Bertha von Suttner, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1905, est née le 9 juin 1843. En 1889, elle a écrit son chef-d’œuvre « A bas les armes », un texte classique de l’engagement pacifiste.

Quelques nouvelles de Bertha von Suttner

Bertha von Suttner (Prague, 9 juin 1843 – Vienne, 21 juin 1914), écrivaine, remarquable militante pacifiste, a reçu le prix Nobel de la paix en 1905.

Tout au long de sa vie, Bertha von Suttner a lutté contre la guerre, pour sauver des vies, pour rappeler à l’ensemble de l’humanité le sens de la compassion, à l’engagement pour le bien commun. Toute sa vie, elle s’est opposée à la violence avec le pouvoir de la vérité.

Œuvres de Bertha von Suttner

  • A bas les armes ! Histoire d’une vie, Centre de presse de Cavallermaggiore (Turin) 1996, Editions Beppe Grande, Turin 2013
  • Bas les armes, Editions Gruppo Abele, Turin 1989
  • Alfred Nobel, Bertha von Suttner. Une amitié révélée – Carteggio 1883-1896, Moretti & Vitali, Bergame 2013

Œuvres sur Bertha von Suttner

  • Nicola Sinopoli, Une femme pour la paix, Fratelli Palombi, Rome 1986 ;
  • Nous signalons également les textes de Verdiana Grossi, récemment republiés dans « La nonviolence contre le racisme » n. 401 ;
  • Ceux de Marta Galli (avec une sitographie utile) et de Rosangela Pesenti qui figurent respectivement aux numéros 850 et 845 de « La nonviolence est en marche » ;
  • La voix de Giancarla Codrignani dans les « Télégrammes de la nonviolence en chemin » n. 514 ;
  • L’article d’Isabella Bresci dans « Voix et visages de la nonviolence » n. 708
  • L’article d’Annapaola Laldi dans « Télégrammes de nonviolence en marche » n. 2012.

En la commémorant une fois encore, nous répétons certains mots que nous avons déjà répétés de nombreuses fois. En mémoire de Bertha von Suttner, poursuivez l’engagement pour abolir la guerre et tous les massacres ; poursuivez l’engagement pour abolir le racisme et toutes les persécutions ; poursuivez l’engagement pour abolir le machisme et toutes les oppressions.

En mémoire de Bertha von Suttner, poursuivez l’engagement de défendre les droits humains de tous les êtres, l’engagement de défendre ce seul monde vivant dont l’humanité est à la fois partie et gardienne, ce seul monde vivant qui est la seule maison commune de l’humanité entière.

En mémoire de Bertha von Suttner poursuivez l’engagement pour la paix, la démilitarisation, le désarmement, la coexistence pacifique, l’entraide, la reconnaissance de l’humanité de tous les êtres humains ; poursuivez l’engagement de secourir, d’accueillir et d’assister toute personne ayant besoin d’aide : tout être humain a droit à la vie, à la dignité, à la solidarité. C’est pourquoi, également en mémoire de Bertha von Suttner, nous répétons une fois de plus que nous avons besoin d’une insurrection nonviolente des consciences et des intelligences pour contrer les horreurs les plus atroces et les plus infâmes auxquelles nous sommes confrontés, pour affirmer la légalité qui sauve des vies, pour rappeler chaque personne et chaque institution humaine aux devoirs inhérents à l’humanité.

Il faut s’opposer au machisme, et rien n’est plus important, plus nécessaire, plus urgent que de s’opposer au machisme – à l’idéologie, aux pratiques, au système de pouvoir, à la violence structurelle et déployée du machisme : parce que la première racine de toutes les autres violences et oppressions est la domination machiste et patriarcale qui coupe l’humanité en deux, et refuse la pleine dignité et l’égalité des droits à la moitié du genre humain, déshumanisant ainsi l’humanité entière ; et ce n’est qu’en abolissant la domination machiste et patriarcale que nous pourrons vaincre la violence qui opprime, déchire, et dénigre l’humanité ; ce n’est qu’en abolissant la domination masculine et patriarcale que l’humanité pourra être libre et solidaire.

