Il y a plus de 9 mois, les syndicats d’agriculteurs ont uni leurs forces pour protester contre les trois lois agricoles approuvées par le gouvernement Modi et imposées aux gouvernements des États pour leur mise en œuvre. Bravant les canons à eau, les matraques, les gaz lacrymogènes, les blocages, etc., les manifestants ont atteint les frontières de Delhi en novembre 2020 et le 26 janvier 2021. 400 000 tracteurs et 1,5 million d’agriculteurs ont atteint les frontières lors du défilé de la fête de la République à Delhi, la capitale de l’Inde, et dans ses environs, pour mener à bien une protestation pacifique et profondément ressentie. Ces protestations ont été organisées avec la participation de plus de 32 organisations de masse du Pendjab comme la BKU Rajewal, la BKU Siddhupur, la Kirti Kisan Union, la BKU Lakhowal, la BKU Dhakaunda, la BKU Qadiyan, certaines de l’Haryana comme la BKU Chaduni et de l’UP comme la BKU Tikait, des organisations de toute l’Inde qui avaient en 2017 formé le comité de coordination All India Kisan Sangharsh, comme l’AIKMS, l‘AIKM, l’AIKS Canning Street, l’AIKS Ajoy Bhawan, l’AIKKMS, le NAPM, le Shetkari Kisan Sangathan, le Lok Sangram Manch, le Jai Kisan Andolan, le KRRS Chandrashekar, le KRRS Chamrasa Patil et Nagendra, et les constituants du Rashtriye Kisan Mazdoor Sangh, entre autres, responsables de la manifestation actuelle à Delhi.

Les trois lois promulguées sont : 1) La loi de 2020 sur le commerce et le commerce des produits agricoles (promotion et facilitation ; 2) Agriculteurs (Automatisation et Protection) Act, 2020 ; 3) Marchandises essentielles (Amendement) Act, 2020.

Ces lois étendent le champ d’application des zones commerciales des produits agricoles à « tout lieu de production, de collecte et d’agrégation », autorisent le commerce électronique et le commerce en ligne des produits agricoles programmés, interdisent aux gouvernements des États de percevoir des droits de marché dans les chantiers privés, fournissent un cadre juridique permettant aux agriculteurs de conclure des contrats préétablis avec les acheteurs, y compris la mention des prix, mettre en place un mécanisme de résolution des litiges, interdire la régulation des stocks alimentaires par le biais des produits de base essentiels et, en supprimant cette limite de stock sur les produits agricoles, autoriser une forte hausse annuelle des prix de plus de 50 % sur les céréales alimentaires et de 100 % sur les légumes et les fruits, permettre la liberté de faire du marché noir dans le domaine alimentaire.

Le Premier ministre Narendra Modi a qualifié ces projets de loi de tournant décisif, le gouvernement soutenant que ces lois permettront aux agriculteurs de vendre plus facilement leurs produits directement aux gros acheteurs.

Cependant, les agriculteurs ont qualifié ces projets de loi de favorables aux entreprises et anti-agriculteurs. La controverse porte sur la perte du droit de décider ce qu’il faut cultiver pour subsister, la perte de toute garantie gouvernementale de prix de soutien minimum (MSP), la perte totale du pouvoir de négociation.

La protestation est en vigueur et prend de l’ampleur, restant pacifique malgré les incursions de la police et la désinformation propagée par le gouvernement pour tenter d’étouffer le « soulèvement ». Le fait que la protestation des agriculteurs soit restée ferme dans sa conviction en fait un phénomène historique.

Les journalistes de Pressenza ont interviewé les principaux acteurs de cette protestation sans précédent afin de lancer une série d’articles visant à mieux faire comprendre et à élargir le contexte des raisons pour lesquelles les agriculteurs indiens s’opposent si fermement aux trois lois, afin que leurs actions se poursuivent dans l’espoir de transformer positivement la situation pour le bénéfice de tous les agriculteurs indiens. Cet article présente un dialogue avec le Dr Ashish Mittal, secrétaire général de l’All India Kisan Mazdoor Sabha, AIKMS.

Contexte plus large de la protestation : L’Inde est une énorme économie agricole

L’agriculture en Inde occupe la plus grande masse terrestre agricole, environ 141 millions d’hectares, plus grande que la Chine, le Japon et l’Amérique. Et cela implique un nombre impressionnant de 700 millions de personnes directement engagées dans l’agriculture et qui en dépendent. Et ce n’est pas seulement une question de sécurité alimentaire pour l’Inde et ses habitants, mais aussi une question de moyens de subsistance. Nous sommes donc confrontés à un double problème. Si nous confions tous nos processus agricoles aux entreprises, qu’advient-il de ces personnes et de l’agriculture ? Qu’advient-il de la nourriture ? C’est ainsi que ce mouvement a commencé.

Les lois constituent une attaque consolidée et globale contre tous les aspects de l’agriculture et de l’alimentation : fourniture d’intrants, services, processus agricoles, classement, achat de récoltes, marchés agricoles, stockage des aliments, tri, emballage, transformation et commercialisation des aliments. Tous les processus sont concernés par ces trois lois.

