Le président mexicain López Obrador (AMLO) a prononcé un discours puissant, d’une importance incontournable pour nos pays de la région. Dans le cadre de la récente XXIe réunion de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et, également date de la naissance de Simón Bolívar, il a proposé de former un bloc économique et politique intégrant toute la région.

L’atroce pandémie a démultiplié les fragilités économiques, sociales et sanitaires de la région. En même temps, nous avons constaté le peu de solidarité entre nos pays pour faire face à la crise que nous vivons. Les gouvernements autoritaires du Nicaragua, du Salvador et du Venezuela profitent de cette situation douloureuse pour intensifier la répression contre leurs citoyens. L’actuel président américain, contrairement à Obama, et loin d’être compatissant, intensifie le blocus contre Cuba et reçoit l’aval des gouvernements réactionnaires du Brésil et de la Colombie.

C’est dans ce contexte que López Obrador propose à la région que la sortie de crise soit l’intégration économique régionale et l’indépendance politique vis-à-vis des puissances internationales. AMLO sait que c’est un chemin difficile, qu’il a échoué à plusieurs reprises, mais cela vaut la peine d’insister. Et il nous dit :

« Je suis conscient qu’il s’agit d’une question complexe, qui nécessite une nouvelle vision politique et économique. La proposition est de construire quelque chose de similaire à l’Union européenne, mais attaché à notre histoire, notre réalité et nos identités ».

Et, avec courage, ajoute-t-il, « … il conviendrait de remplacer l’OEA par un organe véritablement autonome, non un laquais de qui que ce soit, mais un médiateur à la demande et à l’acceptation des parties en conflit, en matière humaine les droits et la démocratie. »

A l’heure où la gauche chilienne élabore ses propositions de programme, voici une bonne occasion de soutenir l’initiative d’AMLO, d’autant plus que notre pays, depuis de nombreuses années, est en marge de l’Amérique latine.

La Concertación a réduit la politique étrangère à des accords de libre-échange, privilégiant les affaires des entreprises multinationales au détriment des intérêts nationaux. Le Chili s’est engagé envers les pays du nord industrialisé et a été assombri par le monde asiatique émergent, plaçant l’intégration économique régionale au second plan. Au lieu de coopérer avec ses voisins, ou du moins respecter leurs réalités économiques et politiques, il s’est éloigné d’eux. La Concertación d’abord et Piñera plus tard ont isolé notre pays de ses voisins.

Cependant, il faut reconnaître que non seulement le Chili a mal agi, mais tout autant les gouvernements progressistes, qui se sont répandus dans toute l’Amérique du Sud dans les années 2000. Ils n’ont pas su favoriser l’intégration régionale.

La principale erreur des gouvernements progressistes a été de maintenir le modèle de croissance basé sur l’exploitation des ressources naturelles, qui est précisément le fondement matériel du néolibéralisme. L’expansion économique était basée sur l’exportation de soja, de pétrole, de fer, de cuivre et de nourriture pour l’industrialisation de la Chine et d’autres pays du nord. Ainsi, les liens économiques entre les pays de la région se sont poursuivis en arrière-plan.

Lula et le gouvernement brésilien ont mené avec succès le rejet de la ZLEA qui intéressait tant les États-Unis, mais leur gouvernement n’était pas intéressé à exercer un leadership pour favoriser le processus d’intégration régionale. De son côté, le gouvernement Kirchner a concentré ses efforts sur la résolution des problèmes internes hérités de la période Menem. Tout en mettant de côté les questions politiques régionales le gouvernement s’est lancé dans un conflit sans fin avec le gouvernement du Front large uruguayen au sujet de l’installation d’usines de cellulose dans la zone frontalière entre les deux pays.

Les différends commerciaux entre le Brésil et l’Argentine et le conflit entre l’Argentine et l’Uruguay ont placé le MERCOSUR dans une situation difficile. Aujourd’hui, avec Bolsonaro à la tête du gouvernement du Brésil et Fernández en Argentine, les divergences idéologiques ont exacerbé la crise que projette l’intégration sous-régionale.

En revanche, le retrait du Venezuela de la Communauté andine des nations (CAN), conséquence des différends politiques entre le président Chavez et la Colombie et le Pérou, a sérieusement affaibli ce bloc sous-régional. Au même moment, le Venezuela s’est lancé dans une nouvelle initiative d’intégration qui, comme l’ALBA, au lieu de viser la formation d’un marché commun régional, a favorisé la dispersion.

Ainsi, alors que les exportations des pays de la région vers le monde augmentent significativement – dans le feu de la demande de minéraux, de carburants et d’aliments de la Chine et de l’Inde – le commerce intra-régional s’est réduit.

