Depuis le 4 mars 2021, le théâtre de l’Odéon est occupé ainsi que 75 lieux de culture en France.

Communiqué

Cela fait 1 an que nous travailleurs travailleuses de la culture, de l’évènementiel et du tourisme sommes dans l’incapacité de travailler et de vivre de nos métiers. Face à l’engorgement des hôpitaux, conséquence d’une casse systématique du système public de santé, le choix du gouvernement est clair ; il privilégie la production, les lieux de grande consommation tandis qu’il maintient fermé les lieux de création et de sociabilité. Il apporte un soutien financier massif aux grandes entreprises alors qu’il compte faire plus d’1 milliard d’économie sur le dos des chômeurs.euses dont le nombre ne cesse d’augmenter.

C’est pourquoi nous exigeons un retrait pur et simple de la réforme de l’assurance chômage.

Nous exigeons une prolongation de l’année blanche et son élargissement à tous les travailleurs.euses précaires, extras, et saisonniers qui subissent les effets à la fois de la crise et des politiques patronales.

Nous exigeons une baisse du minimum du seuil d’accès à l’indemnisation chômage pour les primo-entrants et aux intermittents en rupture de droit.

Nous exigeons de toute urgence des mesures pour garantir l’accès de tous et toutes à l’emploi continu, aux auteurs autrices, au congé maternité et maladie indemnisés.

Nous exigeons un financement du secteur culturel avec un plan massif de soutient à l’emploi en concertation avec les organisations représentatives des salariés de la culture.

Nous exigeons les moyens pour garantir les droits sociaux, la retraite, la formation, la médecine du travail, les congés payés dont les caisses sont menacées par l’arrêt des cotisations.

Pour porter ces revendications, nous exigeons dans les plus brefs délais une réunion du CNPS-Conseil National des Professions du Spectacle-avec le 1 er ministre.

Nous occupants de notre théâtre de l’Odéon, demandons le libre accès à la place et au bâtiment pour une assemblée générale.