S’il y a une femme constructrice de futur qui représente l’esprit des nouveaux mouvements sociaux, c’est bien Carminda Mac Lorin. Elle donne la priorité à la construction de nouvelles réalités à partir de cette devise commune de « un autre monde est possible », en recherchant la confluence dépassant les clans. Elle-même est un mélange d’origines, de cultures et d’activités.
Cet entretien fait partie de la série Femmes constructrices de futur, vers une culture de la non-violence [Cliquer sur le lien pour voir tous les interviews].

Carminda est un exemple de la manière avec laquelle il est possible de construire, avec les meilleures contributions de chaque personne, une nouvelle réalité qui est bien plus que la somme de celles-ci.

Docteure en sciences humaines, elle est organisatrice d’événements, musicienne, parle plusieurs langues et est la directrice générale de l’ONG Katalizo.

Vivant actuellement au Canada, Carminda a commencé son activisme dans le cadre d’Occupy Montréal, et à partir de là, elle participe à l’organisation de divers événements internationaux, et fait aujourd’hui partie de l’équipe de coordination du Forum social mondial.

La vidéo (28′ 03″) est en espagnol, pour la voir sur un ordinateur avec les sous-titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Quelques extraits :

« […] Je me suis rendue compte à quel point l’ouverture d’espaces, à travers n’importe quel espace, même une fête, même une improvisation musicale, ce qui se passe dans ces moments-là est magique, le rapprochement entre les gens, la confiance qui peut se construire quand on a un espace sûr, un espace de confiance, ce qui se passe entre les gens est fantastique et je l’ai vraiment remarqué à travers les forums sociaux et à travers de nombreux événements ou espaces dans lesquels j’ai été impliqué. Donc, c’est définitivement cette passion pour les événements, qui m’a également conduit vers l’activisme, mais bien sûr, en se concentrant toujours sur ce potentiel de rassembler les gens dans des endroits, où ils peuvent activement s’écouter les uns les autres. »

[…] Il est important de cultiver ses rêves, car ce sont eux qui nous font avancer, définitivement. Quoi qu’il en soit, il semble que nous soyons également confrontés à la possibilité d’une transformation nécessaire, mais nous voyons également certains indicateurs de transformation sociale et personnelle, par pure nécessité, afin de répondre à ce changement social.
Nous vivons maintenant une époque où ce qui se passe est très difficile, et les répercussions sur la santé seront, je pense, moindres que celles du passé.
Je pense que les répercussions sur la santé seront moins importantes que les répercussions économiques qui existent aujourd’hui.
C’est pourquoi je pense qu’il est si important de continuer à cultiver des rêves, que tout le monde continue à cultiver des rêves pour que nous puissions continuer à aller de l’avant, car c’est l’espoir qui nous permettra de tout traverser. »