Ces derniers temps, il semble que nous ayons entendu un avertissement qui dit à peu près ceci : « L’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine a mis en lumière le fait réel que les forces autoritaires sont en hausse et que la démocratie est attaquée dans le monde entier ». Si nous demandions à Jane ou John Doe dans la rue de nous parler des dictateurs, ils évoqueraient probablement Poutine, ou peut-être Xi Jinping, Maduro, Castro ou même Morales. Ils s’empresseront également de souligner qu’ici, en Occident, nous vivons dans un pays libre et démocratique et que nous pouvons faire ce que nous voulons.

Toutefois, si nous examinons de près ce qui est arrivé à l’Occident au cours des 50 dernières années, nous pourrions commencer à nous interroger sur notre liberté. Nous sommes liés à une structure économique particulière qui, à son tour, impose un concept particulier de société.

Dans cette société, on peut faire très peu de choses sans argent. Finalement et après tout nous sommes amenés à croire que le sens de la vie est de gagner de l’argent, de le dépenser et de penser à en gagner davantage.

Il peut être utile de retourner la question : Que feriez-vous d’autre dans votre vie, pourrions-nous demander, si vous ne deviez pas gagner de l’argent ? À quoi penseriez-vous ? De quoi parleriez-vous avec vos amis, si ce n’est des achats, des prix et de tout ce qui est lié au consumérisme ?

Lorsque nous connaissons quelqu’un, l’une des premières choses que nous lui demandons est « Que faites-vous dans la vie ? », comme si c’était notre caractéristique la plus importante et la plus déterminante.

Cette structure économique des sociétés occidentales pourrait et devrait être définie comme une dictature. La déshumanisation et la fragmentation de notre culture, si évidentes aujourd’hui, ont été causées à bien des égards par cette dictature croissante de l’argent.

La meilleure façon d’illustrer cette dictature est d’examiner différents aspects du phénomène. Chaque point pris séparément n’est peut-être pas un grand problème, mais une fois que l’on a compris comment ils sont tous liés, on commence à comprendre comment l’argent détermine une grande partie de nos vies.

Commençons par quelque chose d’aussi simple que l’eau. L’eau en bouteille est facile à ranger dans le sac de sport et constitue un élément indispensable dans le kit de prévention des catastrophes domestiques. Cependant, son essor prodigieux depuis les années 1970 a eu un impact négatif sur l’environnement, et la bataille entre les marques embouteillées fait grimper le coût de la ressource la plus importante et la plus précieuse de notre planète. Le principal problème de l’eau en bouteille est la transformation de l’eau, qui passe du statut de bien commun à celui de marchandise à acheter dans les magasins (puisque, comme nous l’ont dit les entreprises, l’eau publique n’est pas sans danger pour la santé). En 2018, les revenus de l’eau en bouteille aux États-Unis se sont élevés à 18 milliards de dollars.

De quelle autre façon le système nous piège-t-il ? En faisant que les jeunes adultes contractent des prêts étudiants. Les étudiants de la génération actuelle sont confrontés à des difficultés financières qui étaient totalement étrangères aux générations précédentes. Le coût de l’enseignement post secondaire est lentement passé du public (un avantage commun pour tous) aux privés. Depuis les années 1980, le coût d’un diplôme universitaire a augmenté de 213 % dans les écoles publiques, et de 129 % dans les écoles privées. Qu’est-ce qui a permis à cette augmentation de se produire sans que cela ne soulève une protestation publique majeure ? Le programme de Prêts d’Études Garantis, qui a débuté en 1965, fournit des prêts à faible taux d’intérêt à des milliers d’étudiants chaque année. On dit à tous les étudiants de ne pas s’inquiéter du financement de l’université, qui peut désormais être reporté. Aujourd’hui, la crise de la dette des prêts étudiants touche plus de 43 millions d’Américains, qui doivent 1,75 trillion de dollars en prêts étudiants fédéraux et privés, soit une moyenne de 29 800 dollars par diplômé. Ces jeunes adultes sont enchaînés à leur dette, ce qui affecte leur cote de crédit, leur capacité à emprunter de l’argent pour une voiture ou une maison, et leur met la pression pour trouver un emploi bien rémunéré après l’obtention de leur diplôme (que ce soit un emploi qui leur plaise ou non). Beaucoup d’entre eux mettent des dizaines d’années à rembourser cet argent et, entre-temps, ils sont engagés dans d’autres types de crédit, ce qui les maintient dans la dépendance de leurs banquiers.

Divertissement : Dans les années 1960, la musique a connu une révolution menée par une nouvelle génération de jeunes qui voulaient « changer le monde ». Bien entendu, les personnes soucieuses de l’argent ont vu l’opportunité d’en tirer profit en créant toute une nouvelle industrie. Les chansons des années 60 et 70 représentent désormais 70 % du marché musical américain, selon les derniers chiffres de MRC Data. Bob Dylan a récemment vendu l’intégralité de son catalogue à Sony dans le cadre d’un accord historique à 9 chiffres, alors que le marché de la musique nouvelle se réduit. Cette évolution a coïncidé avec l’expansion de la propriété intellectuelle (PI) dans l’industrie du divertissement. Le terme a été utilisé pour la première fois au XIXe siècle, mais ce n’est qu’à la fin du XXe siècle que la propriété intellectuelle est devenue courante dans la plupart des systèmes juridiques du monde. M. Dylan n’avait aucun problème à vivre des revenus de ses concerts, des ventes de ses albums et des engagements privés, mais les impresarios ont ajouté une couche supplémentaire à la propriété intellectuelle. Maintenant, en plus de ses revenus « normaux » il encaisse des dividendes pour l’utilisation de ses chansons déjà payées. C’est vraiment magique.

