Il y a deux semestres, j’ai suivi un cours à l’Université d’État de New York (SUNY) à Cortland intitulé Culture Maya. En suivant ce cours, je m’attendais à apprendre l’histoire des Mayas et à voir comment les effets du colonialisme les affectent encore aujourd’hui. Ce que je ne m’attendais pas à apprendre, c’est que cette culture m’amènerait à réfléchir sur moi-même et à envisager de mettre en œuvre certains aspects dans ma propre vie…

Par Rebecca Diers

Le tout premier jour de ce cours, la première chose que le professeur nous a enseignée était le concept maya d’éetlàak, ou « autre soi ». Par rapport à la plupart des gens dans le monde, les Mayas ont du respect pour tout, et ce concept est utilisé pour montrer comment les Mayas font passer les autres avant eux-mêmes. Dans ce cas, « l’autre soi » signifie que l’individu doit se comporter envers les autres comme si cette autre personne était lui-même. On ne manquerait jamais de respect à soi-même ou on ne ferait pas de mal à soi-même, alors pourquoi le ferait-on à quelqu’un d’autre ? Avec éetlàak’, vous devez toujours être prêt à offrir votre cœur aux autres. Il est important de toujours dire la vérité et d’être ouvert avec la personne à qui l’on parle. En fait, les Mayas se montrent respectueux les uns envers les autres à travers la conversation ¢ikbàal.

Pour mener à bien l’¢ikbàal, les personnes qui se parlent doivent toujours dire la vérité, ne jamais prendre ce que l’autre dit pour acquis, et toujours parvenir à une sorte d’accord avec l’autre au lieu de se contenter d’un « accord sur le désaccord ». « Accepter d’être en désaccord » insinue que vous n’avez pas pris le temps de vous écouter attentivement et d’apprendre l’un de l’autre. Les Mayas savent si une personne fait attention à ce qu’elle dit ou non, car lorsqu’ils conversent en ¢ikbàal, l’autre personne doit commencer sa pensée par le dernier mot que l’autre personne a dit. Cela montre à l’autre personne que l’attention est portée sur elle et que tout ce qu’elle dit est important. Aux États-Unis, les gens ont tendance à planifier ce qu’ils vont dire en réponse avant que l’autre personne ait fini de parler. Cela nuit à ce que l’autre personne dit parce que vous pensez à vous-même au lieu de vous concentrer sur elle. Les Mayas ne font pas cela, ils restent concentrés et donnent à l’autre personne le respect qu’elle mérite. Ces aspects de l’¢ikbàal montrent comment les Mayas donnent la priorité au respect, car ils font comprendre à la personne avec laquelle vous parlez qu’elle est plus importante que toute autre chose à ce moment-là. En fait, si un individu Maya était en train de discuter avec quelqu’un d’autre et qu’il voyait une autre personne qu’il connaît s’approcher, il ne ferait jamais une pause dans sa conversation pour dire bonjour à la personne qui s’approche ou même la saluer. À ce moment-là, rien d’autre n’est plus important que la conversation et la personne avec qui elle est en train de converser.

Les Mayas se soucient vraiment de tout le monde et attendent des réponses honnêtes à tout. Ils demandent souvent aux gens ce à quoi ils pensent, et ils attendent de la personne qu’elle leur dise tout ce qu’elle a en tête, au lieu de répondre par une réponse générique. Aux États-Unis, si quelqu’un s’approchait de vous et vous demandait « Comment allez-vous ? », vous répondriez généralement « bien », « très bien » ou une autre réponse simple. Mais si un Maya vous pose la même question, il veut que vous lui disiez exactement comment vous allez, et pourquoi. Ils veulent sincèrement savoir ce que vous pensez, et ne pas répondre honnêtement est un manque de respect envers eux. Je pense que c’est un aspect crucial que nous pouvons apprendre des Mayas. Combien de fois nos pensées s’égarent-elles lorsque nous parlons à quelqu’un et que nous lui adressons de temps en temps un signe de tête ou un mot pour reconnaître qu’il parle toujours, afin que l’autre personne pense que nous l’écoutons toujours ? Combien de fois croyons-nous que nos pensées soient correctes et que toute autre opinion est fausse ? Combien de fois retenons-nous des informations aux autres au lieu de leur dire la vérité ? En adoptant le concept d’éetlàak et d’¢ikbàal dans nos vies, nos relations avec les gens deviendraient plus authentiques. Non seulement nous montrerions du respect aux autres, mais nous nous sentirions également respectés, ce qui, à mon avis, aiderait les gens à se sentir mieux dans leur peau.

