Entre le 8 et le 30 juin, environ 2 000 indigènes ont campé à Brasilia devant la Cour suprême fédérale (STF) – la plus haute instance juridique du Brésil – pour rejeter l’application du « cadre temporaire » dans une affaire portée par l’État de Santa Catarina. S’il est approuvé, le jugement établirait un précédent suffisant pour légaliser l’usurpation des terres indigènes, qui s’est développée brutalement sous le gouvernement de Bolsonaro. La Cour suprême fédérale STF a reporté sa décision au 25 août, mais les communautés continueront à être exposées à toutes sortes de violences, car les occupations qui ont lieu s’accompagnent d’attaques contre les populations, d’agressions physiques, de menaces et même de meurtres. Alors qu’ils continuent à se battre pour leurs droits, les peuples autochtones demandent un soutien pour dénoncer et se défendre contre les envahisseurs et les autorités. « Cette lutte n’est pas seulement la nôtre », disent-ils.

Quelques faits pour comprendre le conflit

  • La constitution brésilienne reconnaît aux peuples indigènes, entre autres, le droit aux terres « qu’ils occupent traditionnellement, leur possession permanente et l’usufruit exclusif des richesses du sol… ».
  • Récemment, la Commission de la Constitution et de la Justice a publié pour discussion à la Chambre des Députés le projet de loi 490 (PL490), qui, entre autres, promeut le soi-disant « cadre temporaire ». Il s’agit d’une interprétation constitutionnelle adaptée aux besoins des groupes ruraux et extractivistes, selon laquelle les peuples autochtones n’auraient droit qu’aux terres qu’ils occupaient avant le 5/10/1988, date de promulgation de la constitution actuelle.
  • Sur la base du « cadre temporaire », l’État de Santa Catarina revendique des terres reconnues comme territoire traditionnel du peuple Kokleng. L’importance de l’affaire réside dans le fait qu’elle a été définie comme ayant des « répercussions générales », c’est-à-dire, que le jugement sera une référence pour la résolution de tous les processus futurs liés à la démarcation des terres des indigènes.

Les données ci-dessus donnent quelques références juridiques à ce conflit, mais ne reflètent pas la violence et l’angoisse subies par les peuples impliqués.

Neusa Kunhã Takuá, vice-cacique (vice-cheffe) du village Tekohá DjE’y de Paraty, dans l’État de Rio de Janeiro, en a parlé à Pressenza.

Ils veulent légaliser l’illégalité

« C’est un moment très difficile pour nous », dit Neusa. Le « cadre temporaire » affecte directement nos vies, notre existence. »

« Tous les territoires qui sont en cours de démarcation ne seront plus démarqués parce que ce qu’ils veulent, c’est nous sortir de nos terres, et où irons-nous ? »

« En pleine pandémie, nous sommes obligés de quitter nos maisons, d’amener à Brasilia nos enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes, de mettre nos vies en danger, de nous défendre contre le massacre que le gouvernement veut nous faire subir et nous fait déjà subir. Nous sommes obligés de descendre dans la rue et de venir ici pour dire que leurs intentions sont inacceptables, que ce qu’ils veulent, c’est nous exterminer. »

« Bolsonaro et les bolsonaristes s’opposent à la démarcation car ils veulent exploiter nos ressources. Ruralistes, agro-industrie, garimpeiros (mineurs), bûcherons… Ils veulent faire ce qu’ils font déjà, même sur les terres délimitées. Ce qu’ils veulent, c’est légaliser l’illégalité ».

Neusa Kunhã Takuá, vice-cacique (vice-cheffe) du village Tekohá DjE’y de Paraty

La violence et la peur

Alors que les procédures judiciaires se poursuivent, les communautés subissent de violentes agressions sur leur propre territoire. Neusa décrit la situation dans sa communauté, qui est reproduite avec quelques variations dans d’autres cas.

« Nous subissons les menaces des garimpeiros, des grileiros (usurpateurs de terres), des bûcherons et de la spéculation immobilière soutenue par le gouvernement. Le gouvernement attise la violence en soutenant les squatters ! Ils nous insultent, ils nous menacent de mort. Ils sont racistes et se sentent autorisés à exposer leur racisme sur les médias sociaux et dans la rue. Nous ne pouvons pas vivre en paix dans notre propre maison. »

En 2017, après qu’un voisin ait menacé de tuer au moins 3 indigènes s’ils voulaient le déloger de l’endroit, le frère de Neusa a été tué. Il avait 42 ans. Maintenant, elle elle-même est menacée de mort. Cependant, elle ajoute :

« À aucun moment je ne ressens de peur, car ma foi vient de Nhanderú, peut-être parce que ma famille descend de pajés (autorité spirituelle). C’est quelque chose que je ne peux pas expliquer, un sentiment qui existe en nous. Bien sûr, j’ai peur et je suis inquiète, mais je me sens prête pour cette lutte, pour défendre mon peuple et ma famille et pour montrer à la société que nous, les femmes, avons aussi la force nécessaire ».

Nous avons besoin du soutien de l’ensemble de la société

Neusa conclut en disant :

« Nous parlons de la vie, nous nous battons pour la survie. Nous avons besoin que les gens nous accompagnent, qu’ils crient avec nous ‘Non au cadre temporaire’, qu’ils diffusent sur les réseaux sociaux, que les gens donnent leur avis et dans la mesure de leurs possibilités fassent pression sur les députés, sur le gouvernement. »

« Protégez vos peuples indigènes ! Vous devriez être fiers de nous car cette lutte n’est pas seulement la nôtre ! Lorsqu’une terre indigène est reconnue, la vie et l’environnement de ce lieu sont protégés par nos peuples. Nous voulons que nos terres soient plantées, que les eaux, la nature soient préservées et cela pour tout le monde. Chacun d’entre vous souhaite que vos enfants, à l’avenir, puissent respirer un air pur et boire une eau propre. Nous avons besoin du soutien de toute la société. Nous vivons ensemble dans la même maison ! »

« Le Brésil a une histoire que nous ne laisserons pas ignorer. Dans cette histoire, les terres appartiennent aux peuples originaires ».

 

Au moment de clore cet article, la communauté Tekohá DjE’y dénonce : « Le 11 juillet, deux hommes armés sont entrés dans le village afin de violenter, agresser et menacer tous ses habitants. L’un d’entre eux a été retenu par les femmes jusqu’à l’arrivée de la police, puis emprisonné. L’autre homme s’est enfui ».


Regardez l’interview complète avec Neusa Kunhã Takuá (en portugais)

#marcotemporalnão #PL490não #demarcaçãojá #ForaBolsonaro @tekohadjey