Par Glauco Benigni *

Ils sont connus sous le nom de Vanguard, BlackRock et State Street Global Advisor et sont les trois plus grands fonds communs de placement au monde. Ils sont également connus sous le nom de gestionnaires d’actifs ou de fonds communs de placement qui, gérés par des experts professionnels, collectent de l’argent «frais» auprès d’un nombre vaste et varié d’investisseurs et d’épargnants. Ils utilisent cet « argent frais » pour acheter dans les différentes bourses de la planète et redistribuer les bénéfices (quand les choses vont bien) à ceux qui ont confié le surplus de leur capital et/ou de leur épargne. Les investisseurs peuvent être de nature commerciale ou institutionnelle, mais aussi de simples particuliers accédant aux différents plans d’investissement attribuables et contrôlés par The Big Three.

Les Big Three semblent étroitement interconnectés, grâce à des croisements de propriété et des liens extrêmement confidentiels et personnels entre leurs représentants à la tête des opérations et les conseils d’administration respectifs.

Au fond, quand on parle de « capitalisme financier », d’« impérialisme néolibéral », ou quand on évoque « finance » tout court, on parle ou plutôt on « évoque » comme une espèce de boussole pour guider les destinées du monde d’aujourd’hui et de demain sans les mentionner directement. Comme tout vrai pouvoir, ils sont déjà devenus tabous.

Les Trois sont au centre d’une grande galaxie d’acronymes, mettant en vedette d’autres grands fonds communs de placement et entités financières tels que Fidelity, T-Rowe, Goldman Sachs, JPMorgan et Morgan Stanley. Les masses financières qu’elles gèrent agissent comme si elles étaient à l’intérieur d’un système gravitationnel, provoquant des attractions et des répulsions dans toute la constellation de la banque et de l’assurance. Grâce aux positions stratégiques des différents actionnaires, formées par leurs investissements imposants. Les Trois Grands peuvent « conditionner » la direction de chaque domaine d’activité : production, distribution de biens et services, transport, soins médicaux, recherche, etc.

Imaginez qu’au cours des 12 dernières années, trois nouvelles planètes se soient développées de manière spectaculaire dans un système planétaire dynamique, mais fondamentalement équilibré, et aient pris une position centrale dans le système, déterminant ainsi de nouveaux équilibres et déséquilibres et de nouvelles orbites pour toutes les planètes et tous les satellites. qui existait déjà dans ce système. Ces trois nouvelles planètes jouissent évidemment du plus grand respect, mais en réalité elles effraient tous ceux qui craignent à juste titre la verticalisation du pouvoir.

Dès 2017, Jan Fichtner, Eelke M. Heemskerk et Javier García, trois chercheurs de l’Université d’Amsterdam, expliquaient que

depuis 2008, il y a eu un glissement massif des stratégies d’investissement actif vers passif (voir ci-dessous, éd.). L’industrie des fonds indiciels passifs est dominée par les « trois grands ». Nous avons largement cartographié les propriétés des Big Three aux États-Unis et constaté que, ensemble, ils constituent le plus grand actionnaire de 88 % des 500 sociétés de l’indice S&P.

En d’autres termes, cela signifie que les trois grands sont les principaux actionnaires d’environ 90 % des entreprises dans lesquelles la plupart des gens investissent. Pour donner une idée, le S&P 500 ajoute les anciens géants de la « vieille économie » (comme ExxonMobil, General Electric, Coca-Cola, Johnson & Johnson et JP Morgan) et tous les nouveaux géants de l’ère numérique (Alphabet-Google, Amazon, Facebook, Microsoft et Apple). Cela signifie que son influence s’étend également aux principaux véhicules de l’information et du commerce électronique.

Ce sont des trouvailles exceptionnelles. Si, semble-t-il, ils correspondent à la réalité, le scénario qui se dévoile contredit toute vision antérieure de la libre concurrence et décrit une position dominante jamais atteinte dans l’histoire.

« Grâce à une analyse des dossiers de vote par procuration », poursuivent les professeurs d’Amsterdam, «nous avons constaté que les trois grands utilisent des stratégies de vote coordonnées et suivent donc une stratégie de gouvernance d’entreprise centralisée. Ils votent généralement avec la direction, sauf pour les réélections d’administrateurs. En outre, les Trois Grands peuvent exercer un « pouvoir caché » via deux canaux : d’abord, via des engagements privés avec la direction des entreprises dans lesquelles ils ont investi ; et deuxièmement, parce que les dirigeants des entreprises pourraient être enclins à s’approprier les objectifs des Trois Grands.

BlackRock a récemment affirmé qu’il n’était pas le « propriétaire » légal des actions qu’il possède. « Nous sommes plutôt les dépositaires de l’argent que nous confient les investisseurs », ont-ils déclaré.