Le cadre institutionnel destiné à faire avancer l’intégration économique régionale est également faible et dispersé. De la Communauté sud-américaine des nations, il est passé à l’UNASUR, qui s’est soldé par une stagnation. L’ALBA a vu le jour, également un échec. La Banco del Sur a été ajoutée à la Communauté andine de développement (CAF). ALADI, qui a réussi dans le passé, a perdu toute sa vigueur. Enfin, l’Amérique du Sud a oublié le Mexique et l’Amérique centrale tandis qu’en revanche des différences de stratégie commerciale sont apparues entre les pays du bassin Pacifique de l’Amérique du Sud et du bassin Atlantique. En fin de compte, la rhétorique politique et les conflits idéologiques ont prévalu entre nos gouvernements plutôt qu’une volonté intégrationniste déterminée.

A cela s’ajoute le fait que, depuis les années 1990, les pays de la région privilégient les accords de libre-échange avec les pays développés et, ces dernières années, avec le monde asiatique. Au lieu de construire leur propre force régionale dans les domaines, du commerce, de l’éducation et de la technologie, ils se sont affrontés, favorisant une ouverture sans discernement vers les pays développés et permettant, sans restriction, la présence d’investissement de leurs sociétés transnationales.

L’intégration régionale inaliénable
Malgré les difficultés que la région a eu à intégrer, non seulement à l’heure actuelle mais au cours des différentes étapes de développement, l’union économique de nos pays continue d’être un projet inaliénable. Aujourd’hui plus que par le passé car les défis sont plus grands.

Premièrement, les particularités de la phase actuelle de mondialisation rendent nos économies plus vulnérables aux aléas de l’économie mondiale.

Deuxièmement, l’émergence de la Chine et de l’Inde en tant que puissances croissantes, producteurs de produits manufacturés et de services à faible coût, dotés d’avancées technologiques substantielles, entravent le positionnement concurrentiel de la région. Cet état de fait est devenu une pression pour continuer à exporter des ressources naturelles. Les nouvelles chaînes de production transnationales et leur réorganisation mondiale poussent nos pays à exploiter exclusivement leurs avantages géographiques, freinant la diversification du schéma production-exportation.

Pour sortir du sous-développement, nos pays ne peuvent pas continuer à s’ancrer dans la production de biens primaires et doivent se diversifier. C’est le seul moyen durable de s’attaquer radicalement à la pauvreté et de mettre fin à l’emploi précaire, ce qui nécessite en même temps de responsabiliser les petites entreprises. D’un autre côté, l’amélioration de la productivité et la concurrence avec les pays asiatiques nécessitent de multiplier les investissements dans la science et la technologie et exigent des ressources plus importantes dans l’éducation publique. Pour remplir ces tâches, l’intégration est inévitable.

En effet, c’est avec la force conjuguée des talents de chacun des pays de la région que les défis de la mondialisation peuvent être relevés. Mais cela nécessite également certaines exigences.

Premièrement, nos pays doivent reconnaître et accepter la diversité économique et politique qui traverse la région.

Deuxièmement, les économies les plus puissantes ont la responsabilité d’assumer un leadership intégrationniste, comme l’Allemagne et la France l’ont fait en Europe.

Troisièmement, pour vraiment s’intégrer, il faut renoncer à la souveraineté, comme cela s’est produit au sein de l’Union européenne, car ce n’est qu’ainsi qu’il est possible de déployer des politiques communes d’intérêt mutuel.

L’incapacité à construire sa propre force, comme l’a fait l’Union européenne, est liée à la fragilité du monde des affaires et aussi de la classe politique dans nos pays. Tous deux ont été subordonnés au capital transnational et se sont montrés complaisants vis-à-vis de la politique américaine dans la région. Et, dans de nombreux cas, ils ont été submergés par la corruption, comme cela s’est produit, honteusement, avec ODEBRECH.

En ces temps où l’industrie manufacturière s’est déplacée vers les pays asiatiques, ni la droite, ni les sociaux-démocrates, ni les « socialistes du XXIe siècle » n’ont pu promouvoir l’industrie nationale. Ils ont accepté, encore plus intensément que par le passé, que nos économies se consacrent à la production et à l’exportation de carburants, de minéraux et de denrées alimentaires. Et, au lieu de promouvoir la diversification de la production, ils ont accepté servilement que les sociétés multinationales surexploitent nos ressources naturelles, au profit de la croissance des pays développés et du monde asiatique.

Cela explique aussi pourquoi l’institutionnalité intégrationniste a été fragile et dispersée, et se caractérise par une rhétorique insupportable. Ni les gouvernements de droite ni les gouvernements progressistes n’ont apprécié l’importance d’agir en bloc contre le pouvoir des entreprises transnationales, des États-Unis et de l’économie chinoise émergente.

La proposition du Président du Mexique est une fenêtre d’espoir pour nos pays. La formation effective, et non rhétorique, d’un bloc économique régional, ainsi que la demande d’indépendance politique vis-à-vis des puissances internationales, est un instrument incontournable pour avancer vers le développement économique.

Traduction de l’espagnol : Tatiana De Barelli