Alors qu’un grand nombre de personnes se sont engagées dans une protestation non violente contre les trois lois agricoles du gouvernement Modi, le Dr Ashish Mittal, l’un des principaux instigateurs du mouvement Kisan, s’explique. Il évoque les syndicats impliqués, les demandes et les propositions, la contre-réaction et la propagande du gouvernement, la possibilité pour les agriculteurs d’avoir un rôle dans le corps législatif pour protéger leurs besoins, et le type de soutien qu’ils ont reçu.

Protestation historique des fermiers indiens : Une histoire vécue – 1ère partie

Le mouvement de protestation des agriculteurs

Il se compose de 33 syndicats au Pendjab, d’environ 49 en Haryana et de plusieurs dans les autres États. Il est difficile de le dénombrer, car il est à la fois petit et grand, et son champ d’action s’étend de quelques districts à ceux qui sont constitués de bénévoles. L’Inde est un pays immense, multilingue, multiculturel. Il est très difficile de donner des chiffres, mais je peux vous dire que nous sommes assis à la frontière de Tikri, avec des chariots et des tentes répartis sur 22 kilomètres carrés. À la frontière de Singhu, nous sommes répartis sur environ deux kilomètres de large à environ neuf kilomètres. Cela représente donc également 18 kilomètres carrés. À Gazipur, nous sommes en très grand nombre maintenant, bien que moins nombreux, répartis autour d’une autoroute d’environ deux kilomètres.

Le 26 janvier, 400 000 tracteurs et 1,5 million de personnes sont venus spécialement aux frontières de Delhi pour le défilé du jour de la République, depuis des régions situées à moins de 300 kilomètres de Delhi, mais 80 % de ce nombre massif n’a pas pu entrer. C’était en tout cas un rassemblement phénoménal. Nous étions à toutes les frontières, mais nous ne pouvions voir la longueur de la file de tracteurs et de personnes venues pour ce programme. Une puissance énorme. Très forte.

Demandes et propositions du mouvement de protestation des agriculteurs

De toute évidence, il y a une grande différence entre les affirmations du gouvernement et la réalité qui se produit. Une énorme différence. Ces lois agricoles ne sont pas du tout utiles pour les agriculteurs. L’agriculture indienne a connu une grave crise, et ces lois vont aggraver la crise des agriculteurs. Ces lois doivent être abrogées et les problèmes doivent être résolus par la participation collective. Telle est notre proposition.

Abroger ces lois agricoles et ensuite former un comité pour identifier les problèmes auxquels l’agriculture indienne est confrontée, et avoir une manière collective de trouver des solutions à. Une réunion collective des esprits. Oui.

L’un des problèmes clés est le prix des importations. En Inde, leurs prix sont très élevés et sont aussi lourdement taxés. Le diesel est une ressource très importante et les deux tiers du prix sont des taxes gouvernementales. Il ne s’agit pas d’une subvention mais d’une subvention négative, comme pour toutes les autres importations. Leurs prix doivent être réduits, ce qui rendra l’agriculture viable et créative. Créative en raison des compétences créatives du peuple indien. C’est comme le type de variétés de mangues que nous cultivons ; c’est époustouflant. Avez-vous goûté ou vu la grande variété de mangues, les types d’hybrides que nos agriculteurs créent ? C’est absolument époustouflant et les saveurs sont si délicieuses ! C’est donc pour cette raison que ces entreprises viennent ici. Si vous réduisez les prix des importations, vous obtiendrez de nombreux produits agricoles. Vous devez vous assurer que les agriculteurs gagnent de la vente commerciale de ces produits. Cela doit être un véritable enjeu. Si cela se produit, je pense que l’Inde deviendra l’un des pays les plus riches. Tous nos problèmes de population, tous nos problèmes de pauvreté, nos problèmes de nutrition auront été résolus.

Baisser les prix des intrants afin que les agriculteurs puissent être plus créatifs dans leur production.

Outre les importations, les structures de commercialisation et de transformation des cultures doivent être placées sous le contrôle des agriculteurs afin qu’ils en tirent des bénéfices. Pas les produits agro-transformés vendus par les entreprises qui en tirent d’énormes profits. Il faut s’attaquer à ce problème. Il y a plusieurs autres problèmes : l’éducation dont la société a besoin, l’enseignement agricole, les soins de santé, les infrastructures de santé, les infrastructures civiques qui font cruellement défaut. Le terrain doit être aménagé, ce qui nécessite beaucoup de compétences en ingénierie.

