faramineuses quantités de carburants fossiles. Or, les conséquences de la politique climatique de l’armée ne sont pas prises en compte, entre autres, dans l’accord de Paris sur le climat ou dans le plan de protection du climat du gouvernement fédéral. La logique militariste légitime l’exploitation à l’infini des hommes et de la planète : au détriment du plus grand nombre, pour le profit de quelques-uns.

Un pur investissement financier dans la Bundeswehr et son équipement ne conduit pas directement à une politique de défense efficace. La Bundeswehr a elle-même besoin d’une réforme pour surmonter son problème d’extrémisme de droite[6] qui s’avère être structurel. Les armes, les munitions ou autres ne doivent pas aboutir dans les réseaux de droite via la Bundeswehr et ainsi, augmenter le potentiel de violence. L’extrémisme de droite n’associe pas seulement le racisme et l’antisémitisme, mais aussi l’antiféminisme et constitue l’un des plus grands problèmes de sécurité en Allemagne — en particulier pour les personnes marginalisées à plus d’un titre.

Une politique étrangère féministe peut engager un changement de paradigme dont le besoin se fait cruellement sentir en la matière. Cela implique la confrontation avec les mouvements anti-féministes, mais en même temps l’appréciation et le respect de la nature et de la dignité de tous les êtres humains. Nos objectifs doivent donc viser le bien-être de l’homme et de la planète, plutôt que l’essor toujours plus vaste de la croissance et la quête de profits par le biais de dépenses et de bénéfices de l’armement. Les dépenses gouvernementales et les investissements financiers sont à aligner sur ces objectifs. Les milliards dont nous avons besoin le sont pour l’égalité des sexes, la gestion civile des conflits, la gestion de la crise climatique, les personnes en fuite et le financement de la société civile féministe. Nous réclamons : Move the Money from War to Peace[7] !

Nos exigences :

Le refus des 100 milliards d’euros du fonds spécial pour l’armée allemande !

Contre l’objectif de 2 % de l’OTAN !

Pas de modification de la Constitution allemande qui permette à long terme la militarisation et la croissance de l’armement !

Un abandon d’une conception militaire de la sécurité au profit d’une conception civile et féministe, afin de répondre à l’exigence de la politique étrangère féministe que nous nous sommes imposée.

Des investissements dans l’éducation, le social, la santé, le climat, la gestion civile des conflits et une société civile féministe qui s’engage pour la paix — au lieu de l’accroissement des armements !

Traduction de l’allemand : Laurence Wuillemin

[1] La présente déclaration traite exclusivement du fonds spécial prévu par le gouvernement fédéral et ne se réfère pas à la guerre d’agression contre l’Ukraine, contraire au droit international. D’autres déclarations et prises de position se trouvent sur notre site web https://www.wilpf.de/.

[2] https://www.fr.de/politik/bundeswehr-sondervermoegen-100-milliarden-deutschland-ausgaben-verteidigungshaushalt-91505330.html

[3] https://www.greenpeace.de/publikationen/S04011-greenpeace-studie-frieden-beschaffungswesen-bundeswehr.pdf

[4] https://atombomber-nein-danke.de

[5] https://ippnw.de/commonFiles/pdfs/Frieden/Infoblatt_Militaer_und_Krieg.pdf

[6] https://www.dbwv.de/aktuelle-themen/blickpunkt/beitrag/rechtsextremismus-in-der-bundeswehr-eine-aktuelle-analyse

[7] https://www.wilpf.org/global-programmes/women-peace-and-security/move-the-money/