Ce que le reste du monde peut apprendre des mouvements de protestation africains

25.02.2021 - African Arguments , FAUPEL Alison, WOJTANIK Andrew - Rédaction France

Ce que le reste du monde peut apprendre des mouvements de protestation africains
Manifestation #EndSARS à Lagos, Nigeria, 8 octobre 2020 (Crédit image : Tobi James Candids (CC BY-SA 4.0))

Le succès extraordinaire des mobilisations de masse sur le continent contraste de façon frappante avec leur efficacité déclinante en Occident et au-delà.

Lorsque des manifestations ont éclaté au Soudan en décembre 2018, les médias internationaux n’ont pas tardé à les qualifier d’ émeutes spontanées qui allaient probablement s’éteindre. Lorsqu’elles ont finalement conduit au renversement du dictateur de longue date Omar el-Béchir en avril 2019, il est devenu clair que les manifestations faisaient partie d’un mouvement social organisé, enraciné dans l’opposition populaire du Soudan.

Le mouvement soudanais n’était pas seul sur le continent. Quelques jours plus tôt, des manifestants en Algérie ont forcé la démission du président Abdelaziz Bouteflika, couronnant une décennie bien remplie au cours de laquelle la mobilisation de masse a contribué aux transitions de pouvoir au Niger, en Tunisie, en Égypte, en Libye, au Sénégal, au Burkina Faso, en Gambie, en Éthiopie et en République démocratique du Congo (RDC).

Selon le projet Armed Conflict Location & Event Data Project, la fréquence des manifestations de masse en Afrique a plus que septuplé au cours de la dernière décennie. De plus, des recherches récentes suggèrent que les manifestations non violentes sur le continent ont été considérablement plus efficaces pour atteindre leurs objectifs que les manifestations dans toute autre région du monde.

Bien sûr, la montée de la rue n’est pas une très bonne nouvelle. Les mouvements de protestation sont en partie motivés par le mécontentement face à une gouvernance terne et ils ne conduisent pas toujours à une plus grande démocratisation. Pourtant, l’extraordinaire taux de croissance et de succès de la mobilisation de masse en Afrique contraste de façon frappante avec la baisse d’efficacité des mouvements en Occident et au-delà.

Qu’est-ce qui explique le succès relatif des manifestations en Afrique ? Qu’est-ce que d’autres mouvements dans le monde peuvent apprendre d’eux ? Nous mettons en évidence trois leçons clés :

Créer des mouvements inclusifs

Un principe clé de la théorie du mouvement social est que les campagnes de protestation réussies doivent attirer de larges sections transversales de la population et cultiver le soutien à travers les divisions de classe, ethniques, régionales et religieuses. Pourtant, de nombreuses manifestations en Occident réduisent leurs bases de soutien, transmettent des messages de manière à dépasser les côtés opposés et dépeignent les adversaires comme de dangereux « ennemis ». Surtout dans un contexte où de nombreuses sociétés sont de plus en plus polarisées politiquement, il en résulte des mouvements basés sur l’exclusion plutôt que sur l’inclusion.

Plutôt que de lutter pour la pureté idéologique ou de créer des dichotomies « nous-eux », les mouvements démocratiques en Afrique ont dans l’ensemble construit des coalitions entre divers groupes. L’ Association des professionnels soudanais a réuni des membres des secteurs de la santé, de l’éducation et du droit sous une large bannière non idéologique. Au Zimbabwe, le pasteur Evan Mawarire a mobilisé des professionnels, des jeunes, des travailleurs pauvres et, de manière critique, les vétérans qui ont combattu aux côtés de Robert Mugabe pendant la lutte pour l’indépendance dans les années 1970. Au Nigeria, un pays avec de profondes failles régionales et religieuses, le mouvement #EndSARS pour arrêter la brutalité policière a soigneusement élaboré son message pour faire appel aux chrétiens du sud et aux musulmans du nord.

En faisant appel à travers les divisions, ces mouvements ont réussi à obtenir des concessions de la part des élites, à provoquer des défections des services de sécurité et à obtenir un soutien international.