Je n’ai pas étudié beaucoup d’autres pays, mais l’Inde est un pays qui a beaucoup d’agriculture pluviale qui peut répondre aux besoins pendant toute l’année. Mais le terrain a besoin de réservoirs de stockage locaux. C’est un travail d’ingénierie complet pour le mettre en œuvre et résoudre les problèmes d’irrigation. Vous n’avez pas besoin de grands barrages. Les grands barrages sont un désastre. À long terme, l’agroéconomie, l’environnement, l’écologie, la biodiversité, tout est détruit. Il y a beaucoup de questions auxquelles il faut répondre afin d’utiliser de manière créative le terrain indien pour le développement de l’agriculture et de ses habitants. C’est une tâche énorme. Il faut que les esprits se rencontrent et que l’on fasse travailler la matière grise, collectivement.

La contre-propagande du gouvernement

L’appel court

Ces trois lois vont modifier le modèle agricole du pays au détriment des agriculteurs indiens et vont complètement éroder la vie des villages. Elles vont établir le contrôle du monde des affaires et des multinationales sur tous les processus agricoles, elles vont déterminer et dicter les cultures à faire pousser, elles vont contrôler l’approvisionnement en intrants, le diesel, l’essence, l’électricité, les semences, les engrais, les machines, elles vont vendre tous les services agricoles en termes de pulvérisation, d’irrigation, de récolte, et l’agriculteur sera obligé de les acheter et, en fin de compte, il achètera la culture produite selon ses besoins. En réduisant le prix réel payé à l’agriculteur, parce qu’ils vont évaluer la qualité de la récolte avant de l’acheter et ils détermineront le prix final payé en fonction des résultats de leur évaluation. Ils vont contrôler les marchés agricoles. Sur les marchés agricoles indiens, les grands négociants ont jusqu’à présent été interdits, parce que les grands négociants ont tendance à faire baisser les prix en exerçant un monopole sur le marché et ils font baisser les prix en impliquant les agriculteurs dans des dettes et, en fonction de la dette, ils font baisser les prix. Mais maintenant, toute cette activité d’achat de récoltes va être ouverte par le biais de ces mandis (marchés) privés, qui vont déterminer le prix de toutes les récoltes dans tout le pays par le biais d’Internet, des plateformes de commerce électronique.

Et le pays va souffrir de ce qui va maintenant être redéfini comme des produits essentiels. L’Inde avait une loi appelée Essential Commodities Act, qui stipulait que tous les produits essentiels à la vie, qui comprenaient la nourriture, l’eau, l’électricité, les médicaments, l’essence, le diesel, et toutes ces choses qui avaient été notifiées par le gouvernement, ne pouvaient pas être stockés au-delà des limites notifiées, ils ne pouvaient pas être stockés et commercialisés au noir. Le gouvernement a adopté un amendement à cette loi qui stipule que la nourriture ne sera plus considérée comme un produit essentiel ! Et il a déclaré que la loi n’entrera en vigueur que si les prix des denrées alimentaires, comme les aliments secs – céréales, légumineuses et oléagineux – n’augmentent pas de 50 % par rapport à leurs prix de l’année précédente.

Cela signifie que chaque année, le prix peut être multiplié par plus de 1,5 ; si vous vendez du blé à 20 roupies le kilo, l’année suivante, il peut être de 30 roupies le kilo, et l’année d’après de 45 roupies le kilo et l’année d’après de 67 roupies le kilo et l’année d’après de 100 roupies le kilo. Voilà donc le type d’escalade des prix que cette loi va permettre. Et pour les légumes et les fruits, elle sera deux fois supérieure au prix pratiqué l’année précédente. Donc, essentiellement, tout ce marché alimentaire est ouvert aux multinationales et les chiffres, comme je l’ai dit, indiquent que le marché indien des aliments transformés est de 300 000 millions de roupies, et ils s’attendent à ce qu’il atteigne 2 100 000 millions de roupies d’ici un an ou deux. C’est le type de croissance que les entreprises attendent de ces lois. C’est donc la raison essentielle pour laquelle les agriculteurs protestent contre ces lois, car ils ont le sentiment qu’ils vont perdre leurs terres.

