Colombie. Des rêves à partir de pinceaux : le festival du Caguán a donné vie à Miravalle dans le Caquetá

25.12.2020 - Florencia, Caquetà, Colombie - Redaccion Colombia

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Colombie. Des rêves à partir de pinceaux : le festival du Caguán a donné vie à Miravalle dans le Caquetá
(Crédit image : Festival du Caguàn)

Douze artistes de différents endroits en Colombie se sont rencontrés dans l’ancien Espace territorial de formation et de réincorporation de Miravalle à San Vicente del Caguán, Caquetá. Pendant huit jours, l’art a été le langage de la rencontre et des rêves d’avenir.

SUEÑOS DESDE PINCELES: EL CAGUÁN FESTIVAL LLENÓ DE VIDA A MIRAVALLE, EN CAQUETÁ

Photo: Caguán Festival

Pendant une semaine, les pinceaux et les sprays ont été les protagonistes de l’ancien Espace territorial de formation et de réinsertion (AETCR) à Miravalle, San Vicente del Caguán, Caquetá, dans le sud du pays. La deuxième édition du festival du Caguán a rassemblé douze artistes de Cauca, Putumayo, Caquetá et Bogotá, qui ont rempli de vie les coins de l’endroit, une initiative soutenue par la mission de vérification des Nations unies en Colombie.

SUEÑOS DESDE PINCELES: EL CAGUÁN FESTIVAL LLENÓ DE VIDA A MIRAVALLE, EN CAQUETÁ

Photo : Marta Gutiérrez, Mission de Vérification de l’ONU en Colombie

Pendant les huit jours de la rencontre, chaque artiste a parrainé un enfant de l’AETCR ou des villages environnants. Les enfants ont raconté leurs rêves de paix et les artistes ont été chargés de les mettre sur les murs des maisons.

SUEÑOS DESDE PINCELES: EL CAGUÁN FESTIVAL LLENÓ DE VIDA A MIRAVALLE, EN CAQUETÁ

Photo: Caguán Festival

Le festival a également offert plusieurs espaces de dialogue. Les parents ont évoqué l’importance de la répartition des tâches ménagères. De plus, par le biais de la peinture, un groupe d’hommes a parlé de la nécessité de soigner les blessures laissées par la guerre, et ils l’ont raconté par le biais d’une pièce de théâtre. « La peinture a créé des espaces de réconciliation et de guérison », a déclaré l’un des participants.

Pour les artistes, ce fut également une expérience unique. Beaucoup d’entre eux n’avaient jamais fait face à un festival de ce genre, encore moins dans un lieu aussi emblématique que Miravalle. Mais grâce au dialogue et au partage quotidien, ils ont pu se comprendre avec ceux qui leur étaient si étrangers auparavant, et ils ont pu ouvrir un espace de partage.

« Je sens que je sors différent. Nous avons pu parler beaucoup, apprendre à nous connaître. Cela m’a profondément touché et m’a donné envie de revenir », a déclaré l’un des artistes de Bogotá qui a participé au festival.

Lorena, artista y gestora

Mais le Festival de Caguán ne naît pas seul. Il fait partie d’un processus que Lorena Díaz, une artiste de San Vicente del Caguán, a entrepris avec les enfants de l’ancien AETCR et des villages voisins. C’est une pépinière artistique, où elle enseigne aux enfants, par le biais de réunions hebdomadaires, la peinture, les arts plastiques et le pouvoir qu’ils ont de raconter des histoires.

SUEÑOS DESDE PINCELES: EL CAGUÁN FESTIVAL LLENÓ DE VIDA A MIRAVALLE, EN CAQUETÁ

Lorena Díaz, artiste de San Vicente del Caguán, avec des membres de la Mission de Vérification de l’ONU.  Photo :  Hernán León, UNVMC

« J’ai grandi à l’époque où San Vicente del Caguán était une zone tampon. Une époque où la violence faisait partie de la vie quotidienne et ne nous permettait pas d’avoir une véritable enfance. Je ne veux pas que les enfants vivent ce que j’ai vécu, alors je ressens le besoin d’aider, et à partir de mon langage, qui est l’art, de maintenir la paix en vie et de prendre soin des enfants, ce qui n’a rien à voir avec la guerre des adultes », dit Lorena, qui a l’espoir de poursuivre ce processus.

SUEÑOS DESDE PINCELES: EL CAGUÁN FESTIVAL LLENÓ DE VIDA A MIRAVALLE, EN CAQUETÁ

Photo: Caguán Festival

Pour elle, cette initiative, qu’elle a promue de manière autogérée et à laquelle la Mission se joint maintenant, doit se poursuivre à l’avenir, car c’est quelque chose que les enfants demandent. C’est leur façon de se réconcilier.

Pour Lorena, le festival de Caguán n’était pas une fin, mais seulement le début. Elle cherche maintenant un soutien pour créer une galerie d’art à Miravalle, main dans la main avec Caguán Expeditions, le projet touristique de l’Espacio, ainsi qu’une école d’audiovisuel.

Pour elle, les enfants sont la clé de la construction de la paix et de la réconciliation. Elle affirme donc qu’elle continuera à être à l’avant-garde de ce processus dans lequel l’art devient un langage de plus dans la recherche de la paix à Miravalle.

 

Laura Santamaria B.
Responsable de l’information publique – Région de Florencia
Publication originelle: Mission de Vérification de l’ONU en Colombie

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.