C’est une technicité à interpréter : ce qui est indéniable, c’est que les Trois Grands exercent les droits de vote associés à ces actions. Par conséquent, ils doivent être perçus par les dirigeants d’entreprise comme des propriétaires de fait. Il est facile de « se sentir enclin » lorsque votre position et votre gain de millionnaire dépendent du « dépositaire » du paquet d’actions qui contrôle l’entreprise pour laquelle vous travaillez.

Alors que les Européens ont levé le doigt pour accuser, et malgré les inquiétudes de la Commission antitrust de l’Union européenne (UE), la scène aux États-Unis a été minimisée et les risques associés sous-estimés. Pourtant, les départements américains de la justice et de l’antitrust se sont réveillés l’année dernière. Les vraies raisons du nouvel état d’alerte sont évidemment politiques et attribuées aux structures de pouvoir à l’intérieur et autour de la Maison Blanche. Officiellement, les autorités ont exprimé leur inquiétude quant au fait que parmi ceux qui ont mis les trois grands sous le microscope se trouve la faculté de droit de Harvard. Depuis leurs banques prestigieuses, Lucian Bebchulk et Scott Hirst, deux universitaires considérés parmi les plus importants experts en gouvernance d’entreprise, ont produit une étude alarmante intitulée Le spectre des trois géants.

En substance, avec les comptes en main, il est démontré que seuls les Trois gèrent 16 000 milliards de dollars (2019) et contrôlent ainsi 4 actions sur 10 des principales sociétés américaines.

Comme expliqué par Vincenzo Beltrami dans Startmagazine,

le journal de Harvard a le mérite de photographier la croissance exponentielle qu’auront notamment BlackRock et Vanguard dans les années à venir dans les structures financières connues à ce jour, déclenchant un changement de paradigme au niveau mondial et dont il est déjà possible de prévoir les effets aujourd’hui. Des universitaires de Harvard ont calculé que les masses administrées par ces géants, avec le pouvoir relatif de représentation qui en découle, sont vouées à augmenter, respectivement, de 34 % dans les dix prochaines années et de 41 % si l’on calcule une période de vingt ans.

Jetons maintenant un coup d’œil à quelques « détails » publiés sur Wikipédia :

Vanguard Group est basé à Malvern, une banlieue de Philadelphie, en Pennsylvanie. Fondée en 1975 par John C. Bogle, elle gère 6,2 milliards de dollars d’actifs et compte environ 17 000 employés. Le PDG actuel est Mortimer J. Buckley.

Black Rock est basé à New York. Elle gère un total de 7 500 milliards de dollars d’actifs, dont elle a investi un tiers en Europe, 500 milliards rien qu’en Italie. Elle a été fondée en 1988 par Laurence D. Fink (PDG), Susan Wagner et Robert S. Kapito. Elle compte 15 000 employés.

State Street Global Advisors est la division de gestion des investissements de State Street Corporation. Il gère environ 3 000 milliards de dollars. Il est basé à Boston, Massachusetts. Le PDG est Cyrus Taraporevala. Elle compte 2 500 employés.

Ces données confirment que le total des actifs gérés par The Big Three s’élevait à 16 000 milliards de dollars en 2019. Maintenant, la question est : si les fonds sont égaux à quatre fois le PIB allemand ou, si vous le souhaitez, quatre fois la dette publique italienne. Quelle est la vision d’avenir de ceux qui les manipulent ?

Mais surtout, pour en revenir aux projections des universitaires de Harvard, si vous dépassez les 20 milliards en 2030 et volez vers les 30 milliards en 2040, alors les fonds seront équivalents à la moitié du PIB de la planète Terre entière.

Si l’on additionne l’ensemble des salariés des Trois Grands, quelque 35 000 personnes, comment gérer une masse financière équivalente à celle produite par la moitié de la population mondiale, soit 3,5 milliards d’humains ? Il se passe quelque chose de grave. Les autorités antitrust ont donc raison (mais peuvent-elles intervenir ?). S’il y a un piège, où est-il ?

Enrico Marro nous donne une première réponse « technique » sur les colonnes de Sole 24 Ore :

Il faut préciser que le principal moteur de croissance est représenté par la gestion passive : c’est-à-dire par les ETF, destinés à atteindre 25 000 millions de dollars d’actifs sous gestion dans les sept prochaines années, selon les estimations de Jim Ross, président de State Street.

Les ETF, ou fonds négociés en bourse, sont un type de fonds d’investissement qui appartient aux ETP (Exchange Traded Products), ou à la macro famille de produits indexés, dans le but de répliquer un indice de référence (Benchmark) avec un minimum d’interventions. Contrairement aux fonds communs de placement et aux sicav, elles sont gérées passivement, libérées de la capacité du gestionnaire, et négociées en bourse au même titre que les actions et les obligations.

