(Par Nava Thakuria)

Après le coup d’Etat militaire au Myanmar le 1er février, la junte a maintenant coupé les services Internet dans tout le pays d’Asie du Sud-Est depuis lundi 15 février, apparemment pour lancer une action militaire agressive contre des millions de manifestants birmans pro-démocratie et ainsi mettre en danger leur sécurité, a déclaré Press Emblem Campaign (PEC), un organisme de surveillance des médias basé en Suisse.

Des sources locales au Myanmar (anciennement connu sous le nom de Birmanie) ont confirmé que les généraux militaires ont déployé du personnel armé à travers le pays alors que les manifestations de protestation contre le coup d’Etat continuaient à descendre dans les rues. Après avoir arrêté la lauréate du prix Nobel et icône pro-démocratie, Daw Aung San Suu Kyi, ainsi que des centaines d’autres personnes, l’autorité militaire a imposé la fermeture quasi-totale d’Internet dans le pays.

« Les journalistes basés au Myanmar ont dû relever un défi majeur pour accomplir leurs tâches dans les nouvelles restrictions imposées par le régime militaire. Il semble que les généraux militaires ont lancé une guerre non déclarée contre leur propre peuple. Ce développement ne fera que ruiner la perspective de voir le Myanmar devenir une démocratie multipartite durable », a déclaré Blaise Lempen, secrétaire général du PEC. (www.pressemblem.ch)

L’autorité militaire sous le haut général Min Aung Hlaing avait auparavant restreint temporairement les lignes téléphoniques fixes, les services mobiles, les connexions Internet dans différentes parties du Myanmar et plus tard, il a été restauré de manière échelonnée. Des véhicules blindés ont été vus à plusieurs endroits, notamment dans sa capitale actuelle Naypyidaw, dans l’ancienne capitale Yangon, dans l’ancienne capitale Mandalay, etc. Des rapports font état d’excès militaires contre les manifestants.

« Dernièrement, le général Hlaing, qui rêve de devenir président, a annoncé qu’il organiserait des élections générales libres et équitables après la fin de la période d’urgence d’un an. Mais ne souscrivant pas à ses promesses, de nombreux journalistes cherchent maintenant à quitter le Myanmar pour leurs nations voisines comme la Thaïlande, l’Inde, le Bangladesh, etc », a déclaré Nava Thakuria, le représentant de PEC Inde avec une responsabilité supplémentaire sur le Myanmar.

Les réactions internationales restent spontanées. Le Conseil des droits humains de l’ONU a adopté vendredi à l’unanimité une résolution demandant la levée de l’état d’urgence et la libération inconditionnelle de toutes les personnes détenues arbitrairement au Myanmar. Le président états-unien Joe Biden et le premier ministre indien Narendra Modi ont discuté de la situation et se sont mis d’accord sur le fait que la résolution de l’état de droit et du processus démocratique doit être maintenue de toute urgence dans le pays des pagodes dorées.