Approfondir les organisations formelles de la société civile

Alors que des manifestations importantes mais éphémères peuvent suffire à renverser les autocrates, le maintien de la démocratie sur le long terme nécessite des protestations enracinées dans la société civile durable. Les manifestations nées des médias sociaux peuvent être plus faciles à lancer et à développer, mais sans liens avec les organisations traditionnelles de la société civile telles que les églises, les syndicats, les groupes étudiants ou les ONG, les manifestants sont rarement en mesure de garder le dessus contre les gouvernements et leurs boîtes à outils coercitives.

En Afrique, bon nombre des mouvements les plus réussis ont utilisé les médias sociaux de manière tactique pour encourager la participation de masse, mais ont également été construits sur une base de la société civile traditionnelle avec des décennies d’expérience antérieure. Les manifestations #EndSARS au Nigéria sont la dernière manifestation d’un mouvement qui a commencé en 2010 et qui a été stimulé par une coalition d’organisations qui collectent des fonds, coordonnent les lignes de communication et offrent une aide juridique aux manifestants. En Afrique du Sud, les manifestations #ZumaMustFall qui ont finalement réussi en 2017 ont été organisées en partie par les syndicats, les partis d’opposition et les organisations confessionnelles et d’autres groupes de la société civile.

Dans d’autres cas, les organisations naissantes ont appris sur le tas. Le Balai Citoyen du Burkina Faso, par exemple, avait à peine un an en 2014 lorsque ses dirigeants ont été contraints de se faire remarquer en tant que porte-parole des manifestations contre la candidature du président de l’époque Blaise Compaoré pour un troisième mandat. Après l’éviction de Compaoré, le groupe a maintenu la pression de la rue sur le gouvernement en se coordonnant avec des groupes civiques plus profondément enracinés et en réseautant avec des organisations militantes ailleurs dans la région.

Travailler à l’intérieur et à l’extérieur de la politique formelle

Dans son livre Unarmed Insurrections, le sociologue Kurt Shock constate que les mouvements de protestation qui réussissent ont tendance à défier l’État en prenant des mesures à la fois par les canaux institutionnels et non institutionnels. Les mouvements qui fonctionnent entièrement grâce à des mécanismes institutionnels juridiques, tels que les élections, sont faciles à ignorer. Les mouvements qui se concentrent sur la mobilisation de la rue – comme le mouvement Occupy ou les manifestations des gilets jaunes– ont du mal à maintenir cette pression sur le long terme et à gagner les élites politiques.

En Afrique, de nombreux réformateurs ont délibérément cultivé des liens avec les partis politiques, les bureaucrates de carrière, les élites économiques et les services de sécurité. Cela leur a permis d’institutionnaliser leur succès. Au Sénégal, Y’en a Marre a pris soin de rester apolitique, mais utilise également le hip-hop pour impliquer la jeunesse sénégalaise et organise des réunions entre les dirigeants locaux et les citoyens pour demander des comptes à ses dirigeants. Au Soudan, des membres de l’alliance Forces of Freedom and Change ont lancé un appel au devoir de l’armée soudanaise de protéger les civils pour persuader certains membres de la base de faire défection et sont restés engagés dans le gouvernement de transition depuis l’éviction d’al-Béchir. Au Malawi, des groupes de la société civile ont exploité le mécontentement du public face aux élections contestées de mai 2019 lors d’une campagne coordonnée qui a fait pression sur la Cour constitutionnelle pour qu’elle annule les résultats des élections, ce qui a finalement abouti à une victoire de l’opposition.

En travaillant à travers – et non contre – les structures politiques, sécuritaires et électorales, ces mouvements ont tracé la voie vers un changement institutionnel potentiellement durable.

Des manifestations des Gilets jaunes en France à la Marche des femmes aux États-Unis en passant par les manifestations anti-Brexit au Royaume-Uni, la « rue » mondiale devient de plus en plus agitée. Cependant, sans organisations de masse inclusives pour canaliser le mécontentement et faire pression pour un changement politique, ces campagnes risquent d’être éphémères. Le succès étonnant des mouvements de protestation en Afrique – succès fondé sur leur engagement en faveur de l’inclusion, leurs racines profondes dans la société civile et leur stratégie de travail par le biais de mécanismes institutionnels – offre un guide potentiel à suivre pour les autres.

Lire l’article original sur le site d’African Arguments

Catégories: Afrique, International, Opinion, Paix et Désarmement
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Femmes

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.