Il est naturel qu’il y ait une grande révolte. La révolte est plus importante que ce que le gouvernement avait peut-être prévu, pensant qu’il aurait la vie facile avec les menaces du Coronavirus. Les agriculteurs ont contesté les menaces de Corona en se mobilisant d’abord pour briser le verrouillage, jugé antidémocratique, et, parallèlement à ces protestations, ils ont soulevé la question des trois lois.

La question est la suivante : l’agriculture, les agriculteurs contre les entreprises, voilà le débat, et les entreprises veulent contrôler tous les processus. Les agriculteurs sont déjà soumis aux manœuvres des entreprises, mais les contrôles ne sont pas encore entièrement entre les mains des entreprises. C’est là le véritable défi. Toute cette structure juridique est inhérente et intégrée dans ces lois et c’est la volonté du gouvernement central d’imposer ses lois aux États.

L’agriculture en Inde est un sujet d’État et ce sont les gouvernements des États qui sont autorisés à s’occuper des lois et des règles agricoles. La mère de ces trois lois, la loi sur les contrats, stipule qu’elle sera mise en œuvre de manière stricte et que le gouvernement central émettra des directives à l’intention du gouvernement des États pour leur mise en œuvre correcte, que les gouvernements des États devront suivre. Vous pouvez imaginer l’énorme problème que le gouvernement central a créé. C’est un très grand changement que le gouvernement central essaie d’introduire.

En termes d’histoire de l’Inde, la seule période comparable à laquelle nous pouvons penser est la première guerre d’indépendance en 1857. Les colonialistes britanniques tentaient de modifier l’ensemble du modèle agricole en obtenant que les cultures commerciales qui leur étaient utiles soient cultivées ici, en imposant la culture de l’indigo et de nombreuses autres cultures. Les agriculteurs devaient alors s’y plier tout en étant incapables de cultiver leur propre nourriture.

Les trois lois : Ce qu’elles signifient pour les agriculteurs

La loi sur les contrats signifie que tout ce que les agriculteurs produisent doit être vendu aux entreprises et cela signifie bien plus encore.

Cela signifie que les entreprises vont engager les agriculteurs dans des contrats, qui les obligeront à produire ce que les entreprises veulent et il y aura des zones géographiques délimitées qui seront des zones captives pour la production de cultures particulières pour les entreprises. L’Inde possède un nombre innombrable de zones agro-climatiques très diverses. Presque toutes les conditions agro-climatiques du monde sont disponibles en Inde, et elles conviennent à plusieurs variétés de cultures requises par les entreprises. Dans ces zones, l’agriculture captive de cette culture sera forcée, par l’État, pour la société, conformément au mandat de ces lois, sous le couvert du développement du secteur agricole indien. Par exemple, une annonce a été faite : un-district-une-culture-une-société. Cette annonce a été faite dans l’État d’Uttar Pradesh. Cela signifie que tout le district va, disons, cultiver des bananes. Si vous avez une telle plantation forcée de bananes dans tout le district, vous pouvez comprendre ce qui va arriver aux agriculteurs, et ce qui va arriver à leurs taux de récolte.

Ces entreprises ne viennent pas ici pour le blé et le paddy, elles viennent ici pour cultiver des produits à valeur commerciale qu’elles peuvent transformer et vendre. Et pour cela, elles vont avoir recours à l’agriculture captive. L’agriculture sera faite par l’agriculteur sur ses propres terres. Le risque est attribué à l’agriculteur, tandis que le bénéfice est pour l’entreprise.

Ce processus est intégré d’une manière, par exemple, où deux personnes partagent une vache « à égalité ». La partie avant est avec l’agriculteur et la partie arrière est avec l’entreprise. L’agriculteur nourrit la vache et l’entreprise prend tout le lait et la bouse de vache.

Avec ces lois, si on dit à un district de produire une certaine culture, qu’il le veuille ou non, il doit s’y conformer.

La section 16 de la loi sur les contrats stipule que le gouvernement central émettra des instructions/ordres de temps à autre aux gouvernements des États pour assurer la stricte application de cette loi. Ainsi, la conclusion d’un contrat sera obligatoire. Ce n’est pas un choix. L’entreprise va vous pousser, vous enfoncer dans le gosier, elle va faire en sorte que la police vous dise que vous devrez pratiquer cette agriculture, car si vous ne le faites pas, ce n’est pas dans « l’intérêt national ». Cette politique est mise en avant au nom de la croissance nationale. On l’appelle un programme national. C’est un programme pour relancer l’économie du pays. C’est écrit dans la loi. Et le nom de cette loi contractuelle est, si vous le voulez bien, Price Assurance Act.