Maintenant, nous, les consommateurs créatifs de films, de musique et de documentaires, avons des abonnements mensuels à des services de streaming tels que Netflix, Hulu, Apple et HBO, qui atteignent une valeur de marché de 419 milliards de dollars en 2021, et devraient atteindre 932 milliards de dollars en 2028. Nous n’achetons ni ne possédons aucune production artistique, mais payons des droits de licence mensuels aux sociétés (dont une très faible part revient évidemment à l’artiste).

Le roi du plastique : les plus âgés se souviendront de la vie avant les cartes de crédit. Tout ce que vous vouliez acheter devait être payé en espèces jusqu’à ce que les banques inventent le plastique « magique ». La première carte de crédit universelle a été introduite par le Diners’ Club en 1950 et une autre, appelée carte de voyage et de loisirs, a été créée par la compagnie American Express en 1958. Cela a tout changé et a consolidé la concentration du pouvoir des banques. Vous n’êtes plus limité par les liquidités dont vous disposez, mais vous avez accès à une ouverture de crédit. De sorte que maintenant vous n’avez plus besoin d’argent liquide, mais vous avez un nouveau souci quotidien : comment vais-je payer le solde de ma carte de crédit ? Au total, les Américains doivent 807 milliards de dollars sur près de 506 millions de comptes de cartes, soit l’équivalent du budget de New York pendant 8 ans.

La technologie : En mars 1876, la technologie du téléphone s’est développée. Plus tard, un réseau s’est constitué, avec l’installation de téléphones fixes comme ressource partagée par tous les habitants de la maison, tout comme la radio (années 1890), le réfrigérateur (1899), la télévision (1927), etc. Toutefois, en 1973, Motorola a développé le premier téléphone sans fil et, quelques années plus tard, l’industrie des ordinateurs personnels a véritablement décollé, nous faisant passer de la notion de technologie « partagée » à celle de quasi-prothèse personnelle. Le développement de la technologie WIFI a éliminé le besoin d’une connexion terrestre personnelle, mais au lieu d’y voir une opportunité de fournir à tous un accès à l’internet, les entreprises y ont vu une autre occasion de faire de l’argent, et donc maintenant nous devons tous payer pour notre accès.

Bien sûr, le WIFI est un simple exemple, mais le système de santé aux États-Unis fonctionne de la même manière. Votre couverture santé est liée au fait que vous avez un emploi, donc si vous ne travaillez pas vous n’avez plus de protection santé. C’est aussi simple que ça, mais aussi absurde.

Bien sûr, tout le monde peut faire ce qu’il veut de sa vie, après avoir payé ses factures (loyer/hypothèque, impôts, nourriture, transport, internet, éducation, téléphone portable, voiture, prêts étudiants, vêtements, cartes de crédit, garde d’enfants, soins de santé) et occupé un, voire deux et parfois trois emplois pour y parvenir. En réalité, très peu de personnes que je connais font ce qu’elles veulent de leur vie. Les gens en général font ce qu’ils doivent faire pour rester à flot.

Comme dans n’importe quelle dictature, les responsables sont une minorité et les opprimés une majorité. Les milliardaires américains ont vu leur richesse augmenter de 1800 milliards de dollars pendant la pandémie, leur fortune collective s’envolant de 62 % pendant cette période, selon un rapport d’Americans for Tax Fairness (ATF) et de l’Institute for Policy Studies Program on Inequality (IPS). Parallèlement, une enquête menée auprès de 2 633 consommateurs américains, réalisée en partenariat avec PYMNTS.com et publiée la semaine dernière, a révélé que 64 % des Américains vivaient au jour le jour en janvier 2022, contre 52 % en avril 2021.

Bien sûr, comme toujours, il y a beaucoup de choses que nous pourrions faire pour transformer cette situation absurde. Sur le plan personnel, il faudrait d’abord reconnaître que c’est une dictature à laquelle nous sommes soumis. La deuxième étape consisterait à consacrer, dans votre vie quotidienne, du temps libre et de l’énergie à des activités non commerciales (socialisation, lecture, bénévolat, création artistique, etc.) Commencez par 30 minutes par jour, puis cherchez à augmenter cette durée. Ce serait un grand pas dans la bonne direction, le début d’un processus libérateur qui peut ouvrir la porte à de nouveaux horizons et de nouvelles possibilités.

Sur le plan social, il existe de nombreuses propositions qui pourraient être mises en œuvre pour libérer nos vies de cette dictature, comme l’assurance maladie universelle, la mise en place d’un revenu de base universel, le passage de la démocratie représentative à la démocratie directe, l’accès gratuit à l’université, la création d’un salaire minimum équitable et la mise en place d’un salaire maximum, etc. Dans une dictature politique, le pouvoir central cherche à isoler les gens et à leur faire craindre avant tout pour leur sécurité personnelle et celle de leur famille. De la même manière, dans une dictature économique, les entreprises et les banques tentent de maintenir les gens dans leurs préoccupations pour leur propre situation, leur propre capacité à avancer et à prendre soin de leurs familles. Toute tentative de penser à l’ensemble est chassée par des cris de « socialisme !

À l’instar de ces hommes et femmes courageux qui, dans le monde entier, luttent ensemble contre la tyrannie et les dictatures politiques, aspirant à un idéal supérieur, l’avenir nous appartient si nous pouvons le construire en nous libérant d’abord de notre asservissement à l’argent.

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet