Femmes constructrices de futur : Moema Viezzer

16.03.2021 - Juana Pérez Montero

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Allemand, Portugais

Femmes constructrices de futur : Moema Viezzer
(Crédit image : PressenzaIPA)

Éducatrice populaire, sociologue, écologiste, féministe et défenseure des droits humains, la sociologue brésilienne Moema Viezzer est également l’auteure du livre ‘Si me permiten hablar‘ (Si l’on me permet de parler), dans lequel elle raconte la vie d’une femme qui a travaillé dans les mines en Bolivie, Domitila Barrios de Chungara, qu’elle a rencontrée en exil au Mexique. Ce livre a été publié en 14 langues.

Moema se définit comme une écoféministe et une défenseuse de la vie. Dans la série ‘Femmes Constructrices de Futur : vers une culture de la non-violence‘, elle parle de sa relation avec le féminisme : « Dès le début, il m’a semblé intéressant de travailler avec toutes les nouvelles dimensions que le féminisme a apportées et ouvertes à l’humanité. C’était un défi et parfois un risque d’entrer dans des milieux mixtes assez masculins (syndicats, églises) en travaillant toujours à partir de l’éducation populaire […] Vous voyez que ce système patriarcal, très lié au système colonial, est quelque chose de vraiment millénaire. C’est la domination des hommes sur les femmes, ce qui signifie aussi la domination sur les personnes d’autres ethnies, etc. »

Approfondissant les racines du problème, elle nous raconte : « Nous devons repenser l’ensemble du modèle hégémonique qui a placé l’économie au sommet de tout ce qui se fait, et qui décide de notre vie en société et de la manière dont nous usons et abusons des biens communs. Et je pense que les femmes ont apporté cette réflexion avec beaucoup de force […] En fin de compte, il y a un changement à faire dans la relation entre les êtres humains et la nature : comment mettre l’économie, l’abondance qui existe encore, au service de la vie, et non pas comment mettre le marché à la tête de tout ? Les États-nations ne comptent plus, car ce sont certaines compagnies multinationales qui dirigent les États et même les Nations unies. […] Il faut dire clairement qu’il s’agit de tout changer pour le mettre au service de la communauté de vie ».

Sur le futur et la réponse à donner, Moema explique : « Nous sommes dans un moment où nous voyons comment [les luttes] ont une convergence, un substrat commun, et nous devons apprendre beaucoup plus pour voir comment nous travaillons cela d’une manière plus holistique, plus systémique. C’est un grand défi pour le moment présent ».

Exilée pour son militantisme pendant des années, elle vit aujourd’hui au Brésil et est toujours aussi active à 82 ans. Savourez l’interview !

La vidéo est en espagnol, pour voir la vidéo ( 15′ 51′′ ) avec les sous-titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo).   2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement.    3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Catégories: Droits humains, Ecologie et Environnement, Education, Genre et féminismes, International, Interviews
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Femmes

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.