Les trois principaux États qui se sont levés en premier et pourquoi

Lorsque je parle de 700 millions de personnes dépendant de l’agriculture, le modèle de culture agricole en Inde est en fait un modèle d’agriculture de subsistance. Les gens cultivent ce dont ils ont besoin pour se nourrir. Et en fonction de leurs moyens, ils cultivent un peu plus qu’ils peuvent vendre. Cela disparaît et cela concerne 700 millions de personnes. Donc, vous pouvez comprendre l’énormité du problème. Le Pendjab s’est levé en premier, puis l’Haryana a suivi et ensuite l’Uttar Pradesh occidental, le Rajasthan et d’autres États suivent. Le Pendjab est un état où l’excédent agricole est relativement plus élevé que dans d’autres régions. Cela signifie que sur un acre de terre, si dans le reste du pays, les gens cultivent 20 quintaux de blé, au Pendjab ils peuvent en cultiver 40. Si chacun garde 10 quintaux pour lui, les autres vendent 10 quintaux alors qu’au Pendjab, l’agriculteur vend 30 quintaux, ce qui revient en fait à vendre trois fois. Il est également important de noter que le Pendjab est une région où l’agriculteur peut obtenir le prix déterminé par le gouvernement (MSP). Le prix déterminé par le gouvernement pour le blé cette année était de 1975 roupies par quintal, alors que dans le reste de l’Inde, il se vendait à 1400 roupies par quintal. Un agriculteur du Pendjab peut vendre 30 quintaux de blé à un prix de près de 2000 roupies le quintal. Alors que l’agriculteur du reste du pays ne peut vendre que 10 quintaux, au prix de 1400 roupies par quintal.

L’agriculture en tant que processus de vie et moyen de subsistance, source de revenus et d’occupation, a beaucoup plus de valeur pour un agriculteur du Pendjab que pour le reste du pays.

Il est également important de comprendre que l’Inde est un pays semi-féodal et semi-colonial. L’économie indienne est toujours aux mains des sociétés étrangères et l’extraction féodale de la main-d’œuvre est encore assez élevée dans l’agriculture indienne : travail forcé, valeur du travail déprimée, tout cela parce que les féodaux ont le contrôle de la vie du village. Cette vie économique et politique du village continue de prévaloir à des degrés divers dans l’ensemble du pays. Le résultat est qu’il y a une forte migration de la main-d’œuvre des villages vers les villes.

La main-d’œuvre agricole vivant dans les villages du Punjab, de l’Haryana et de l’ouest de l’UP a pu trouver d’autres occupations dans les villes et effectue également certains travaux agricoles opérationnels pendant les périodes saisonnières de récolte ou de semis. Le Punjab, l’Haryana et l’ouest de l’UP ont une main-d’œuvre agricole migratoire, qui ne peut pas trouver de travail ailleurs dans le reste du pays. Ils sont en mesure de trouver du travail agricole également dans ces régions et nulle part ailleurs dans le pays.

C’est pourquoi ces régions se sont dressées contre ces lois. La colère est si profonde que les agriculteurs ne bougent pas. Ils sont bien décidés à ne pas bouger jusqu’à ce que le gouvernement cède. C’est peut-être devenu un peu un casse-tête pour le gouvernement, mais les agriculteurs sont patiemment pacifiques. Nous comprenons que, politiquement, le gouvernement ne cède pas, et nous nous attendons à ce que le mouvement continue à se développer comme ça. Il se développe. Aujourd’hui, j’ai eu une très bonne réunion à Allahabad. Les choses s’accélèrent dans le reste du pays. J’espère avoir été clair et bref.

À ce jour, de la nourriture et d’autres fournitures destinées à répondre aux besoins des sites de protestation continuent d’arriver de nombreux villages en signe de soutien fort aux manifestants, campés dans les principales zones de protestation autour de Delhi. Enraciné dans la tradition indienne de partage des fêtes, cela vient de l’esprit de bonne volonté. Tout cela vient volontairement et du cœur de nombreux Indiens issus des communautés agricoles.

D’autres foyers de protestation apparaissent.

Comme chacun peut le constater, la lutte s’étend et se poursuivra.

 

La deuxième partie de cette série continuera à approfondir d’autres aspects de la protestation des agriculteurs indiens, comme une discussion approfondie des demandes et propositions des agriculteurs, la réponse du gouvernement Modi ainsi que le soutien politique et international.


À propos de la personne interrogée :

Le Dr Ashish Mittal a obtenu son MMBS (Master en Médecine et Chirurgie) à l’AIIMS (Institut Indien des Sciences Médicales) en 1982. A étudié la médecine communautaire et a par la suite rejoint le mouvement des agriculteurs. Il fait partie des membres fondateurs de All India Kisan Mazdoor Sabha (AIKMS) et en est devenu le secrétaire général en 2016. AIKMS travaille principalement parmi les paysans pauvres et sans terre, les tribus et les pêcheurs dans les États du Punjab, du Telangana, de l’Andhra Pradesh, de l’Odisha, du Bihar, de l’Uttar Pradesh et du Bengale occidental. Elle s’occupe des moyens de subsistance, des déplacements forcés et des problèmes économiques des agriculteurs.

 

Traduction de l’anglais, Magali Sette