Une hypothèse

Il y a un dessein dans l’univers. Rien ni personne n’échappe à ce plan.

La matière et l’énergie sont des manifestations du plan sous ses différentes formes.

La matière inanimée sert d’environnement à certains de ces éléments matériels pour qu’ils deviennent plus complexes et donnent naissance à des groupements moléculaires qui permettent le phénomène de la vie.

Cette dessein immanent s’exprime dans l’accroissement de cette complexité.

Ainsi, la matière inanimée devient différentes formes de vie, dont les êtres individuels et l’ensemble forment le substrat organique qui permet de nouvelles étapes de développement.

Les formes végétales et animales permettent leur reproduction en réalisant cette finalité et en la manifestant dans leur perpétuité en tant qu’espèces. Même les espèces éteintes servent aussi à nourrir le substrat ou l’environnement où s’érigent des formes de vie plus développées.

L’être humain naît et avec lui, dans ses diverses branches, il y a un éloignement progressif de la détermination du naturel sans pour autant l’abandonner.

Le dessein continue de battre et, avec plus d’intensité, commence à s’exprimer dans cet éloignement ou cet éloignement du naturel.

Le monde spirituel s’ouvre comme une possibilité de libérer le mental de l’esclavage de la matière, du moi et des sens et d’évoluer vers des formes immatérielles.

Les formes plus évoluées qui sont déjà complètement éloignées de leur aspect physique ne peuvent pas être expliquées dans les termes que nous avons utilisés jusqu’à présent et elles ne permettent pas non plus une démonstration évidente, par conséquent, ce serait un contresens d’essayer de les décrire.

La possibilité d’évolution de l’être humain existe, de manière non aléatoire. Il existe certaines expériences qui nous permettent de nous engager sur cette voie. La création de l’esprit humain est possible et dans cette construction le type de vie qui est mené n’est pas indifférent.

En synthèse, bien que le dessein soit inhérent à l’être humain, il n’implique pas spontanément sa continuité au-delà de la mort factuelle.

Nous ne pouvons pas non plus supposer que cette finalité, cet élan vital que nous avons évoqué au début, ne peut être que le patrimoine de « cette humanité ». De la même manière, la matière aurait pu évoluer dans d’autres galaxies et former d’autres formes de vie. Le principe anthropique explique que toutes les variables physiques permettent la possibilité de survie d’un type d’être humain et pas d’un autre, ceci n’apparaît pas comme une contradiction au développement de cultures exogènes à la terre, puisque d’autres variables physiques permettraient à d’autres formes biologiques de s’adapter et de se développer dans ces divers habitats.

Au cours des dernières décennies, notre regard sur le cosmos s’est ouvert comme jamais auparavant et il y a quelque chose qui a provoqué un grand bouleversement dans le modèle que l’on avait de l’univers. La matière noire et l’énergie noire sont deux éléments conceptuels dont on a pu mesurer les effets mais sur lesquels il n’est pas possible de faire une observation directe.

Cette matière et cette énergie seraient « responsables » de 95% de ce qui existe et nous et tout ce qui est observable ne participeraient qu’aux 5% restants.

Face à ce panorama, tant du point de vue de la spiritualité que de l’observation du naturel, cette fameuse idée de « Je sais que je ne sais rien » attribuée à Socrate prend plus de force que jamais.

Toutes les tribulations de l’espèce humaine semblent être associées à l’idée de la mort et à ce sujet il n’y a rien de certain… du moins dans l’idéologie sociale contemporaine au-delà de l’évidence de la dissolution corporelle.

Face à cette immensité inconnue, et après l’usure de l’ère rationaliste, nous sommes peut-être en mesure d’affirmer que l’avancée d’une connaissance humble et profonde concernant les grandes inconnues de l’être humain a commencé.

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Quel est le sens de tout ce qui existe et quel est mon but individuel devant la majesté de ce but universel qui nous guide ?

Implications de l’hypothèse

Selon l’hypothèse décrite, il en résulte ce qui suit.

