C’est l’une des déclarations que le Dr Carlos Ferreyra, médecin épidémiologiste argentin et activiste climatique, a fait dans l’interview qu’il a accordée à Pressenza à l’occasion de la 74e Assemblée mondiale de la santé, et en tant que promoteur de la Première Assemblée des citoyens pour la santé mondiale, qui a commencé le 26 mai parallèlement à la réunion de l’OMS.

Nous reproduisons en vidéo l’intégralité de l’interview et, dans les prochains jours, nous en publierons à nouveau des extraits en fonction des différents thèmes, tous vitaux en ce moment grave de pandémie planétaire. Son contenu mérite d’être entendu, étant donné le besoin de réponses urgentes.

Pour voir la vidéo ( 47′ 46′′ ) avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Nous transcrivons certaines des opinions exprimées par l’épidémiologiste, que nous présenterons en détail dans de futures notes et de courtes vidéos.

Le Dr Ferreyra est très critique à l’égard de la gestion de la pandémie de Covid-19 par l’OMS. Il comprend que, lors de cette 74e session, l’Assemblée mondiale de la santé a l’obligation de traiter trois questions, en plus de celles inscrites à l’ordre du jour : 1. Reconnaître les erreurs afin de les résoudre. 2. Trouver des priorités. Comment organiser correctement les systèmes de santé pour suivre le niveau de contrôle de la pandémie par des soins de santé primaires, en créant un bouclier, surtout dans les pays pauvres du monde. Il ne sert à rien d’organiser des systèmes de santé dans des hôpitaux que le monde pauvre ne possède pas. 3. la disponibilité immédiate des vaccins.

En conclusion : « Si les vaccins ne sont pas mis à la disposition du monde pauvre au cours du prochain trimestre, nous ne serons pas en mesure d’arrêter la pandémie et ce virus sera renforcé par les défaillances de la réponse ».

Libéralisation des brevets

Interrogé sur la libéralisation des brevets, entre la position favorable, rendue publique – par exemple – par les pays membres du Conseil permanent de l’ONU et le refus des grandes entreprises pharmaceutiques, que peut faire l’OMS, la réponse est sans détour : « Cette assemblée est composée des ministres de la santé du monde entier, soit 196 pays. Ils ont entre leurs mains la possibilité, les moyens de décider dans leurs pays, c’est donc un organe de grand pouvoir. Les États peuvent prendre cette décision et ils peuvent le faire en alliance avec l’industrie privée… Mais, en outre, l’OMS a la capacité de fournir les formules afin que les gouvernements puissent travailler avec ces formules dans le développement de vaccins, tout en résolvant les questions juridiques ».

« Nous devons prendre des décisions rapides et concrètes. L’OMS a cette capacité, cette information pour la fournir, mais maintenant, il est clair que cela ne peut pas être fait parce qu’il y a un cadre juridique, car l’Organisation mondiale du commerce est chargée de décider des brevets… Le fait de ne pas avoir eu de coordination pour résoudre la question des brevets témoigne d’un échec retentissant des Nations Unies, que l’espèce humaine ne peut se permettre. Ici, il y a des êtres humains des pays pauvres du monde que nous ne pouvons pas laisser mourir: nos peuples, nos pères, nos mères, nos enfants, nos travailleurs… parce qu’ils n’ont pas de vaccins. Et cela doit prévaloir dans les pensées et les décisions des ministres qui se présentent dans cette assemblée (OMS) ».

Situations dantesques

Concernant la situation vécue de personnes mourant même à la porte d’un hôpital, il affirme : « C’est une image dantesque, inappropriée à notre propre culture, à l’éthique et à la morale de l’espèce humaine. Nous ne pouvons pas l’accepter ni naturaliser la mort ». Dans le même temps, il dénonce à nouveau : « Les parlements n’ont pas été actifs de la manière précoce qu’ils auraient dû l’être ».

L’OMS en tant qu’organe politique

Il demande également la restructuration de l’OMS et qu’elle devienne un organe politique : « L’Organisation mondiale de la santé doit à nouveau être financée par les États ».

Et concernant sa dépendance à l’égard de l’Organisation mondiale du commerce, il explique : « Il est très probable que l’Organisation mondiale du commerce ne prendra jamais de décision sur les brevets, il est donc très important que l’Assemblée mondiale de la santé prenne d’abord la décision appropriée en termes politiques de mettre les brevets à la disposition de tous les États membres de l’ONU, [par le biais] de leurs ministères de la santé, et ensuite que les ministres fassent une déclaration très ferme contre les sommes d’argent que les sociétés pharmaceutiques ont gagnées et que cela est immoral pour la survie de l’espèce et la survie de la planète. Si ces deux résolutions ne sont pas prises, je pense que nous allons avoir un monde très complexe après le 2 juin lorsque l’assemblée n’aura pas décidé… Parce que si nous n’agissons pas maintenant, il sera trop tard le 2 juin ».

En outre, il s’attend à ce que l’Assemblée fasse une autre déclaration également « il n’est pas éthique de faire de l’argent avec des vaccins … il n’est pas éthique de faire de l’argent avec la mort ou la vie des gens ».

Changement climatique et santé

D’autre part, Ferreyra – un activiste climatique déclaré – estime qu’il est essentiel que cette 74e Assemblée de la santé aborde la question de l’urgence face au changement climatique : « La santé est le visage humain du changement climatique… les médecins doivent être les principaux activistes : L’accord de Paris est pour moi le principal traité de santé publique que nous avons fait dans l’humanité ». Et il soulève un désir « Je voudrais aussi l’Organisation mondiale de la santé dans cette Assemblée mondiale de la santé. J’ai aussi soulevé une position claire sur le changement climatique ».

I Assemblée des citoyens pour la santé mondiale

Le Dr Carlos Ferreyra a mis en place un Consortium (auquel participe Pressenza), afin d’organiser ce qui sera la 1ère Assemblée des citoyens pour la santé mondiale, qui se déroulera en parallèle de la 74ème Assemblée mondiale de la santé, et dont l’un des objectifs est « d’interpeller les ministres qui seront les principaux responsables de ce qui se passera si les vaccins n’arrivent pas dans les bras des êtres humains qui en ont besoin dans un délai raisonnablement court pour empêcher la pandémie de se propager au-delà de l’année 2023. Plus le temps passe, le virus devient de plus en plus fort et c’est l’un des problèmes pour lesquels nous devons comprendre pourquoi il y a urgence ».

Cette Assemblée des citoyens se tient en même temps « pour pouvoir se nourrir de ce dont ils débattent, pour être vigilant quant à l’après-assemblée. Ici, le monde va avoir de l’espoir en fonction de ce qui se passe dans les sept prochains jours. Vient ensuite le post-assemblage. Si une décision a été prise en faveur de la vie, le monde aura un chemin, et si une décision différente a été prise, il sera très différent… et là, nous, les citoyens, avons beaucoup à dire ».

Pour le mettre en route, il s’est inspiré des recommandations que l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a donné, sur l’importance de la citoyenneté dans ces assemblées pour montrer leurs positions.