Beaucoup sont surpris par la réaction violente et soudaine de la Russie, ce qui est prévisible si l’on prête attention aux processus et pas seulement aux détails. Déjà en 2007, dans la déclaration de l’Europe pour la paix, il était dit que l’Europe serait plongée dans un conflit majeur si elle continuait à soutenir la politique de Washington.

Et aujourd’hui, en ce moment de la crise ukrainienne, nous ne voyons qu’un seul gagnant, les États-Unis, qui ont atteint plusieurs objectifs :

  1. Nouvelles sanctions contre la Russie
  2. Bloquer le gazoduc Nord stream2 et surtout arrêter l’une des choses qu’ils craignent le plus, la collaboration entre l’Europe (l’Allemagne) et la Russie.
  3. Se proposer à l’Europe comme fournisseur alternatif de gaz.
  4. Valider le récit selon lequel Poutine a des visées expansionnistes.
  5. Accroître le contrôle sur l’Europe
  6. Faire la guerre en Europe en envoyant uniquement des armes et non des soldats. La guerre contre la Russie est menée par les Européens, en particulier les Ukrainiens et les pays d’Europe de l’Est en général.

Ce dont nous sommes témoins est la conséquence de 30 ans d’agression américaine contre la Russie avec le soutien de l’Europe. Le non-respect des accords conclus avec Gorbatchev en 1990, fondés sur l’engagement de ne pas élargir l’OTAN aux pays de l’Est, a été un moment crucial. L’agression s’est ensuite poursuivie avec le « bouclier étoilé » et l’installation de bases militaires en Pologne et en Roumanie. L’avancée américaine s’est poursuivie avec le coup d’État dirigé par l’Occident en Ukraine, qui a amené le pays à un gouvernement d’oligarques proches de Washington. Puis en 2015, la chevauchée des dragons (en ITA) a amené les troupes américaines à travers l’Europe de l’Est, jusqu’aux frontières avec la Russie ; les manœuvres militaires ont été accompagnées d’une campagne de discours haineux contre les Russes et Poutine en particulier et, surtout, de nombreuses sanctions économiques et financières destinées à affaiblir une économie déjà en difficulté.

De son côté, la Russie a fait le « faux pas » que les Etats-Unis ont provoqué et attendaient pour justifier de nouvelles sanctions. Depuis le début de la crise, Moscou a tenté de parvenir à un accord en expliquant clairement ses exigences : l’Ukraine ne doit pas être intégrée à l’OTAN, car elle ne peut accepter des installations militaires américaines équipées de missiles nucléaires à 500 kilomètres de Moscou. Ces demandes ont été définies comme inacceptables, comme si d’hypothétiques missiles russes au Mexique ou au Canada à la frontière américaine étaient acceptables.

Nous ne justifions évidemment pas le recours à la violence ou à la guerre, mais nous comprenons le contexte général dans lequel cette décision a été prise.

L’Europe paiera un prix très élevé pour cette crise. Non seulement les factures vont augmenter et de nombreuses entreprises seront contraintes de fermer, mais le prix de tous les produits va également augmenter et ils ne seront plus compétitifs sur le marché mondial. Cela freinera également les exportations. Dans cette situation, les gouvernements européens, dans une sorte de hara-kiri, acceptent le diktat de Washington, sacrifiant inexplicablement leurs propres intérêts, alors qu’ils devraient engager le dialogue avec tous les acteurs sur le terrain et trouver une solution pacifique et raisonnable pour tous.

Ni la Russie, ni l’Europe, et encore moins la population ukrainienne ne profiteront de cette guerre. C’est pourquoi la déclaration de 2007 d’Europe for Peace disait : « L’Europe ne doit soutenir aucune politique qui entraîne la planète vers la catastrophe : la vie de millions de personnes est en jeu, l’avenir même de l’humanité est en jeu. »

Les gens veulent vivre en paix, aspirent à la coopération entre les peuples et commencent à se rendre compte que nous faisons tous partie d’une grande famille humaine. Le développement de la science et de la technologie peut assurer une vie digne à tous, mais la cupidité de quelques-uns ralentit le chemin de l’évolution humaine. À cette époque, seule une forte pression des citoyens sur leurs gouvernements pouvait contribuer à changer la direction des événements.

Si vous ne voulez pas de guerre, vous devez arrêter de la faire. Les dirigeants européens sont incapables d’arrêter l’avalanche, alors qu’ils feraient bien d’écouter les demandes des peuples. Au lieu d’alimenter cette guerre, ils devraient reprendre le dialogue maintenant.

Cependant, quel que soit le point de vue, l’interprétation et l’analyse de chacun, cette guerre doit être arrêtée immédiatement. La guerre appartient à la préhistoire. Construisons la paix !

L’Europe pour la paix
http://www.europeforpeace.eu