  1. Nous ne sommes pas une espèce unique ou, en d’autres termes, il existe une possibilité de civilisations extraterrestres.
  2. Il n’est pas nécessaire de parler de Dieu pour expliquer ces idées, pas plus qu’il n’est nécessaire de le nier.
  3. La vie est immortelle.
  4. La vie individuelle peut nécessiter certaines conditions pour être immortelle.
  5. Ces conditions permettent une vision du monde qui peut fournir des lignes directrices pour la vie individuelle et sociale.
  6. Le fait de ne pas prendre en compte le seuil de la mort comme possibilité de transcendance et le lien que cela a avec le vécu nous empêche d’avoir une vision plus large qui a un impact positif sur chacune de nos actions et projets.
  7. Le sens de mon existence n’est pas déconnecté du dessein universel, de l’élan primordial qui nous guide, mais c’est en m’occupant du dévoilement de mon dessein, du sens de ma vie que je peux me connecter ou me rapprocher de ce plus grand destin.

Autres Mondes

Il pourrait y avoir des mondes nombreux et infinis.

Des civilisations différentes avec des constitutions physiologiques diverses se sont installées il y a des milliers d’années dans des galaxies lointaines.

Les explications de la science dans ses dernières avancées nous montrent un univers plus dynamique que celui où la pomme est tombée sur la tête de Newton. L’espace et le temps peuvent être représentés comme un ensemble espace-temps et cela a des implications très importantes.

Il pourrait y avoir des structures spatio-temporelles qui coexistent sans pouvoir interagir entre elles, du moins pour le moment…

Tout ceci parle du monde physique mais le monde spirituel ouvre des variations nouvelles et infinies. Se pourrait-il que beaucoup de choses se passent dans cet « endroit » incommensurable de matière noire et d’énergie noire ?

Retour à la maison

Quelle utilité tout cet échafaudage de possibilités peut-il avoir pour nous dans notre vie quotidienne ?

Ce monde n’a-t-il pas déjà trop de complications pour nous accabler de choses que nous ne pouvons pas vérifier ?

En réalité, ces paysages n’existent pas pour prouver leur certitude ou leur « réalité », mais pour nous inspirer et donner plus d’envol à nos vies.

Ou est-il plus intéressant de s’imaginer à plusieurs mètres sous terre ?

Une personne sensée pourrait dire : mais ceci est prouvé et non pas cela… !!! Mais il y a un petit détail… : il est prouvé que notre corps naturel est resté dans la terre, peut-être notre esprit aurait-il pu être assez léger pour prendre son envol…

La création de l’esprit

Toutes les religions ont donné leur paysage particulier au-delà du seuil de la mort.

Et elles ont peuplé l’imaginaire de toutes sortes de paysages oniriques et aussi terrifiants.

Elles ont également créé une armée de gardiens ou de sentinelles qui permettent le passage vers ces régions, de ces gardiens il y en a beaucoup sur terre et beaucoup dans les cieux, ceux d’ici perçoivent un péage.

Le succès du rationalisme a entraîné la mort de Dieu et la désacralisation de la société et de la vie.

Et maintenant que le rationalisme commence également à être détrôné, la clameur qui cherche de nouvelles réponses dans les profondeurs de l’être humain commence à émerger avec force.

La création de l’esprit est possible avec une attitude spéciale face à la vie où les recherches s’approfondissent à l’intérieur de chacun, sans règles, sans préjugés d’époque, sans chefs ou du moins en connaissant les limites dans lesquelles nous sommes plongés pour pouvoir regarder vers d’autres mondes comme le célèbre dessin de Giordano Bruno.

Témoignages

Silo a témoigné de sa foi en la transcendance et a également déclaré : « qu’il n’est pas courageux de cesser de proclamer sa propre certitude mais qu’il est indigne d’une véritable solidarité de tenter de l’imposer ».

J’ai pu trouver un chemin de sensibilité, d’idées et d’expériences grâce à l’enseignement de Silo et toutes ces pensées à voix haute que je partage avec vous sont guidées par cet enseignement et font partie de cette recherche d’expériences transcendantes.