Il faut s’opposer au racisme, à l’esclavage, à l’apartheid. Il faut mettre fin au massacre d’innocents en Méditerranée et anéantir les mafias esclavagistes du trafic d’êtres humains, simplement en reconnaissant le droit de tous les êtres humains fuyant la faim et la guerre, la dévastation et les dictatures, de rejoindre légalement et en toute sécurité notre pays et notre continent. L’esclavage en Italie doit être aboli simplement en reconnaissant pour tous les êtres humains qu’en Italie se trouvent tous les droits sociaux, civils et politiques, y compris le droit de vote : la démocratie est basée sur le principe « une personne, une voix » ; un pays dans lequel un dixième des habitants effectifs est privé des droits fondamentaux n’est plus une démocratie.

Nous devons abroger toutes les dispositions racistes et anticonstitutionnelles que des gouvernements scélérats, déments, et racistes ont imposées à notre pays au fil des ans : nous devons revenir au respect de la légalité constitutionnelle, au respect du droit international, au respect des droits humains de tous les êtres.

Il est nécessaire de former tous les agents publics, et en particulier tous les membres des forces de l’ordre, à la connaissance et à l’utilisation des ressources de la nonviolence : la tâche des forces de l’ordre étant de protéger la vie et les droits de tous les êtres humains, la connaissance de la nonviolence est la ressource la plus importante dont ils ont besoin.

Nous devons nous opposer à tous les meurtres, à tous les massacres, à toutes les guerres. Nous devons cesser de produire et de vendre des armes à tous les régimes ; abolir la production, le commerce, la disponibilité des armes est le premier pas nécessaire pour sauver des vies et construire la paix, la justice, la coexistence pacifique, le salut commun de toute l’humanité. Il faut abolir toutes les organisations armées dont le but est de tuer. Il faut mettre fin immédiatement à la dissipation malveillante d’énormes ressources publiques à des fins de mort, et les utiliser au contraire pour protéger et promouvoir la vie et le bien-être de l’humanité et de l’ensemble du monde vivant.

Nous devons nous opposer à la destruction de ce seul monde vivant qui est la seule maison commune de toute l’humanité, dont nous faisons partie et dont nous sommes les gardiens. Nous ne pourrons pas nous sauver si nous ne respectons et ne protégeons pas également tous les autres êtres vivants, si nous ne respectons et ne protégeons pas chaque écosystème et l’ensemble de la biosphère. S’opposer au mal en faisant le bien. S’opposer à la violence par le choix clair et sans compromis de la nonviolence.

Opprimées et opprimés de tous les pays, unissez-vous dans la lutte pour la libération commune et le salut de toute l’humanité. Sauver des vies est le premier devoir.

C’est pourquoi, en mémoire de Bertha von Suttner, nous demandons ici et maintenant à toutes les personnes de bonne volonté, à toutes les associations et institutions démocratiques de faire pression de manière non violente pour qu’enfin, au moins dans notre pays, tous les droits humains soient reconnus à tous les êtres. Nous demandons à toutes les personnes de bonne volonté, à toutes les associations et institutions démocratiques de s’insurger de manière non violente pour défendre la légalité qui sauve des vies ; pour défendre la démocratie que tout être humain reconnaît, respecte, conforte et soutient ; pour la défense de la Constitution antifasciste qu’aucun être humain n’abandonne dans les griffes de la violence, de l’injustice, de la souffrance et de la mort, pour la défense de chaque être humain et de toute l’humanité.

Nous sommes toutes et tous des êtres humains en chemin. Toutes et tous avons besoin d’aide. Nous sommes toutes et tous exposés au mal et à la mort. Nous devons tous nous entraider.

Chaque victime a le visage d’Abel.

Tout être humain a droit à la vie.

Abolir la guerre, abolir les armées, abolir les armes.

Soulager chaque personne ayant besoin d’aide.

Vaincre le mal en faisant le bien.

Abolir la violence par la force de la nonviolence.

Sauver des vies est le premier devoir

Opprimées et opprimés de tous les pays, unissez-vous.

Soyez l’humanité comme elle devrait l’être.

 

Le « Centre de recherche pour la paix, les droits humains et la défense de la biosphère » de Viterbo

Traduction de l’italien, Ginette Baudelet