La gestion passive signifie que la performance est liée au prix d’un indice boursier (qui peut être des actions, des matières premières, des obligations, des ressources monétaires, etc.) et non à la capacité du gestionnaire de fonds à acheter et vendre. Le travail du gérant se limite à vérifier la cohérence du fonds avec l’indice de référence (qui peut varier en fonction des acquisitions d’entreprises, faillites, effondrement des cours, etc.), ainsi qu’à corriger sa valeur en cas d’écarts entre le cours du fonds et celui de l’indice de référence, qui sont autorisées de l’ordre de quelques points de pourcentage (1 % ou 2 %).

La gestion passive rend ces fonds très économiques, avec des frais d’administration généralement inférieurs au point de pourcentage et donc compétitifs par rapport aux fonds actifs. Leur large ou grande diversification, combinée aux échanges sur le marché boursier, les rend compétitifs en ce qui concerne l’investissement dans des actions individuelles. Et voila!

Ces fonds sont nés aux Etats-Unis en 1993 et ​​ont été négociés sur AMEX pour reproduire la tendance de l’indice Standard & Poor 500 (en Italie ils sont cotés depuis 2002). Les ETF peuvent également être appelés «clones financiers» car ils imitent fidèlement la performance d’un indice particulier.

Enrico Marro poursuit :

Désormais, il existe des « clones » de toutes sortes, de ceux liés aux quotas roses à ceux qui suivent la Bible, de ceux qui investissent en écoutant Twitter à ceux guidés par l’intelligence artificielle ou qui se concentrent sur la marijuana médicale. Sans oublier les ETF avec leurs stratégies sophistiquées de « smart beta », plus ou moins à contre-courant, parfois scandaleuses. Il ne manque plus qu’un « clone » en Bitcoin, étouffé dans l’œuf par les régulateurs américains, pour des raisons évidentes de stabilité financière et de bon sens.

Je voudrais ajouter quelques considérations de politique macro-financière à cette explication technique. Avant le boom boursier, et plus précisément avant le début du Nasdaq – qui a remplacé les achats et les ventes «humains» par des achats et des ventes numériques gérés de manière algorithmique – la valeur d’échange (capitalisation financière) était fortement corrélée à la valeur d’usage (produite par l’économie réelle). Pour le dire plus simplement, la richesse matérielle (PIB) avait une contrepartie raisonnable à la richesse négociée en bourse. Avec l’avènement du Nasdaq et la première cotation des entreprises «entièrement numériques», la finance s’engage sur la voie de la virtualisation numérique, favorisée par les échanges numériques qui se déroulent dans un espace-temps où la vitesse et les volumes tendent vers l’infini, tandis que les temps d’accès et d’échange tendent vers zéro. Dans cette nouvelle « dimension numérico-financière », la production de valeur d’échange est exaltée et son volume croît de façon exponentielle, « se détachant » de sa contrepartie matérielle (l’économie réelle). Cela a permis aux spéculateurs d’avoir accès à la production et à la gestion de masses financières sans fin, qui se créent continuellement grâce à la simple multiplication des « échanges » et qui n’ont rien à voir avec l’économie matérielle réelle. A tel point que l’on sait déjà que pour chaque dollar ou euro correspondant à la valeur d’usage (économie réelle) il y a une contre-valeur légèrement supérieure en circulation sur les bourses (selon le FMI). Cependant, selon d’autres sources, la valeur de la capitalisation boursière pourrait être 4 à 8 fois supérieure à la valeur du PIB planétaire.

On a là une autre explication, assez déroutante, pour laquelle 35 000 salariés manipulent une valeur équivalente à ce que produisent 3,5 milliards d’êtres humains. Regardons maintenant la scène d’un point de vue réglementaire :

En 1933, aux États-Unis, le Banking Act a été intégré à un plus large, le Glass-Steagall Act. Cette réponse à la crise financière de 1929 visait à introduire des mesures pour contenir la spéculation des intermédiaires financiers et éviter les paniques bancaires. Les mesures comprenaient l’introduction d’une séparation claire entre la banque traditionnelle et la banque d’investissement. Selon la loi, les deux activités ne pouvaient plus être exercées par le même intermédiaire, créant ainsi une séparation entre les banques commerciales et les banques d’investissement. En fait, il était possible d’éviter que l’économie réelle ne soit directement exposée à l’influence de la finance. En raison de son abrogation ultérieure en 1999, c’est exactement le contraire qui s’est produit lors de la crise de 2007 : l’insolvabilité sur le marché des prêts hypothécaires à risque,

