« DIE LINKE exige la libération immédiate de Julian Assange de la prison britannique de haute sécurité de Belmarsh à Londres. Même dans le contexte des rapports sur les plans d’assassinat de l’ancien directeur de la CIA Mike Pompeo, il faut empêcher l’extradition du journaliste et fondateur de Wikileaks vers les États-Unis », explique Sevim Dagdelen, expert en politique étrangère du groupe parlementaire DIE LINKE, à l’occasion de la procédure d’appel sur l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis, qui débute en Grande-Bretagne.

Dagdelen poursuit : « Il est honteux et significatif que le gouvernement allemand de la chancelière Angela Merkel n’ait pas fait publiquement campagne pour la liberté et la fin de la persécution impitoyable de ce dissident de l’Occident, qui risque 175 ans de prison aux États-Unis pour avoir publié des crimes de guerre et des programmes de torture illégaux.

Le nouveau gouvernement fédéral, à l’instar d’Amnesty International, de Reporters sans frontières et de nombreuses autres organisations de la société civile dans le monde, devrait mener une campagne vigoureuse pour la libération de Julian Assange, la défense de la liberté de la presse et le respect des droits humains. Le nouveau gouvernement fédéral devrait influencer le président américain Joe Biden pour qu’il mette fin à la procédure contre Julian Assange entamée par son prédécesseur et abandonne une fois pour toutes les accusations motivées par des considérations politiques. »

 

Communiqué de presse de Sevim Dagdelen du 27 octobre 2021