Selon la loi sur les contrats, les terres devront être hypothéquées auprès d’agences d’endettement afin que l’agriculteur ait suffisamment d’argent pour payer les intrants et les services à la société. Si l’agriculteur contracte un prêt auprès de la société contractante, cette dernière récupérera le prêt, si l’agriculteur ne rembourse pas, conformément à la section 14.7 de la loi, en vendant les terres de l’agriculteur. C’est clairement écrit dans la loi. Ainsi, dans l’ensemble, les trois lois vont en fait engager l’agriculteur par le biais d’un certain nombre d’intermédiaires, qui seront en fait des agents et des agences de ces sociétés multinationales et qui imposeront la production de cultures utiles aux intérêts commerciaux de la société. L’agriculture de subsistance, l’agriculture durable, que les agriculteurs pratiquent en cultivant des produits alimentaires pour eux-mêmes et leurs enfants, prendra fin.

La loi sur le gouvernement indique clairement, conformément à l’article 16, que le gouvernement central veillera à l’application stricte de ces lois en émettant des ordres à l’intention des gouvernements des États, que ces derniers devront suivre. Il n’y a donc aucune échappatoire possible. Il s’agira d’un programme gouvernemental, qui sera imposé par les structures administratives et policières. Et quiconque ne s’y conformera pas sera accusé d’être anti-national. Donc, la question est qu’il ne s’agit pas seulement de l’entrée d’un certain intérêt commercial. Leurs intérêts commerciaux nous sont imposés. C’est le genre de force et de pouvoir que ces lois ont. C’est la raison pour laquelle les agriculteurs sont contre ces lois. Les agriculteurs ont subi d’énormes pertes parce qu’ils n’obtiennent pas de prix corrects pour leurs récoltes. Ils protestent contre la forte augmentation du coût des intrants.

Et c’est pourquoi, en plus de l’abrogation de ces lois, nous avons également demandé qu’il y ait une loi garantissant que toutes les cultures soient achetées au prix minimum de soutien (MSP). Et le prix de soutien minimum doit être déterminé par une formule comprenant les coûts globaux des intrants et, en plus, 50%. Cette formule a été donnée par la Commission nationale des agriculteurs en 2006. Le président de cette commission était le professeur Swaminathan. C’est donc la demande des agriculteurs. Les agriculteurs demandent également l’annulation et l’abrogation de la nouvelle loi sur l’électricité. Cette nouvelle loi stipule qu’il n’y aura pas d’électricité subventionnée pour les agriculteurs et les ménages ruraux. Voilà, en résumé, mon appel.

Cette question concerne directement 51 % de la population indienne, qui dépend directement de l’agriculture, et le reste de la population, qui mange ce qu’elle produit. Il ne semble pas que nous puissions réellement influencer l’ensemble des perspectives politiques du pays, même avec ces chiffres. L’Inde est trop vaste. Mais il y a certainement de nouvelles idées. Il y a certainement beaucoup de gens qui ne soutiennent pas le mouvement des agriculteurs mais qui ont commencé à repenser à ce qui est si grave dans ces lois. Parce qu’il y a beaucoup de désinformation diffusée par le gouvernement.

Le gouvernement dit que ces lois vont doubler le revenu des agriculteurs. Ils ont d’abord dit que ces personnes qui protestent sont des criminels, puis ils ont dit que ce sont des gens politiques, des gens de l’opposition. Ils ont essayé de dire que les agriculteurs ne comprennent pas ce dont ils parlent. Cela a donc donné aux manifestants le temps de lire les lois. Nous leur disons qu’ils racontent un mensonge ici, mais cela ne ressort pas dans les médias. Ils posent une question, nous leur donnons la réponse. Ils disent que les prix ne vont pas baisser. Nous leur disons qu’alors que vous avez annoncé un prix de soutien de 1975 roupies par quintal, la vente sur le marché libre est à 1400. Si vous achetez dans ces centres, qui vendent aujourd’hui à 1975, à 1400, qu’adviendra-t-il du prix dans les régions où il se vendait auparavant à 1400, car le marché suit certaines lois. Ils n’ont pas de réponse.

Je pense que tous les pays qui sont devenus de grandes puissances mondiales, qu’ils soient communistes ou capitalistes, ou qu’ils aient une vision politique mixte, se sont développés parce qu’ils ont toujours protégé leur agriculture de l’exploitation étrangère. L’Inde est le seul pays qui essaie de prétendre devenir une superpuissance grâce au contrôle de l’agriculture par des sociétés étrangères.

