Une manifestation contre le Pass sanitaire s’est déroulée 17 juillet 2021 à Paris, avec deux cortèges dont l’un d’environ 1500 personnes et un second de plusieurs dizaines de milliers de participants.

La France entière manifestait hier contre ce pass sanitaire qui va restreindre les libertés de chacun, même ceux qui sont vaccinés, puisqu’il faudra produire sans arrêt la preuve avec pièce d’identité et QR code que l’on s’est bien fait vacciner !

Vous n’aurez pas de pass ? vous serez interdit de prendre le train, d’aller au cinéma, théâtre, bars et restaurants, supermarchés, de visiter leurs êtres chers dans les Ehpad, ainsi que dans les hôpitaux. Sans connaitre encore les détails d’application, on peut supposer que les visites, consultations et examens radiologiques y seront aussi interdits !

Personnels soignants, mais aussi brancardiers, personnels administratifs, pompiers, etc…devront être à jour des deux injections avant le 15 septembre sous peine d’être mis à pied, sans salaire. Le licenciement suivra. Et, comme si cela n’était pas suffisant, les patrons de bars, restaurants et autres commerces sont menacés d’une amende de 45 000 euros et d’un an de prison, s’ils ne contrôlent pas l’accès à leurs établissements, c’est à dire que leur travail se convertira en travail de la police !

J’imagine … je m’assois à une terrasse de café, le serveur arrive ; il me demande de lui présenter mon QR code et ma pièce d’identité ? Comment vont se dérouler les contrôles devant les supermarchés et hypermarchés, ou les clients arrivent en masse à certaines heures de pointe ? On imagine déjà les files d’attente et les énervements, qui vont rendre ces contrôles très vite impossibles ! La menace est bien là, et, si la vaccination n’est pas obligatoire, nous y serons bien contraints, simplement, pour rester dans la société !

Les slogans les plus importants lors de ces manifestations sont la « liberté » et « Démission de Macron ». Pourtant, c’est au nom de cette liberté que les médecins achetés par big farma inversent le problème, affirmant que la seule liberté réelle est celle d’être vacciné pour éviter un nouveau confinement. Ce point de vue qu’ils présentent comme « la vérité » est pourtant très discutable !

La propagande médiatique place deux camps en opposition : les pro vaccins, et les anti vaccins, reproduisant ainsi fidèlement la parole du gouvernement, démontrant une fois de plus une complicité proche du complot !

Pourquoi refuser le vaccin ? La grande majorité de ceux qui refusent la vaccination le font par méfiance, peur, et angoisse en considérant les incertitudes des effets secondaires à moyen et long terme. Il craignent pour leurs enfants.

Pour notre gouvernement violent et autoritaire, il est plus facile de contraindre des anti vax, que des gens qui ont peur ! Rappelons-nous comme il a été facile de réprimer sauvagement les Gilets Jaunes, à partir du moment ou un ministre les a « catégorisés » de foule haineuse !

Alors, on crée 2 camps, les « bons » et les « méchants » dressés les uns contre les autres et attisés par la peur. Inhumain dans un modèle dit démocratique ! …. et plein de contradictions ; pourquoi la police n’est- elle pas obligée d’être vaccinée ? Pour quelle raison les laboratoires, le gouvernement et même ceux qui vaccinent ne sont absolument pas responsables des effets secondaires qui peuvent survenir à court, moyen et long terme ? Nous avons tous en tête le scandale du Mediator ! Quand on entend que des personnels soignants sont prêts à démissionner pour éviter l’injection, cela interpelle !

Un infirmier du cortège, vacciné, alertait sur le fait d’éviter surtout les vaccins à ARN messager, trop d’incertitudes possibles pour le long terme !

En conclusion, force est de constater que, majoritairement, les gens n’ont pas confiance, ni dans des laboratoires aux logiques de rentabilité, ni dans un gouvernement qui ne fait que manipuler et mentir. Les gens ont peur. On ne répond pas à la peur par la contrainte mais bien en prenant ses responsabilités. Pour rétablir la confiance avec le peuple, nos gouvernants doivent se montrer responsables, adopter une politique cohérente, transparente avec tous les secteurs sociaux, en plaçant la santé du citoyen comme réelle priorité.