Un autre aspect de la culture maya qui transmet leur valeur de respect est la façon dont ils croient que tout le monde est kѐetil, ou égal. Par exemple, si quelqu’un des États-Unis sait parler le maya et qu’il se rend au Yucatán au Mexique, les Mayas traiteront cette personne comme l’une des leurs. C’est parce que la connaissance du maya fait de vous un maya aux yeux des Mayas. Même si quelqu’un ne connaissait pas la langue maya, il serait traité de la même manière et avec respect. Ce n’est pas le cas aux États-Unis. Si un Maya apprenait l’anglais et venait aux États-Unis, la plupart des Américains le considéreraient comme un étranger et le traiteraient comme un inférieur et non comme un égal. Il semble qu’il y ait une mentalité dominante aux États-Unis, et je pense que s’ils, et le reste du monde, suivaient les Mayas en croyant que tout le monde est kѐetil, et s’ils traitaient tout le monde avec cette égalité et ce respect, le monde deviendrait un endroit plus pacifique.

Les Mayas sont très religieux, et cela se voit à travers leurs différentes cérémonies. Vers la fin du semestre, notre professeur a partagé avec nous une vidéo publiée par un Maya qu’il suit sur Facebook. L’une des premières choses que cette personne a mentionnées est la cérémonie maya du saka. Le saka est le moment où les Mayas font des offrandes et des prières aux dieux. Dans cette vidéo, l’individu a raconté comment, chaque fois que sa grand-mère voyait arriver une maladie, elle offrait du saka pendant neuf jours. Lorsqu’elle offrait le saka, elle s’asseyait dans son hamac tout en faisant ses prières, et lorsque cela était terminé, elle faisait un sacrifice. Il s’agissait d’un sacrifice d’un poulet rôti qu’elle offrait ensuite aux dieux mayas. Sa grand-mère accomplissait tout ce processus dans l’espoir que les dieux empêcheraient la maladie d’arriver, ou tout au moins la minimiseraient. Mais elle ne le faisait pas seulement pour le peuple Maya. Pendant ces neuf nuits, elle offrirait du saka pour tous les habitants du monde. En effet, les Mayas ne pensent pas qu’à eux. Les vues égocentriques des États-Unis et d’autres pays encouragent les gens à ne penser qu’à eux-mêmes et à la manière dont ils peuvent avancer dans la vie. Ce n’est pas le cas chez les Mayas. Tout le monde est kѐetil, et par conséquent tout le monde mérite d’être protégé et qu’on pense à lui. Le monde serait tellement différent si les gens pensaient réellement aux besoins et aux désirs des autres au lieu de se concentrer sur les leurs.

L’un des derniers aspects de la culture maya qui m’a aidé à me remettre en question et à réévaluer ma vie est le fait que la plupart des Mayas vivent dans ce que la plupart des gens considèrent comme de la « pauvreté ». Je parle de « pauvreté » parce que ce terme est socialement construit par ceux qui ont accumulé de la « richesse » en termes d’argent tangible. Oui, la plupart des Mayas vivent de leur Milpa (le nom de leurs champs de maïs), et oui, sans pouvoir vendre du Nal (maïs), la plupart des Mayas ne peuvent pas gagner d’argent, mais ils sont riches de tant d’autres façons malgré leur richesse matérielle. Leurs relations les uns avec les autres et leur foi les rendent à elles seules plus riches que les personnes qui ont le plus d’argent au monde. Ce qui rend riche dans la vie, c’est de ne plus se concentrer sur ce que l’on n’a pas, mais d’apprécier ce que l’on a, comme la nourriture, le logement, la santé, la famille et les amis.

En examinant la culture maya, j’ai pu réévaluer ma propre vie. L’égalité et le respect sont des valeurs fondamentales dans la culture maya, et cela se reflète dans tout ce qu’ils font. Tant de gens dans le monde d’aujourd’hui ne se préoccupent que d’eux-mêmes et de la manière dont ils peuvent progresser ou améliorer leur vie. Grâce à la réévaluation et à la réflexion, peut-être les gens comprendront-ils que les objets matériels n’ont pas de valeur significative réelle, mais que la manière dont nous nous présentons et dont nous respectons les autres est ce qui a de la valeur dans ce monde. Une fois que nous aurons appris que nous sommes tous également humains, la question ne sera plus « Comment puis-je améliorer ma propre vie ? », mais plutôt « Comment puis-je améliorer la vie d’autrui ? ». Lorsque nous commencerons à faire passer la vie des autres avant la nôtre, les gens se rendront compte que leurs actions – aussi petites soient-elles – peuvent avoir un impact sur l’issue de la vie d’une autre personne, voire du monde. Tout commence par le fait de prendre le temps de se remettre en question et de réaliser ce qui est réellement important dans ce monde.

Pensez-vous que les Mayas ont des leçons précieuses à donner aux autres ? Y a-t-il des éléments de la culture maya que vous aimeriez intégrer dans votre vie ? Envoyez-moi vos réflexions à rebecca.diers@cortland.edu

Rebecca Diers effectue un stage chez Pressenza dans le cadre de sa spécialisation en rédaction professionnelle à SUNY Cortland. Son autre spécialité, l’anthropologie, alimente sa passion pour la compréhension des différentes cultures et la création de liens avec les gens. Elle utilise l’écriture comme un moyen de donner un sens au monde et d’inspirer un sentiment d’humanité à son public.

 

Traduit de l’anglais par Magali Sette