Toutes les personnes et organisations à l’esprit démocratique et progressiste devraient poser ces questions et chercher des réponses ; elles devraient essayer d’inciter les gens à venir manifester. C’est cela l’appel. Le soutien semble lent. Mais ce gouvernement a propagé toutes sortes de préjugés à l’encontre des agriculteurs : ils seraient anti-nationaux, agents du Pakistan, auraient été soutenus par des fonds étrangers, auraient des charges communales, agiraient contre les intérêts du pays, etc.

Mais rien de tout cela n’a été capable de couper la glace. Ce gouvernement a perdu toutes les élections tenues dans le pays depuis le début de ce mouvement. Ce n’est pas que la croissance de notre soutien soit lente. Le gouvernement n’a cessé de perdre son soutien sur toutes ces questions. Les gens mettent du temps à comprendre l’ampleur du problème. Les gens ont vécu dans ce pays dans l’espoir qu’un parti ou son opposition serve leurs intérêts. Il s’agit d’une question qui épingle le parti au pouvoir ainsi que l’opposition.

L’opposition ne s’est pas non plus prononcée sur ces questions. Ils ne parlent pas d’une seule voix, ils ne parlent pas clairement, ils disent seulement que le gouvernement devrait résoudre les problèmes des agriculteurs, ils ne disent pas d’abroger ces lois, d’abroger la loi sur l’électricité, de faire baisser les prix des intrants. C’est l’une des raisons pour lesquelles les gens continuent de rester confus. Après tout, seuls les leaders des agriculteurs parlent de leur problème. Les citadins qui considèrent l’agriculture comme une arrière-cour leur apportent un certain soutien. L’agriculture n’est plus la vie des citadins. C’est quelque chose de perdu ou d’oublié depuis longtemps. Cela prendra du temps, les choses évoluent petit à petit. C’est un processus lent. Mais la réalité gagne du terrain, elle s’installe lentement, car les habitants des villes subissent également une perte d’emplois considérable. En Inde, le nombre d’agriculteurs a augmenté de 9,6 % en un an. C’est l’impact du verrouillage du coronavirus. Ce lien est en fait de plus en plus profond. Les choses peuvent prendre du temps à se développer, elles commencent lentement. Mais elles prennent de l’ampleur.

Soutien politique au mouvement des agriculteurs

Tous les partis d’opposition disent qu’ils se tiennent prêts à intervenir, mais je ne peux pas vraiment dire qu’un seul parti politique ait réellement agi dans les États qu’il gouverne. Car l’Inde compte de multiples États et de multiples partis qui gouvernent leurs propres États.

Les gouvernements de six États ont adopté des résolutions disant que ces lois devraient être abrogées. Ce sont des voix qui ne se traduisent pas dans les faits. Pas sous la forme d’un mouvement. Ce gouvernement a été secoué par des gens assis aux frontières de Delhi. Mais, nous ne voyons pas ces partis et ces assemblées qui ont adopté des résolutions, dans ces États, se rallier aux agriculteurs également. Il y a donc un fossé.

Représentation des agriculteurs à l’assemblée législative

Les lois sont faites par les parlementaires, les politiciens au pouvoir. Aucun politicien au pouvoir ou dans l’opposition n’a apporté un soutien honnête à ce jour. Certains ne font que jouer des tambours vides, des choses sans signification. A la question « Les agriculteurs ne devraient-ils pas être mieux représentés au parlement, peut-être en formant un parti politique ou en influençant la formation d’un parti politique pour qu’il travaille sur ces questions », la réponse donnée est que le corps législatif indien travaille sur des représentations régionales et locales, il n’a pas de représentations techniques ou professionnelles. Il s’agit de considérer l’ensemble de la structure constitutionnelle d’une manière différente.

Néanmoins, ce à quoi vous assistez, c’est à la politique des agriculteurs. Cela, si ces dirigeants agricoles, qui ont tous grandi et ont appris à tout articuler mieux que ce qui se faisait il y a neuf mois.

Le message est fort et clair. « Les agriculteurs doivent s’en tenir à leur propre politique et leur politique est de faire en sorte que le gouvernement change de politique. »

La méthodologie gandhienne de la non-violence active comme méthode.

Le nôtre est un mouvement qui a décidé de forcer le gouvernement à écouter la voix des masses. La première étape a été de venir à Delhi en grand nombre. Il n’est pas question ou question d’être violent. Le concept était de faire du nombre et de les faire s’asseoir. L’idée n’était pas entièrement gandhienne. Parce que lorsque le gouvernement nous a arrêtés, nous avons brisé les barricades. Quand le gouvernement nous a poursuivis avec des pierres, des charges, des bombes à gaz et des canons à eau, nous avons bravé cela. Nous sommes allés de l’avant. Nous n’avons blâmé personne. Et nous allons être prêts à poursuivre dans cette voie. Parce que c’est une force dont ce gouvernement a peur. C’est ce que nous ressentons.

