Par Thanasis Gialketsis pour le Journal des auteurs

Le livre de Mariana Mazzucato « The value of everything – making and taking in the global economy » (La valeur de tout et de chaque chose – la création et l’extraction de valeur dans l’économie mondiale) vient de paraître en grec (traduction : Eleni Kotsifou, éditeur et préface : Kostas P. Anagnostopoulos, Epikentro 2021). Dans cet ouvrage important, l’économiste italo-américain propose une critique scientifique fondée de l’orthodoxie économique dominante. Matsucato remet en question certains des concepts fondamentaux sur lesquels reposent actuellement les politiques économiques de la plupart des pays et propose une « économie de l’espoir ». Les théories de la valeur sont au cœur de ses analyses. Qu’est-ce que la valeur ? Comment est-elle créée et produite dans une économie ? Quelles activités économiques sont productives et qui sont les véritables créateurs de richesse dans le capitalisme moderne ? Mazzucato analyse les différentes théories de la valeur qui ont été proposées par le passé.

Au XVIIIe siècle, François Kenne et l’école des Naturalistes pensaient que la terre était la source de toute valeur et que les paysans étaient la seule classe productive. Adam Smith inclurait alors l’industrie dans la catégorie des activités productives. Les classiques de l’économie politique Adam Smith et David Ricardo, ainsi que Karl Marx, étaient des penseurs très différents, mais ils partageaient au moins une position importante. Pour eux, la valeur d’un bien découle principalement du travail nécessaire à sa production. Les classiques de la pensée économique se sont également intéressés à la rente, car la rente (principalement sous forme de rente de propriété) était la forme typique de profit pour les classes dirigeantes de leur époque. Dans son analyse de la rente, Ricardo l’associe aux avantages tirés des situations de monopole.

Lorsqu’un bien est rare et nécessaire, ses propriétaires peuvent réaliser un profit sans participer au processus de production. Les classiques de l’économie politique ont été combattus par l’école d’économie « néoclassique » (Léon Vallras, William Jevons, Carl Menger, Alfred Marshall). La théorie économique néoclassique, née à la fin du XIXe siècle, a dominé depuis lors et continue de représenter l’orthodoxie hégémonique tant dans les universités que dans la politique économique appliquée. Selon ses représentants, la valeur d’un bien ou d’un service est déterminée subjectivement par les préférences des individus et exprimée en termes de prix du marché. En d’autres termes, le marché juge ce qui a de la valeur en donnant un prix aux biens. Mais si ce qui détermine la valeur est le prix, alors il suffit qu’une activité ait un prix pour être considérée comme créatrice de valeur.

Cette conception finit par confondre ceux qui créent de la valeur avec ceux qui se limitent à l’extraire de manière parasitaire ; c’est-à-dire qu’elle finit par identifier ceux qui produisent avec ceux qui gagnent. Le fait que certaines personnes gagnent beaucoup dans le capitalisme moderne ne signifie pas nécessairement qu’elles sont créatrices de valeur. La création de valeur (c’est-à-dire l’utilisation de ressources matérielles ou immatérielles pour produire de nouveaux biens et services) ne doit pas être confondue avec l' »extraction de valeur » (c’est-à-dire le transfert de ressources ou de produits existants et le profit tiré de leur commercialisation). Selon Mazzucato, la théorie néoclassique nous empêche de reconnaître la valeur de toutes ces fonctions publiques (éducation, recherche, santé, sécurité, etc.) ainsi que du travail domestique, qui n’ont pas de prix sur le marché, même s’il s’agit d’activités productives nécessaires et socialement bénéfiques.

Ce n’est pas un hasard si l’État est considéré par les économistes néoclassiques comme une charge pour l’économie et si les activités qu’il développe sont présentées comme improductives, voire comme des déchets inutiles. En revanche, les activités parasites qui ne créent pas de valeur – comme, par exemple, les activités financières purement spéculatives – sont considérées comme productives car elles ont un prix sur le marché. Ainsi, l’idéologie économique dominante inverse la réalité. Dans l’économie de la connaissance, l’innovation et le renouvellement proviennent principalement de la recherche scientifique. La recherche fondamentale, en particulier, est indispensable à tous les progrès technologiques dans les domaines des communications, des biotechnologies, des nanotechnologies, des produits chimiques, des produits pharmaceutiques, etc. C’est donc l’État qui la promeut et la finance.

Puis, sur la base des découvertes liées à l’activité publique, naissent les grandes entreprises privées à succès, comme Intel, Apple, Microsoft, Ibm, etc. Le problème est que tous les bénéfices du renouvellement sont récoltés par des particuliers. Les « héros » de l’entrepreneuriat, qui sont présentés comme les grands créateurs de valeur, n’obtiendraient pas cette réputation sans un financement public de l’éducation, de la recherche ou des infrastructures. Au cœur de l’analyse de Mazzucato se trouve le concept de profit, c’est-à-dire l’extraction de valeur sans travail productif. Tout comme la rente des propriétaires terriens dans le passé, qui a été critiquée par les classiques de l’économie politique, de nos jours, le surplus financier et technologique implique l’extraction, voire la destruction de la valeur des activités productives qui génèrent véritablement de la valeur pour la société.

Le profit est obtenu par la propriété et le contrôle d’un bien nécessaire et rare (comme l’argent ou la technologie). Quiconque contrôle l’argent et les connaissances technologiques peut accumuler d’énormes richesses en extrayant la valeur des activités productives. Le secteur financier, au lieu de remplir la tâche fondamentale décrite dans les manuels d’économie, c’est-à-dire de convertir l’épargne en investissement et de financer les activités productives créatrices de valeur et d’innovation, est devenu largement non réglementé et autonome par rapport au reste de l’économie. Depuis les années 1980, ce secteur a contribué de manière décisive à l’essor du « capitalisme de casino », qui a alimenté une recherche de profit extrême. Avec la grande crise de 2008, le chaos financier a entraîné l’économie mondiale dans le déclin.

Et la finance continue aujourd’hui à miner la croissance économique et à menacer la prospérité collective. Tout cela se produit parce que les États ont abandonné une tâche fondamentale : réguler et organiser les marchés financiers et les orienter vers le service des besoins sociaux. Selon Mazzucato, l’État devrait jouer un rôle actif dans la création de valeur et dans la mise en forme, l’organisation et l’orientation des nouveaux marchés. Les institutions publiques ne doivent pas intervenir uniquement pour corriger les « défaillances du marché ». Ils doivent développer une capacité politique et se doter des connaissances spécifiques et techniques nécessaires pour orienter activement l’économie et les marchés afin de faire face efficacement aux grands changements en cours – transformations technologiques, changement climatique, transition énergétique – dans l’intérêt du bien commun. La création de valeur doit améliorer la vie de tous, et non se transformer en un profit pour quelques riches.


Lire aussi :

M. Matsukato : nous ne voulons pas frapper l’industrie pharmaceutique, mais gérer le système quand il ne défend pas l’intérêt public

L’article original est accessible ici