Parmi les effets de l’abrogation, la création de groupes bancaires a été autorisée qui, bien qu’avec certaines limitations, permettent l’exercice d’une activité bancaire traditionnelle à côté des activités d’assurance et d’investissement. Après la nouvelle Grande Récession de 2008, pendant la présidence Obama, des tentatives ont été faites pour restaurer au moins partiellement la loi Glass-Steagall avec la promulgation de la loi Dodd-Frank. En fait, la porte de l’écurie s’était ouverte et les chevaux étaient déjà partis en courant. Aujourd’hui, certains observateurs pensent que la marche triomphale des fonds communs de placement a été rendue possible précisément par l’abrogation de la loi Glass-Steagall Act.

Et en effet, l’ampleur du changement est frappante : de 2007 à 2016, les fonds gérés activement ont enregistré des sorties d’environ 1,2 milliard de dollars, tandis que les fonds indiciels ont enregistré des entrées de plus de 1,4 milliard de dollars.

Nous arrivons maintenant à des considérations ou à des conclusions historico-philosophiques sur le comportement collectif de l’espèce humaine. Après les Grandes Révolutions, l’idée de la diffusion de l’égalité et des droits, à certains moments, a semblé être au-dessus des intérêts. Ainsi, la répartition des richesses se ferait grâce à la négociation entre la force de travail et le capital. Cette idée a été proclamée sur la base de l’hypothèse que les moyens de production devraient appartenir à ceux qui ont effectivement produit la richesse et non aux propriétaires du capital. Malgré de multiples batailles civiles et politiques, avec la capitulation inconditionnelle de l’URSS et le déclin des idées socialistes et communistes, le capitalisme et ses substituts ont gagné la lutte avec les masses ouvrières et paysannes et avec la classe d’intellectuels qu’ils soutenaient.

Or, c’est là que la population mondiale a fait son choix au cours des 30 dernières années : vaut-il mieux se battre pour posséder les moyens et infrastructures de production ou vaut-il mieux essayer de participer aux bénéfices que le système néolibéral produit dans le stock Échanger?

Compte tenu de l’écart défavorable entre les volumes de l’économie réelle et ceux de la finance numérique, compte tenu des taux d’imposition respectifs qui privilégient la finance, de la propagande politique, de la séduction de la publicité et de l’induction de modes de vie favorables au libéralisme individualiste, le choix est de plus en plus vers la deuxième option. Et ainsi, la vision du monde néolibérale anglo-américaine (Weltanschauung ), caractérisée par l’acceptation du « pari » dépasse les visions caractérisées par la recherche de « certitudes ».

En ce moment, des dizaines (peut-être des centaines) de millions d’épargnants et des millions de petites et moyennes entreprises ne réinvestissent pas leur épargne et leurs excédents de capital dans des structures productives et seule une petite minorité imagine générer du travail pour elles-mêmes et pour leurs « égaux ». Ils n’y pensent même pas ! Dès qu’il y a quelques économies, une indemnité de départ, un héritage ou un capital immobilisé, l’écrasante majorité cherche « un chemin court » pour porter ses fruits, ou le meilleur moyen de l’investir pour en tirer profit et se positionner, sans se fatigué ou inquiet par « suivant ».

Un chiffre éloquent : selon une analyse de Morningstar publiée par le Financial Times, en 2018, BlackRock et Vanguard n’ont collecté que 57% de ce qui a circulé dans le monde dans le paysage diversifié des fonds communs de placement.

Disons que dans l’éternelle oscillation entre individualisme et solidarité collective, le pôle qui représente les intérêts personnels immédiats et mesurables mène le jeu dans un domaine qui a complètement échappé au contrôle de l’humanisme solidaire.

Pour revenir au sujet des fonds communs de placement et conclure : beaucoup pensent que tout est légitime et que leur succès est déterminé par des circonstances historiques et une connaissance élevée et supérieure à la moyenne des capacités des masses. Mais on sait que derrière cette image d’efficacité se cachent des pratiques très opaques et ambiguës. Des pratiques qui pourraient même permettre, compte tenu des sommes énormes en jeu, l’achat non seulement de chefs d’entreprise mais aussi de gouvernements et d’oppositions dans les démocraties.

Prenons cela en compte.

————–

* Journaliste et écrivain professionnel italien, diplômé en sociologie de la communication de masse. Pendant 20 ans, il a été correspondant et rédacteur en chef du journal La Repubblica, puis 15 ans à la Radio Télévision Italienne (Rai), où il était responsable des relations avec la presse étrangère et de la promotion et du développement technologique de Rai International. Article publié par Wall Street International le 22/07/20 et soumis à Other News par l’auteur.

L’article original est accessible ici