En 2020, des personnes de 172 pays ont participé à la Journée mondiale de la localisation, un événement auquel ont contribué Noam Chomsky, Russell Brand, Vandana Shiva et plus de 100 autres voix. Cela témoigne du fait que, où que vous regardiez, des choses positives se produisent vraiment !

La Journée mondiale de la Localisation revient le 20 juin 2021 pour galvaniser le soutien croissant à la localisation et en faire une force avec laquelle il faut compter.

La Journée mondiale de la localisation 2021

Cette année, Local Futures (Économie du bonheur) travaillera avec nos réseaux sur les cinq continents pour célébrer la Journée mondiale de la localisation dans leurs propres régions. Des événements de tailles diverses dans le monde entier déboucheront sur un événement international en ligne le 20 juin – une célébration du mouvement mondial de la localisation et une discussion sur les stratégies pour le faire passer à l’étape suivante.

Réservez cette date et faites passer le mot à vos amis et à votre famille ! Et si vous souhaitez participer en organisant une célébration de la Journée mondiale de la localisation (quelle que soit sa taille), n’hésitez pas à nous contacter ! Nous serions ravis de connaître vos idées.

Journée mondiale de la localisation 2020 – conversations complètes disponibles dès maintenant

Chaque mois, à l’approche de la Journée mondiale de la localisation 2021, nous partagerons trois conversations approfondies menées pour l’événement de l’année dernière. Ces conversations couvrent des sujets allant du cerveau humain à la montée de l’autoritarisme, de la sagesse indigène à l’alimentation locale comme levier de transformation systémique.

Ce mois-ci, nous partageons les conversations entre Helena Norberg-Hodge et Vandana Shiva, Johann Hari et Noam Chomsky. Regardez les enregistrements vidéo ou écoutez les versions audio, et découvrez pourquoi des leaders d’opinion dans divers domaines se réunissent pour soutenir la localisation comme la meilleure voie à suivre.

Vandana Shiva -– ‘L’épanouissement de la vie commence par la localisation’

Vandana Shiva, militante écologiste et auteure, réfléchit à quoi ressemblera le monde globalisé après la pandémie de Covid-19. Elle explique que la pandémie elle-même est le résultat de la mondialisation économique et que l’agriculture diversifiée à petite échelle est extrêmement importante si nous voulons guérir les écosystèmes et le climat. La localisation, dit-elle, est le point de départ de l’épanouissement de la vie. – ‘L’épanouissement de la vie commence par la localisation’.

Johann Hari — ‘santé mentale, communauté et connexion’

Le journaliste et auteur Johann Hari analyse la montée de la dépression et de l’anxiété dans un monde fragmenté et corporatisé, en se concentrant à la fois sur les causes sous-jacentes et sur les solutions à long terme. Au cours de cette conversation réconfortante et inspirante, Johann partage des anecdotes sur la guérison des individus – ainsi que de tout un quartier – grâce à la reconstruction des liens.

Noam Chomsky — ‘des signes d’espoir dans une confluence de crises’

Le critique social et activiste politique Noam Chomsky parle avec un optimisme prudent de notre chance de résoudre les multiples crises auxquelles nous sommes confrontés. Il est encouragé par la montée des initiatives de soutien mutuel des communautés de la « ceinture de ferraille » [N.d.T. Région industrielle du centre-nord des États-Unis] aux favelas appauvries du Brésil. ‘Des signes d’espoir dans une confluence de crises’.

Nouvelles du blog

‘Progrès et modernisation du Ladakh’, (Progress and the Modernization of Ladakh) par Kunzang Deachen, est une interrogation authentique sur la voie du « progrès » qui est imposée au Ladakh. Elle pose la question suivante : « Pouvons-nous trouver un véritable progrès qui concerne le bien-être, la santé, la satisfaction et la véritable prospérité, au lieu de la compétition et de la consommation sans fin ? »

L’ouvrage de Debbie Weingarten, ‘Comment réparer un système alimentaire qui n’est pas conçu pour nourrir les gens’ (How to fix a food system that’s not designed to feed people), est un trésor de faits et d’expériences qui, dans des termes très clairs, montrent la nécessité de transformer le système alimentaire.

Dans ‘Villes et orthodoxie verte’ (Cities and Green Orthodoxy), Christopher Ketcham déboulonne complètement une idée qui continue de tourmenter le mouvement écologiste : que le fait de faire sortir les gens des zones rurales vers les centres urbains en pleine explosion est une voie vers la durabilité.

 

Pour plus d’informations et de mises à jour, visitez https://worldlocalizationday.org/. Ceux qui ne sont pas inscrits à la liste de diffusion de Local Futures peuvent s’inscrire ici pour recevoir des mises à jour sur les événements.