Utiliser la non-violence comme méthode est ressenti intérieurement comme une très grande méthode. C’est la méthode du peuple. Les gens ne sont jamais violents. Je sais que spontanément, parfois, lorsque les gens sont humiliés physiquement, ils réagissent. C’est une forme de violence très, très défensive. Par nature, les gens ne sont pas violents. La violence est un outil pour les gens puissants. Quand ils vous forcent à faire ce qu’ils veulent. Les gens ne sont jamais comme ça.

Je pense que la protestation pacifique est un très bon outil. La beauté de tout cela, c’est la nature générale des gens dans le monde entier. Ici, les gens se sont réunis sur une telle plateforme. Et s’ils sont là, c’est comme un jardinier qui voit ses fleurs s’épanouir chaque jour. Pour nous, c’est une toute nouvelle forme d’éveil et un grand sentiment de plaisir, un grand sentiment. Nous essayons de dire au pays que c’est la bonne voie. Chaque agriculteur assis ici essaie d’avoir ce sentiment qu’il est sur le bon chemin.

Je pense que le gouvernement sait très bien que cela ne va pas disparaître. Ils essaient en fait de créer des différences, de montrer une rupture dans l’unité des agriculteurs en mettant continuellement en place et en soutenant des larbins, en démoralisant cette protestation. Le plan de match du gouvernement ne fonctionne pas. La base du moment est tout simplement trop importante pour que le gouvernement puisse la gérer. Ces tactiques auraient pu fonctionner pendant un moment, si le mouvement était limité à quelques districts ou à une petite zone. Elles peuvent démoraliser et briser les protestations dans un district, mais dans un autre district, elles se rajeunissent. S’ils tentent quelque chose à grande échelle, comme ils l’ont fait le 26 janvier, ils ont échoué, car la colère des agriculteurs était tout simplement trop grande. Ils n’ont pas pu la gérer.

Soutien local et international aux agriculteurs indiens

Les protestations qui ont lieu dans le monde entier constituent un soutien important. C’est quelque chose qui, selon moi, devrait se développer encore plus, avec des séminaires internationaux et des médias internationaux qui écrivent davantage à ce sujet. Le plus important, c’est que les gens descendent dans la rue. Et le deuxième point est que les gens écrivent à ce sujet. Mais les manifestations doivent et devraient être organisées de manière appropriée, dans les ambassades, au siège du gouvernement des pays dans lesquels elles ont lieu, pour demander au gouvernement d’envoyer des directives, d’envoyer des émissaires et d’envoyer des messages au gouvernement indien pour lui dire que c’est trop. Ce sera un bon soutien que nous pouvons obtenir. Et nous en recevons pas mal. Le gouvernement canadien l’a fait et un certain nombre d’autres gouvernements ont également adopté des résolutions demandant au gouvernement indien de se pencher sur les problèmes des agriculteurs. Le gouvernement canadien a été plus direct.

Compte tenu de tout cela, la protestation des agriculteurs ne faiblit pas et l’espoir que leurs demandes et leurs propositions trouvent un écho de manière non violente peut ouvrir la voie à un avenir meilleur, non seulement pour les agriculteurs mais aussi pour tous ceux qui ont besoin de nourriture sur leur table et d’une meilleure santé.


À propos de la personne interrogée :

Le Dr Ashish Mittal a obtenu son MMBS (Master en Médecine et Chirurgie) à l’AIIMS (Institut Indien des Sciences Médicales) en 1982. A étudié la médecine communautaire et a par la suite rejoint le mouvement des agriculteurs. Il fait partie des membres fondateurs de All India Kisan Mazdoor Sabha (AIKMS) et en est devenu le secrétaire général en 2016. AIKMS travaille principalement parmi les paysans pauvres et sans terre, les tribus et les pêcheurs dans les États du Punjab, du Telangana, de l’Andhra Pradesh, de l’Odisha, du Bihar, de l’Uttar Pradesh et du Bengale occidental. Elle s’occupe des moyens de subsistance, des déplacements forcés et des problèmes économiques des agriculteurs.

Traduit de l’anglais par Magali Sette